Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Le blocage irresponsable de l'hippodrome d'enghien

Autres informations / 09.03.2016

Le blocage irresponsable de l'hippodrome d'enghien

TRIBUNE LIBRE

Le blocage irresponsable de l'hippodrome d'Enghien

Par Marie-France Peltier, propriétaire-éleveur, présidente de Société de courses

« Lundi, à Enghien, une trentaine de personnes et de représentants syndicaux du PMU a bloqué l’accès aux écuries et aux parkings, immobilisant les vans et obligeant les chevaux à passer plus de deux heures dans les camions...

Prendre en otage les chevaux et créer un tel blocage relève d'un comportement irresponsable et stupide.

Au final, ces mêmes personnes ont fini par occuper les pistes, conduisant à l’annulation de la course support du Quinté Plus. Les huit autres épreuves du programme se sont courues, mais avec un retard conséquent, préjudiciable à tous les professionnels et aux chevaux.

Il est bon de rappeler que ces actions sont menées alors même que les négociations, acceptées par le PMU dès son annonce de plan de réduction de charges, n'ont pas encore commencé.

Deux choses méritent par ailleurs d'être relevées.

La première est qu’une trentaine – seulement – de manifestants puisse opérer sans entrave et aussi aisément de tels dommages.

La seconde est que de telles actions ne peuvent conduire qu'à affaiblir encore la filière hippique qui n'en a vraiment pas besoin.

Dan Skelton, vainqueur de deux courses ce lundi à Enghien, a déjà déclaré que son cheval,  Mont Lachaux, était son premier partant et premier gagnant en France, mais que dans ces circonstances de manifestation, il ne reviendra plus.

Rappelons sur ce point ce qui s'est passé au port de Marseille en 2008 et 2009, où l'attitude des dockers syndicalistes, menant des conflits sociaux assortis de blocages en tous genres, a conduit à un double abandon : celui des salariés, qui ont vu le port perdre année après année son activité, sa rentabilité et son attractivité, avec autant d’emplois perdus, et celui des compagnies maritimes, qui ont choisi des cieux plus sécurisés pour faire transiter leurs marchandises. Le port de Marseille ne s'en est toujours pas remis.

Alors Messieurs les syndicalistes, ayez, s'il vous plaît, un peu de discernement avant de mener de telles actions destructrices. »