Kelthomas, vingt-sept ans après rambranlt

Autres informations / 18.04.2016

Kelthomas, vingt-sept ans après rambranlt

Kelthomas, vingt-sept ans après Rambranlt

PRIX DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE (GR3). AUTEUIL, DIMANCHE. Vainqueur du Prix Lutteur III (L), le 27 mars, Kelthomas (Keltos) a signé un doublé historique en remportant le Prix du Président de la République (Gr3), dimanche à Auteuil. Le dernier auteur d’une telle performance, Rambranlt, lauréat des deux courses en 1989, a un point commun avec Kelthomas : son entraîneur, Jean-Marc Baudrelle. Le professionnel de Savigné-l’Evêque a eu Kelthomas et Rambranlt sous sa responsabilité, « deux sauteurs qui n’avaient pas bonne presse », comme il nous l’avait confié dans notre précédente édition. Deux sauteurs qui ont progressé au fil de leurs sorties pour atteindre un très bon niveau. Kelthomas a dû relever un drôle de défi, celui que lui avait donné le handicapeur en le pénalisant de six kilos après son succès dans le "Lutteur III". Mais cela ne l’a pas empêché de gagner le Prix du Président de la République quatre longueurs devant le bon finisseur Vol de Brion (Day Flight). Attentiste, parmi les derniers, durant le premier tour, Kelthomas est arrivé sur la ligne des chevaux de tête au début de la piste extérieure. Il a parfaitement sauté le rail-ditch qu’il découvrait. Pour franchir la double barrière, il a pris seul l’avantage avant de prolonger son effort pour filer au poteau. Kelthomas va désormais prendre du repos et ne devrait pas tenter l’aventure dans le Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1) comme l’avait fait Rambranlt avant lui.

Un deuxième "Président" pour Jean-Marc Baudrelle. Ancien moniteur d’équitation, Jean-Marc Baudrelle est passé entraîneur il y a presque trente ans. Durant ces années, plusieurs bons chevaux sont passés par ses boxes, comme Rambranlt, son premier lauréat du Prix du Président de la République, Silver Break, Pain Royal, et c’est à présent au tour de Kelthomas de le remettre sur le devant de la scène. Un cheval qu’il a repéré en décembre 2013, à Pau, et qu’il a acheté dans un "réclamer", avant de lui faire monter les échelons. « Ce qu’a fait Kelthomas est fantastique, extraordinaire, nous a dit, ému, Jean-Marc Baudrelle, également propriétaire de Kelthomas. Il faut dire qu’il avait eu une préparation idéale, mais imaginer qu’il gagnerait la course de cette façon… Je ne voyais pas ça, même en rêve. Quand on prend six kilos sur le dos après notre victoire dans le Prix Lutteur III, cela n’incite pas à l’optimisme. Kelthomas m’avait plu à 4ans, même s’il courait dans de mauvais lots. Il avait fait des choses propres et nous l’avions acheté dans un "réclamer". Mais au fond, on ne comprend rien et je crois que l’on ne comprendra jamais… Aujourd’hui, il a fait une petite faute à la dernière haie de la ligne d’en face. Mais cela a été sa seule erreur. Il a gagné brillamment. Courir le "Grand Steeple" ? Ce serait la plus grosse erreur possible. »

 

Une première pour Alain de Chitray. Alain de Chitray est arrivé sur le devant de la scène en 2012, lorsqu’il a remporté le Prix Ferdinand Dufaure (Gr1) avec Teejay Flying. Ce dimanche, il a signé une autre grande victoire à Auteuil puisqu’il a enlevé son premier Prix du Président de la République. Le tout avec un cheval de cœur comme Kelthomas, avec lequel il a gagné à cinq reprises. D’ailleurs, la seule fois où le duo a été battu, Kelthomas était malade… « Aujourd’hui, nous pensions bien faire, a déclaré Alain de Chitray. Kelthomas est un chic cheval, il découvrait le rail-ditch, mais sa qualité de sauteur lui a permis de le passer sans problème. J’avais déjà été deuxième du "Président" et je comptais bien le gagner un jour. »

 

Belle fin de course de Vol de Brion. Longuement attentiste, Vol de Brion a fourni une belle ligne droite, regagnant de nombreux rangs pour s’octroyer le premier accessit. Une performance qui a fait dire à son propriétaire-entraîneur, Gilles Chaignon : « Le cheval fait une drôle de ligne droite. À chaque fois, il finit ainsi, très vite. Il a énormément de fond, et il avait encore du gaz en rentrant ! On ne l'entend jamais respirer. Il va rester sur les longues distances. Il est encore bien placé au poids, et je pense que j'ai encore de la marge dans les handicaps. Je suis ravi de sa performance. » Deuxième de l’édition 2015 de la course, Pindare (Ballingarry) s’est classé cette fois troisième, associé à Anthony Lecordier qui remplaçait Bertrand Lestrade. Après avoir paru en perdition, Valtor (Nidor) s’est bien relancé à la fin pour prendre la quatrième place devant le favori, Vizir d’Estruval (Cachet Noir). Ce dernier se trouvait pour la première fois confronté à un lot fourni. Et à un déroulement de course inconnu pour lui, celui des handicaps. Il a toujours eu des rivaux sur le "porte bagage" et n’a jamais pu souffler. Il a donc fini cinquième.

Vicking Maker (Saddler Maker) comptait parmi les chevaux en vue. Mais il a fait une grosse faute au rail-ditch – son jockey, Olivier Jouin, ne pouvant éviter la chute –, alors qu’il avait des ressources.

 

Le neveu d’une gagnante de Groupe à Fairyhouse. Élevé par le haras de la Vega, Kelthomas est un fils de Keltos et de Maria de la Vega (Épervier Bleu), gagnante pour ses débuts sur les haies de Pau et douze fois à l’arrivée en quinze courses. Kelthomas est le meilleur produit de sa mère. Il est le neveu de la bonne Nadiya de la Vega (Lost World), gagnante de Gr3 sur le steeple de Fairyhouse. Il s’agit de la famille de Djeville (Balko), deuxième du Prix Bournosienne (Gr3).