Le sport par le temps :  zelzal peut faire trembler le monde hippique

Autres informations / 11.04.2016

Le sport par le temps : zelzal peut faire trembler le monde hippique

LE SPORT PAR LE TEMPS

Zelzal peut faire trembler le monde hippique

Jeudi dernier, sur les 1.600m de la piste synthétique de Chantilly, Zelzal XX (Sea the Stars) a confirmé l’excellente séquence de vitesse qu’il avait montrée lors de sa première course, le 4 mars, sur les 1.500m P.S.F., de l’hippodrome de Deauville.

Désormais, la voie royale des classiques lui tend les bras et son entourage a le droit de nourrir de grandes ambitions.

Et si les 1.600m P.S.F. de Chantilly étaient le meilleur tremplin pour les "Poules" ? Les courses pour 3ans qui se disputent au début du printemps, sur les 1.600m de la piste en sable fibrée de Chantilly, sont un test idéal pour la vitesse. Elles sont généralement sélectives et il faut avoir une capacité de réaccélération pour s’imposer. Bien que les pistes en sable fibrées soient considérées, par quelques professionnels, comme dangereuses pour la santé des chevaux, il n’y a pas, à l’heure actuelle, de données permettant d’évaluer si cette surface est plus ou moins dangereuse que le turf.

On pourrait peut-être, pour en avoir le cœur net et comme l’ont fait les Américains à l’époque du débat sur la dangerosité du dirt, comptabiliser les blessures dues à cette surface pour les comparer à celles survenues sur le turf. C’est à l’heure actuelle la seule solution disponible afin de savoir si ces accusations sont bien fondées ou non.

Le tremplin de très bons chevaux : Avenir Certain XX, Sayana, Baghadur … Il est difficile d’évoquer le mile P.S.F. de Chantilly  sans parler d’Avenir Certain XX (Le Havre). Elle a gagné une course B en 1’38’’23 sur les 1.600m de la P.S.F. de Chantilly en avril 2014 avant d’enchainer deux victoires dans les classiques : la Poule d’Essai des Pouliches et le Prix de Diane Longines. Son temps brut et ses temps partiels sont encore une excellente référence et permettent d’évaluer précisément le niveau des chevaux sur cette piste. Sayana XX (Galileo), sœur de Siyouni,  s’est aussi illustrée en 1’38’’29 dans une course F avec beaucoup de talent, le 8 avril 2015, toujours dans les mêmes conditions. Son temps brut et ses temps partiels étaient excellents. Sans un problème de santé suite à cette performance, elle aurait, sans l’ombre d’un doute, triomphé au niveau Gr1, et la casaque Aga Khan aurait probablement réalisé un doublé dans la Poule d’Essai 2015. Baghadur (Zanzibari), lui aussi vainqueur sur cette piste pour sa première course à 3ans sur de bonnes sections, remporta par la suite une Listed et un Gr3 avant d’être exporté.

Ces chevaux sont d’excellentes bases de comparaison pour avoir un avis plus précis sur la vitesse de Zelzal.

Zelzal au crash test de la vitesse. Cette année, c’est Zelzal qui est venu tester sa capacité d’accélération sur les 1.600m P.S.F. Dans une course qui s’est déroulée sur une base conforme pendant les six cents premiers mètres, en 38’’69, le rythme a soudainement baissé sur la deuxième section, des six cents aux 1.200m. C’est pendant cette deuxième section de six cents mètres parcourus en 38’’45 que Zelzal, idéalement placé dans un rôle de “presser” depuis le départ, a subi la forte baisse de rythme de plus d’une seconde, soit près de cinq longueurs par rapport à notre référence. Ce manque de train aurait pu être préjudiciable à ce moment de la course. On se souvient que lors de ses débuts, la course avait été très rythmée, ce qui avait servi ses intérêts. Les chevaux à pointe de vitesse sont servis par le rythme et les surfaces rapides. Zelzal a été contraint de ronger son frein jusqu’à trois cents mètres de l’arrivée pour enfin s’exprimer et s’envoler vers un très facile succès. Son accélération, bien que contenue et qui n’a pu se déclencher qu’à la marque des trois cents mètres fut, comme lors de ses débuts, impressionnante.

Si vous vous basez seulement sur les données, le temps brut de la course, 1’39’’96, est correct sans être extraordinaire et il en va de même pour l’accélération. Lorsqu’il a enfin pu s’exprimer totalement, il a parcouru les derniers deux cents mètres en 11’’18 avec beaucoup de réserves, ce qui est un indicateur très rassurant.

Une course imaginaire par section. Après six cents mètres de course, Sayana mène, suivie d’une longueur par Avenir Certain. Zelzal se tient à une longueur et demie de la tête.

Après 1.200m de course, Avenir Certain a repris l’avantage sur Sayana. Elle mène de trois quarts de longueur ; Zelzal a décroché et est pointé à plus de six longueurs de la tête, subissant une forte baisse de rythme pendant plus de six cents mètres.

À la marque des quatre cents mètres, Avenir Certain place sa pointe, imitée par Sayana qui refait dix dixièmes de secondes. Avenir Certain l’emporte d’un quart de longueur. Zelzal trace les quatre cents derniers mètres en 22’’67 et termine à plus de huit longueurs et demie de la gagnante…

Alors que faut-il en penser ? Sur la première section les trois chevaux se tiennent. Sur la deuxième section, Zelzal est "hors course", subissant une épreuve sans train. Dans la phase finale, Zelzal passe en 22’’67 en n’ayant pu s’exprimer qu’à trois cents mètres de l’arrivée. Sur la première et la dernière phase de la course, il est donc tout à fait capable d’aller aussi vite qu’Avenir Certain et Sayana (sur une base de 38’’70 + 22’’00). En se basant sur la course de ses débuts, on sait que Zelzal peut soutenir un très bon early pace en préservant son accélération. Il y a donc fort à penser que Zelzal se place lui aussi parmi les meilleures marques de vitesse sur cette piste.