Kotkikova avec désinvolture

Autres informations / 27.04.2016

Kotkikova avec désinvolture

AUTEUIL, MERCREDI

PRIX DU VIVARAIS

Kotkikova avec désinvolture

Kotkikova (Martaline) n’a pas tremblé dans le Prix du Vivarais. La championne entraînée par Jean-Paul Gallorini s’est imposée sans avoir à forcer son talent sur les haies d’Auteuil. Vite en tête, elle a mené à un rythme peu soutenu, tout en restant bien détendue. Elle a accéléré à la sortie du tournant final et, une fois la dernière haie sautée, elle s’est détachée de ses adversaires, s’imposant par deux longueurs et demie. L’écart à l’arrivée est peu important, mais Kotkikova avait encore plusieurs vitesses à passer. Tara River (Stormy River) court bien pour prendre la deuxième place, d’autant plus qu’il paraissait déjà battu en face. Bullet Tooth (Peintre Célèbre) est troisième.

Peut-être un retour sur le steeple-chase. Kotkikova s’impose bien plus facilement que ne l’indique l’écart à l’arrivée. Elle n’était pas à 100 % pour sa rentrée et, même si elle a progressé sur cette sortie, elle a encore de la marge. Kotkikova est capable d’aller sur les haies, mais en fille de bonne famille, elle est certainement mieux sur le steeple-chase. La jument pourrait d’ailleurs revenir plus tôt que prévu dans cette spécialité : rappelons que son entourage envisageait dans un premier temps de rester sur les haies au printemps. Jean-Paul Gallorini, son entraîneur, nous a déclaré : « Je pense que la jument a progressé sur sa rentrée. Nous souhaitions la garder sur les haies, mais nous allons peut-être revenir sur le steeple plus tôt que prévu, car elle a tendance à de plus en plus s’affaisser. » Depuis sa rentrée, Kotkikova est moins démonstrative qu’elle ne pouvait l’être en 2015, où elle prenait vite du champ sur ses adversaires. La représentante du Haras des Coudraies a été devant aujourd’hui, mais sans forcer et sans prendre beaucoup d’avance sur ses adversaires. Jean-Paul Gallorini a expliqué : « Je pense qu’elle a pris un peu de métier. Mais c’est une famille qui est ainsi, qui aime aller devant. C’était le cas de Katko ou de Kotkijet. La différence, c’est que c’est une femelle et qu’elle est grise ! »

En steeple-chase, Kotkikova devrait revenir d’emblée au haut niveau, avec les gains qu’elle a. Pourquoi pas dans une course comme le Prix des Drags (Gr2), même si rien n’est défini. « Avec les gains qu’elle a, elle aura des options limitées sur le steeple. Mais je pense qu’elle a encore de la marge. Lors de sa rentrée, elle n’avait que deux mois de travail dans les jambes. »

Une fille de Kotkita

Élevée par le comte Pierre de Montesson, Kotkikova est née pour sauter. Sa mère, Kotkita (Subotica), a remporté le Prix Cambacérès (Gr1) et s’est classée troisième du Prix Renaud du Vivier (Gr1). Au haras, elle a donné Kotkidy (Anabaa Blue), vainqueur du Prix Wild Monarch (L) et Karlak (Westerner), troisième du Prix Finot (L). Après Kotkikova, Kotkita a produit Kalikova (Irish Wells), une femelle de 3ans et Kitkou, un 2ans par Martaline. Kotkita est la sœur de Katkovana, deuxième du Grand Steeple-Chase d’Enghien (Gr2) et multiple gagnante de Listed, mais aussi de Kitka (Épervier Bleu), Kotky Bleu (Épervier Bleu) et Kotkido (Subotica). Troisième mère de Kotkikova, Kotkie est la génitrice de Katko et Kotkijet, cinq Grand Steeples de Paris (Gr1) à eux deux.