Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

La compétition et la sélection

Autres informations / 02.03.2016

La compétition et la sélection

LA COMPÉTITION ET LA SÉLECTION

Par Édouard de Rothschild, président de France-Galop

Avec la reprise des courses plates à Chantilly et du programme parisien d’obstacle à Auteuil et à Enghien, nous entamons une nouvelle phase de la compétition, et donc de la sélection. Quel que soit le niveau des courses que nous organisons, je souhaite qu’on ne perde jamais de vue cet impératif de sélection qui correspond à l’objet social même de France Galop, dont le sous-titre est toujours "Société d’encouragement pour l’amélioration des races de chevaux en France". Chaque course y concourt à des degrés divers. Même les épreuves les plus modestes sont toujours des compétitions. Elles participent au financement de l’ensemble et entretiennent aussi le feu sacré qui anime les propriétaires et les éleveurs.

La sélection française est internationalement reconnue et doit être l’objectif permanent de France Galop. Je me réjouis évidemment que le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe ait été sacré comme la meilleure épreuve au monde en 2015, dans le cadre d’un vote organisé sous l’égide de notre partenaire Longines. Nous devons continuer en permanence à améliorer ces courses qui sont le socle de l’élevage français. La réorganisation de notre circuit de sélection en plat, avec la fermeture des pistes de Longchamp, permet ainsi d’organiser les Poules d’Essai des Poulains et des Pouliches sur la ligne droite de Deauville et d’organiser à cette occasion un nouveau week-end prestigieux et sans aucun doute médiatisé. Nous travaillons activement avec nos partenaires cantiliens à la réussite du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe sur la piste sélective de Chantilly. L’année 2016 est marquée par des challenges sportifs d’envergure qui nous motivent.

En 2016, cinq épreuves de haies comme de steeple connaîtront une promotion à Auteuil et deux épreuves de steeple à Enghien deviennent des Grs3. Au moment de mon élection, j’ai exprimé mon souhait de poursuivre la valorisation du programme classique d’obstacle. L’élevage d’obstacle français s’est considérablement amélioré et évolue aujourd’hui dans un contexte international que nous devons considérer et qui nous impose des évolutions régulières. Malgré un contexte budgétaire difficile, il importe de veiller à ce que nos courses soient en permanence la vitrine d’un élevage reconnu. Le succès des "FR" à Cheltenham, Liverpool, Punchestown, mais aussi les succès anglais ou irlandais à Auteuil, à l’occasion de quelques épreuves de haut niveau, soulignent cette dimension internationale de la discipline de l’obstacle, discipline dont la France, à travers ses éleveurs, ses entraîneurs et ses jockeys, est un leader reconnu. Nous devons rechercher en permanence à valoriser cet atout.

Ne nous y trompons pas, c’est bien cette sélection qui assurera le rayonnement international de nos courses et créera de la valeur pour notre élevage, dans les deux disciplines. La poursuite de la relance de notre parc d’étalons, par exemple, passe en effet obligatoirement par le maintien au plus haut niveau de nos circuits de sélection.

La compétition est une remise en cause permanente. C’est l’esprit qui doit animer l’ensemble des acteurs du Galop face aux challenges qui sont les nôtres aujourd’hui.