On the go et foreign flower décrochent leurs étoiles

Autres informations / 08.04.2016

On the go et foreign flower décrochent leurs étoiles

AUTEUIL, VENDREDI

PRIX GRANDAK

On the Go et Foreign Flower décrochent leurs étoiles

Épreuve réputée pour les inédits de 3ans sur les haies, le Prix Grandak 2016 nous a laissé une très belle impression. Et même certainement la meilleure impression des courses pour 3ans disputées jusqu’à présent. Le grand et solide On the Go (Kamsin) s’est imposé sûrement, résistant d’une courte encolure à la superbe fin de course de Foreign Flower (Poliglote). Ces deux poulains, tout comme les placés, ont de l’avenir. Ils sont bien nés et leurs performances respectives nous ont séduits. Fait rare, On the Go et Foreign Flower se voient donc affubler d’une JDG Jumping Star.

Le propre frère de Street Name (Al Namix), Street Mix (Al Namix), a pris les devants, menant à une allure régulière. On the Go a évolué derrière lui. Sérieux dans ses sauts, il s’est assuré le meilleur pour aller franchir la dernière haie. Puis il a contenu toutes les attaques avant de résister de justesse à Foreign Flower, le frère de Saint Firmin (Saint des Saints), triple gagnant de Groupe. Guillaume Macaire, entraîneur d’On the Go, nous a confié : « Sacral Nirvana, la mère d’On the Go, avait montré un peu de qualité et c’est une fille de Mansonnien, donc il y avait tous les ingrédients de la réussite dans les gènes. Le cheval a eu peur de l’écran au rond de présentation. C’est un cheval qui est assez niais et une fois qu’il s’est retrouvé devant, il était un peu perdu. James [Reveley, son jockey, ndlr] m’a dit qu’il ne savait plus trop ce qu’il fallait qu’il fasse. Il a de la marge. Maintenant, si on reprend ces poulains-là, on secoue le papier, nous n’aurons pas forcément les mêmes arrivées. Aujourd’hui, dans les courses sur 3.000m pour les jeunes, ce n’est plus comme avant, il faut que tout aille bien. Si vous tirez, c’est mort, et le comportement des chevaux est primordial. Le "Grandak" est une course que j’ai souvent gagnée, avec Storm of Saintly et Saint des Saints par exemple. On lui souhaite le même avenir. Vu sa taille et son abattage, On the Go fera sûrement un cheval de steeple. »

De bonnes notes chez les placés. Fils de la bonne Eliga (Turgeon), gagnante du Prix André Michel (Gr3), à laquelle il ressemble physiquement, l’imposant Srelighonn (Martaline) a tracé une belle ligne droite pour conclure troisième devant l’animateur Street Mix et Lucky Net Love (Network), propre frère de la championne Net Lovely (Network). Longtemps au centre du peloton, le poulain de Patrick Joubert et Paul Couderc a fait illusion pour la victoire entre les deux dernières haies. Il a été courageux jusqu’au bout pour accrocher la cinquième place.

Une mère deuxième du Prix Finot (L). Élevé par Marie-Christine Gabeur, On the Go est un fils de Kamsin et de Sacral Nirvana (Mansonnien), deuxième du Prix Finot (L). Sacral Nirvana a donné Ça Marche (Martaline), après On the Go, son premier produit référencé. Elle a été exportée en Irlande.

Deuxième mère d’On the Go, Aubane (Cadoudal) était entraînée par Guillaume Macaire, comme Sacral Nirvana. Elle a remporté les Prix de Sagan et de Chambly (Ls). Aubane a produit notamment Scorpio Imperator (Scorpion), lauréat du Prix Grandak 2013 et deuxième du Prix Stanley, A la Luna (Califet), gagnante de cinq courses, et Perfect Impulse (Poliglote), quatrième du Prix Général de Saint-Didier (Gr3).