Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Le sport par le temps  hier chantilly, aujourd’hui deauville, demain dubaï…

Autres informations / 08.03.2016

Le sport par le temps hier chantilly, aujourd’hui deauville, demain dubaï…

LE SPORT PAR LE TEMPS

HIER CHANTILLY, AUJOURD’HUI DEAUVILLE, DEMAIN DUBAÏ…

Désormais complètement adoptée par les professionnels, la réunion du 3 mars sur la piste en sable fibrée de Chantilly a tenu ses promesses. Dans les courses considérées à juste titre comme des "Meydan trials", les champions ont répondu présent sur une piste jugée rapide : 0’’55 seconde / 1.000m. Des conditions idéales qui nous ont permis de situer le niveau de forme d’excellents chevaux.

Par Bruno Barbereau, éditorialiste à Jour de Galop et animateur de Horse Racing Chrono

https://twitter.com/HorseRacingChro

Solow (Singspiel) est passé à deux doigts de battre le record de la piste et sera le cheval à vaincre à Meydan. Dans une course menée à un rythme élevé par Artplace (Teofilo) jusqu’aux 1.200m, juste en-dessous des 1’12’’00, Solow a été un moment malheureux à la corde alors qu’il tentait de passer Vadamos (Monsun). Il a dû changer d’option à deux cents mètres de l’arrivée mais s’est imposé très facilement, en étant relâché, en 1’36’’02. Il échoue à trois dixième du record de la piste. Il franchit les quatre cents derniers mètres au-dessous des 24 secondes, mais on peut affirmer sans prendre trop de risque que la marge sur son accélération est importante.

Il est difficile de comparer les deux victoires de Solow dans cette même course en l’espace d’un an, car les deux furent différentes dans leur déroulement. On peut toutefois dire que le break hivernal a permis au meilleur miler du monde d'effectuer une réapparition rassurante quant à sa condition physique. Il faudra être très fort pour le battre à Meydan. Pour le moment, l’opposition viendra de Tryster (Shamardal) et de Forries Waltz (Greys Inn) mais leurs performances réalisées à Meydan sont en dessous de celle de Solow l’année dernière.

Leader mode d’emploi …

Artplace, déguisé involontairement à cette occasion comme leader, repose la question : comment se servir d’un leader ? Si on se base sur les données chronométriques, on s’aperçoit d’une chose : les courses les plus rapides sont celles où le leader prend de nombreuses longueurs dès le départ. Cette technique remplit un rôle essentiel qui consiste à séparer les partants des prétendants en les obligeant à puiser dans leurs ressources dès le début de la course jusqu’au moment du sprint final, qui sépare définitivement les meilleurs. L’idée du leader qui ne sert qu’à couvrir le meilleur cheval de l’écurie en lui cachant la course est à mon avis un leurre…

Tableau 1

Elliptique "off pace", une stratégie payante

Excellent cheval et grand voyageur, Gailo Chop (Deportivo) aime les courses rythmées. Immédiatement placé en tête, Gailo Chop a emmené la course sur un bon rythme : 900m en 55’’ ; 1.300m en 1’19’’36 . Des temps partiels dignes d’un très bon cheval. Il touche la marque des 1.300m exactement sur le même temps que Don Bosco (Barathea) lors de sa brillante victoire dans cette même course en 2013. Le train de la course est resté sélectif jusqu’aux 1.500m, où Gailo Chop a commencé à marquer légèrement le pas (1’31’’50). Ceux qui ont essayé de suivre son rythme ont alors faibli. Elliptique (New Approach), toujours placé à l’arrière-garde, n’a plus eu qu’à placer sa pointe aux quatre cents mètres pour emporter une victoire facile. À cette occasion, il est victorieux pour la deuxième fois en autant de sorties sur les surfaces synthétiques. Une surface qui semble lui plaire, mais surtout un rythme de course qui lui convient davantage. Il mérite un PSR102+.

Signs of Blessing pulvérise le record des 1.300m !

Castré l’automne dernier, Signs of Blessing (Invincible Spirit) n’a pas manqué sa première sortie de l’année, ni ses débuts sur la piste en sable fibrée. Très bien sorti de sa stalle et immédiatement placé à une longueur du leader dans une course rapide (300m en 18’’18 ; 900m en 52’’57), Signs of Blessing a pris l’avantage à la marque des quatre cents mètres  pour l’emporter facilement en 1’15’’56, pulvérisant ainsi l’ancien record de la piste (1’16’’40). Même s’il convient de prendre en compte la vitesse de la piste, les phases d’accélération sont bonnes. On a peut-être assisté à la victoire d’un sprinteur de haut niveau qui n’est pas sans nous rappeler un certain Marchand d’Or (Marchand de Sable)… Cette performance vaut un PSR96+.

24 heures plus tard à Deauville : Zelzal, deux étoiles plutôt qu’une …

Zelzal (Sea the Stars) a fait une véritable démonstration le 4 mars, lors de ses débuts, sur les 1.500m de la piste en sable fibrée de Deauville. Dans une course très rythmée, ce qui n’est pas habituel dans ce type de courses (500m en 29’’12, 1.100m en 1’05’’79), Zelzal s’est littéralement envolé dans la phase finale. Il franchit la ligne d’arrivée très relâché en 1’27’’92, l’emportant de six longueurs. Il s’agit du temps brut le plus rapide réalisé dans une course à conditions F sur les 1.500m P.S.F. de Deauville. Toutes les données chronométriques, vitesse de base et accélération, laissent présager des espoirs à un très haut niveau …

Tableau 2

Le "par time" est une compilation de tous les temps réalisés par un cheval de 3ans dans une course à conditions F sur les 1.500m de la piste en sable fibrée de Deauville, depuis qu’elle a été refaite. À partir de ces temps, on obtient les temps de passage d’un cheval lambda ayant un PSR74. Ces données nous permettent de visualiser la course de Zelzal par rapport au cheval imaginaire :

sur la base du temps brut, Zelzal gagne de dix longueurs ;

dans les 600 derniers mètres, Zelzal prend un avantage de six longueurs

dans les 400 derniers mètres Zelzal prend un avantage de plus d’une longueur.

Des éléments de vitesse qui permettent d’entrevoir quelques étoiles …