Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Le sport par le temps :  super postponed !

Autres informations / 15.03.2016

Le sport par le temps : super postponed !

LE SPORT PAR LE TEMPS

Super Postponed !

La réunion disputée le 3 mars à Meydan, le Super Saturday, porte bien son nom car elle nous a permis d’assister à la victoire d’un très bon cheval : Postponed (Dubawi). Il aura de légitimes prétentions lors de la réunion du Dubai World Cup (Gr1) à la fin du mois de mars.

Photo 1 : Postponed a survolé le Dubai City of Gold – Crédit Darley

Par Bruno Barbereau, éditorialiste à Jour de Galop et animateur de Horse Racing Chrono

https://twitter.com/HorseRacingChro

Le Postponed nouveau est arrivé et la cuvée 2016 devrait être excellente. On n’avait pas revu Postponed en piste depuis sa brillante victoire dans le Prix Foy (Gr2), en septembre 2015, sur 2.400m à Longchamp. Quelques jours après sa réussite dans cette course préparatoire au Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1), le cheval avait changé d’entraînement, partant de chez Lucas Cumani pour aller chez Roger Varian. L’idée de disputer la grande épreuve avait aussitôt été abandonnée. Sa rentrée était attendue par les observateurs. Elle a eu lieu dans le Dubai City of Gold (Gr2, 2.400m, turf). Ce fut une véritable démonstration de talent. Postponed sera le cheval à battre dans le Sheema Classic (Gr1à à la fin du mois). Sa campagne 2016 risque d’être riche en succès.

Photo 2 : La victoire de Postponed dans le Qatar Prix Foy – crédit SD

Un changement de tactique bénéfique. Postponed avait remporté ses deux dernières courses – les King Georges (Gr1) et le Prix Foy (Gr2) – en étant placé très tôt en tête de course. Dans cette configuration, il encaissait un rythme élevé dans la phase d’early pace et finissait ses courses au forceps. Ses deux dernières courses en 2015 ont prouvé que Postponed pouvait appréhender sa course différemment : les 600 derniers mètres avaient montré une nette décélération, l’essentiel de son énergie ayant été consommé dans les 1.800 premiers mètres.

Dans le Dubai City of Gold, Captain Morley (Hernando) a animé le début de l’épreuve à un train régulier : 1.200m en 1’16’’40 et 1.800m en 1’52’’67. Postponed a voyagé facilement en troisième position, à un peu plus de trois longueurs du leader. Il a ensuite fait une démonstration dans les 600 derniers mètres, prouvant qu’il pouvait aussi finir ses parcours en ré-accélérant. Il franchit la ligne d’arrivée dans le très bon temps de  2’27’’91 et boucle les 600 derniers mètres en 34’’80, avec de la marge. Dariyan (Shamardal) finit deuxième à l’issue d’une très bonne course, n’ayant pu à aucun moment soutenir la comparaison avec le lauréat. On a du mal à imaginer toute possibilité de revanche dans quinze jours.

Pour visionner l’édition 2016 du Dubai City of Gold, cliquez ici

https://youtu.be/YFEKFFh6bFw 

L’un des top performers des 2.400m en turf de Meydan. Au final, le temps brut réalisé par Posponed (2’27’’91) est très bon car le cheval avait encore des réserves. Il échoue à un peu moins de sept dixièmes du record détenu par Gentildonna (2’27’’25) lors de la Sheema Classic (Gr1) en 2014. Mais sans quelques problèmes de trafic ce jour-là, la star japonaise aurait certainement affiché un meilleur temps.

À partir des phases d’accélération, il est difficile de comparer Postponed et Gentildonna (Deep Impact) car il n’y avait pas de système de tracking en mars 2014. Mais, depuis, le Dubai Racing Club a su remédier à cette carence et de facto entrer dans l’ère des courses hippiques modernes. Quoi qu’il en soit, les pointages vidéo sur la dernière section de quatre cents mètres sont en faveur de Gentildonna, en 22’’80 contre 23’’40 pour Postponed. En revanche, la comparaison des données entre Posponed et Dolniya (Azamour), gagnante de la Sheema Classic 2015, sont riches d’enseignement et nous permettent d’apprécier avec beaucoup de précision les prétentions de Postponed. À partir du temps brut, la balance est en faveur de Postponed dans tous les compartiments de la course. Son temps brut est inférieur de près de cinq dixièmes de secondes. Encore plus intéressant, cet écart s’est produit dans les six cents derniers mètres. Les deux champions ont touché la marque des 1.800m en un temps quasi identique : 1’53’’10. La phase d’accélération est nettement en faveur de Postponed. Au final, sa performance réalisée le place près de deux longueurs au-dessus de Dolniya. Posponed sera très difficile à battre et est vraisemblablement meilleur que jamais.

Photo 3 : Dolniya à Meydan - Andrew Watkins

Apilobar remporte la bataille du pace

Apilobar (Slickly) a prouvé, en remportant le Prix Maurice Caillault (L), qu’il n’était pas qu’un bon cheval de province ou de P.S.F. pour l’hiver. Cette course a aussi démontré qu’un leader permettait d’éviter les pièges et la loterie des courses sans train. En gagnant cette Listed de trois longueurs, dans l’excellent temps brut de 2’13’’70, il a confirmé les espoirs que son entourage a placés en lui. Sa nette victoire confirme toutes ses qualités, car samedi dernier, il était incontestablement le meilleur cheval de la course. Son leader, Kidmenever (Baltic King) était chargé d’imprimer un rythme très soutenu, afin d’éliminer les aléas de parcours. Ce dernier a parfaitement rempli son contrat car les statistiques prouvent depuis de longues années que les courses emmenées à un rythme rapide, par un leader détaché, sont in fine les plus rapides (au niveau du temps brut). Les trois courses disputées sur les 2.000m de Saint-Cloud, sur une piste jugée lourde, nous permettent d’avoir une idée plus précise de la valeur de ce résultat.

Photo 4 : Apilobar s’est facilement imposé dans le Prix Maurice Caillault (L)

Le temps brut est nettement en faveur d’Apilobar. Le temps brut du Prix Prix Maurice Caillault est le plus rapide de la journée de réouverture de l’hippodrome de Saint-Cloud, sur 2.000m. Il s’est couru 4’’84 secondes plus vite que le maiden pour mâles de 3ans. L’écart se creuse à 5’’71 par rapport au Prix Rose de Mai (L), la course pour pouliches de 3ans qui est l’exemple type d’une course sans train. C’est-à-dire une épreuve qui laisse beaucoup de regrets et d’interrogations sans réponses. Sur la base de ce temps brut, vingt-huit longueurs séparent les deux Listeds. De même, vingt-quatre longueurs séparent le gagnant de la Listed avec celui du maiden, en sachant bien sûr qu’un cheval qui débute dispose d’une marge de progression importante par rapport à un cheval qui a déjà couru sept fois.

La phase d’accélération est logiquement en faveur du maiden et de la Listed pour pouliches, car l’énergie économisée dans la phase d’early pace est disponible dans la phase d’accélération. Sur les six cents derniers mètres, Mekhtaal (Sea the Stars) et Camprock (Myboycharlie) refont près de huit longueurs sur Apilobar. En tenant compte des différentes sections, Apilobar affiche la meilleure performance de ces trois courses. Il remporte une course fictive contre Camprock de plus de quatre longueurs, mais seulement trois longueurs le séparent de Mekhtall. Ce dernier est la révélation de la journée et sera un cheval très intéressant à suivre.

Photo 5 : Mekhtall a fait forte impression lors de ses débuts victorieux