La menace est levée sur les classiques italiens

Autres informations / 15.04.2016

La menace est levée sur les classiques italiens

AU CŒUR DE L’ACTU

La menace est levée sur les classiques italiens

Le soleil après les nuages : les classiques italiens de 2016 seront bien disputés dans les conditions prévues. La société des courses de Capannelle avait annoncé, avec une douzaine d’autres hippodromes, la fermeture de son site à partir du 18 avril, en raison d’une réduction des subventions par l’État de 15 %. Le vice-ministre de l’Agriculture, Giovanni Castiglione, a donc convoqué à une table de discussion, l’après-midi du mercredi 20 avril, les hippodromes concernés, lesquels ont vite décidé de mettre un terme à leur agitation.

« Je suis heureux, nous pouvons reprendre notre travail en cherchant à avoir le plus possible d’étrangers dans le "Parioli", le "Regina Elena" et le Derby Italien », a dit Marco Oppo, du service technique de Capannelle.

Il faut rappeler que la réduction ne touchait pas les allocations, mais les contributions payées par l’État aux hippodromes pour "échange de services", même si les sociétés de gestion ne sont, dans beaucoup de cas, que des locataires à un prix préférentiel de structures de propriété publique.

Les premiers classiques, le Premio Parioli et le Premio Regina Elena (Grs3) – les Poules d’Essai – sont à l’affiche le 24 avril à Capannelle. Trente-quatre poulains sont restés dans le "Parioli", en attente du deuxième forfait prévu lundi, dont les français Gardol City (Elusive City), Michele Strogoff (Aqlaam), Normandy Kitten (Kitten’s Joy) et Qatar Dream (Makfi). Les femelles ne sont que vingt-cinq et, là aussi, la France est présente avec Al Hayyah (Lope de Vega) et Ibazz (Kyllachy). Les deux courses offrent une allocation de 143.000 euros, plus le montant des engagements et supplémentations. La clôture des supplémentations, à un prix de 11.050 euros, est prévue jeudi.