La plus belle victoire de yoko

Autres informations / 12.04.2016

La plus belle victoire de yoko

ENGHIEN-SOISY, MARDI

PRIX JOURNALISTE (L)

La plus belle victoire de Yoko

Yoko (Android) a signé sa plus belle victoire à l’occasion du Prix Journaliste (L), mardi à Enghien. Âgé de seulement 5ans, le cheval d’Alexandrine Berger se présentait avec de sérieux titres dans cette Listed. En effet, il s’était classé troisième du Prix Alain du Breil (Gr1), quatrième du Prix Renaud du Vivier (Gr1), et il avait aussi accroché le Prix Gérald de Rochefort (L) à son palmarès. Mais toutes ses performances avaient été acquises sur les "balais". Il n’en était qu’à sa cinquième sortie sur les gros obstacles, mais avait montré de la qualité sur le steeple d’Enghien. L’allongement de la distance par rapport à ses dernières sorties ne l’a pas contrarié, au contraire. Yoko a patienté dans la seconde moitié du peloton, avant de se rapprocher dans le sillage des leaders au dernier passage en face. La favorite, Miss de Champdoux (Voix du Nord), est venue vite en tête pour sauter la butte en terre et s’est détachée dans le tournant final. Mais elle s’est "assise" sur la dernière haie et Yoko s’est lancé à sa poursuite. Il est arrivé à hauteur de Miss de Champdoux au passage de route, avant de lui prendre l’avantage à la lutte pour l’emporter nettement. Miss de Champdoux a conservé la deuxième place devant Singapore Sling (Muhtathir), toujours vu aux avant-postes. « Yoko est un cheval que j’ai acheté 2.000 euros, nous a rappelé Jean-Paul Gallorini, son entraîneur. Son éleveur, monsieur Prunier, arrêtait le métier et il lui restait un cheval, Yoko. Et monsieur Prunier voulait nous l’offrir. Je n’ai pas voulu ; je voulais lui acheter et nous l’avons acquis pour 2.000 euros. Yoko n’a que 5ans et il a de la marge. Je suis un peu étonné par sa performance, car j’étais sceptique sur la distance. Mais son jockey [James Reveley, ndlr] pensait au contraire que plus la distance serait longue, mieux ce serait. Il a un bon programme à Enghien et devrait participer au Prix Romati (Gr3, 20/04). Ensuite, il ira au repos et il à Enghien, puis à Cagnes, au second semestre. »

La vraie rentrée de Miss de Champdoux. Tombée à la butte en terre dans le Prix Solitaire alors qu’elle n’avait rien fait du parcours, Miss de Champdoux effectuait sa vraie rentrée ce mardi. Elle a pris aisément les commandes de la course et ne s’est avouée vaincue que tout à la fin, face à un cheval qui avait déjà couru trois fois cette année. Elle devrait accuser des progrès lors de sa prochaine course, le Prix Romati. Dans ce Gr3, elle retrouvera Yoko, mais aussi Singapore Sling. Entraîneur de ce dernier, Alain Bonin nous a dit : « Lors de sa dernière sortie, Singapore Sling s’était pris un cheval dans les jambes. Il fallait effacer cette course. Aujourd’hui, il se réhabilite. »

Parmi les chevaux en vue, Korfou de Maspie (Fairly Ransom) a cédé en face avant d’être arrêté dans le tournant final.

 

Le meilleur produit de sa famille

Élevé par la famille Prunier, Yoko est un fils d’Android, vainqueur du Prix de la Jonchère (Gr3) et troisième du Grand Prix de Paris (Gr1) en 1996, et de Varangevilloise (Cosmopolitain), gagnante de cinq courses, toutes en obstacle. Yoko est le seul gagnant de sa mère et donc son meilleur produit. Il est le neveu d’une idole de l’est de la France, Bir El Nahasse, vainqueur de trente-trois courses en obstacle.