Ballerine mais lutteuse

Autres informations / 28.04.2016

Ballerine mais lutteuse

AUTEUIL, MERCREDI

PRIX MAGUELONNE

Ballerine mais lutteuse

Le Prix Maguelonne a été le théâtre d’une très belle lutte finale entre Ballerine Dauteuil (Ballingarry) et l’animateur Mocalacato Has (Poliglote). Et c’est Ballerine Dauteuil qui a eu le dernier mot. Après avoir patienté en début de parcours, elle s’est progressivement rapprochée. Sur le plat, elle a pris un avantage à Mocalacato Has, mais ce dernier s’est relancé et a repris le meilleur. Ballerine Dauteuil ne s’est pas laissée faire et, dans les derniers mètres de course, elle est venue prendre une tête décisive à son rival. Il y a eu ces deux chevaux et les autres, Zogh Gravelle (Le Fou) étant troisième à quinze longueurs.

Un premier succès mérité. Ballerine Dauteuil ouvre son palmarès ce mercredi et elle le fait avec la manière. Il faut aussi souligner qu’elle n’a pas eu un parcours toujours idéal, car, au bout de la ligne d’en face et dans le dernier tournant, elle a été contrariée par un des deux chevaux en liberté. La pouliche se révèle pleinement en 2016, après avoir affronté des lots dominés par les meilleurs de leur génération en 2015. Troisième pour sa rentrée, elle avait bien couru et a confirmé ce mercredi. Mickaël Serror, son entraîneur, nous a déclaré : « C’est une bonne jument, nous l’estimons depuis longtemps. Il a fallu attendre qu’elle vienne bien et elle est en plein progrès. Je pense qu’il y a encore quelques réglages à faire, notamment dans sa façon de sauter, mais cela ne se réglera que l’après-midi. Elle va désormais être obligée de monter les échelons. Nous allons attendre de voir comment elle récupère pour la suite. Il n’est pas impossible que nous attendions l’automne, rien n’est décidé. »

Mocalacato Has devra encore attendre. Mocalacato Has trouvait une tâche à sa portée dans ce Prix Maguelonne, sa deuxième sortie sur le steeple. Quatrième pour ses débuts dans la spécialité en mars dernier, il était ensuite revenu sur les haies. Mais, dans cette dernière spécialité, il est obligé d’évoluer avec les meilleurs et il est un ton en dessous d’eux. Ce mercredi, il court proprement, mais il en a trop fait en début de parcours et il le paye certainement à la fin. Robert Collet, son entraîneur, nous a déclaré : « Il faut des courses pour lui. Aujourd’hui, il a fait un peu trop d’efforts, il doit encore apprendre. Pour la suite, nous allons certainement alterner le steeple ou les haies, où il n’a pas d’autres choix que d’aller face aux meilleurs avec l’argent qu’il a gagné. »

La famille de Kiko. Élevée par Gérard de Carfort, Ballerine Dauteuil est une fille de Ballingarry et de Gamine d’Auteuil (Villez), gagnante d’un Prix d’Essai des Pouliches à Enghien. Ballerine Dauteuil est son troisième produit et premier gagnant. La deuxième mère, Lady Akara (Akarad), a montré des moyens, se classant deuxième du Prix Girofla et troisième du Prix Champoreau. Via la troisième mère, il s’agit de la famille d’Hercule Noir (Rochesson), gagnant du Prix des Drags (Gr2), de Spirit Son (Poliglote), gagnant du Mersey Novices’ Hurdle (Gr2) et deuxième du Supreme Novices’ Hurdle (Gr1), et de Kiko (Poliglote), gagnant d’un Prix Cambacérès (Gr1).