Al mourtajez est sur une autre planète

Autres informations / 15.05.2016

Al mourtajez est sur une autre planète

DEAUVILLE, DIMANCHE

QATAR COUPE D’EUROPE DES CHEVAUX ARABES (GR1 PA)

Al Mourtajez est sur une autre planète

Al Mourtajez (Dahess) apprend sagement son métier. S’il avait survolé de bout en bout le Qatar Arabian World Cup (Gr1 PA) le jour de l’"Arc", il s’était fait un peu piéger dans l’Emir’s Sword (Gr1 PA), à Doha, cet hiver. Son entraîneur, Thomas Fourcy, lui apprend désormais à se détendre et à courir derrière les autres, ce qu’il a bien fait ce dimanche, remportant de toute une classe la Qatar Coupe d’Europe des Chevaux Arabes (Gr1 PA).

Une épreuve rythmée. Le petit peloton de cinq partants est parti sur un rythme très soutenu, sous l’impulsion de Laft Nethar (Majd Al Arab), un compagnon de casaque et d’entraînement d’Al Mourtajez. Le futur lauréat a suivi l’animateur, accompagné à son intérieur par la lauréate 2015 de cette épreuve, Prada T (Djendel), tandis que Sir Bani Yas (Amer), filait le grand favori. Sitôt sorti du tournant final, Laft Nethar a baissé de pied. Al Mourtajez est alors venu en pleine piste, toujours suivi par Sir Bani Yas, tandis que Prada T était déjà sollicitée. Il n’y aura pas d’explication finale car Al Mourtajez s’est irrésistiblement détaché. Le représentant d’Al Shaqab Racing passe le poteau avec cinq longueurs d’avance sur Sir Bani Yas. Prada T est troisième, à douze longueurs.

Une nouvelle tactique. Julien Augé, le fidèle jockey du lauréat, ne pouvait qu’être ravi de cette rentrée victorieuse et de son style, comme il l’a confié à nos confrères d’Equidia : « C’est le meilleur et de très, très loin. Lorsqu’il est battu, c’est parce que j’ai eu un excès d’orgueil et Thomas [Fourcy, ndlr] aussi. Malheureusement, cela arrive à tout le monde. On fait des bêtises, c’est humain. Lorsqu’on fait les choses bien, il ne peut pas être battu. Nous allions beaucoup trop vite aujourd’hui, et pourtant, mon cheval a gardé le même rythme, très au-dessus des autres, comme un pur-sang anglais qui aurait couru le Quinté aujourd’hui. On le dresse pour courir avec un leader, pour ne pas se faire avoir comme au Qatar, aller devant et faire la course pour les autres. Il montre aujourd’hui qu’il sait le faire et avec ce genre de tactique, il va être très dur à battre. »

Thomas Fourcy savourait également la victoire de son protégé, et surtout la manière : « C'est un crack, une force de la nature. Le lot n'était pas exceptionnel aujourd'hui, même si Sir Bani Yas est un très bon cheval, mais Al Mourtajez le fait avec la manière. À Doha, il a eu une course dure, mais nous lui avons laissé du temps pour récupérer, et je crois même que cela l'a rendu plus fort. Il devrait maintenant courir à Goodwood, puis tenter la Triple couronne, c'est-à-dire défendre son titre à Longchamp, mais surtout prendre sa revanche à Doha. »

Bon comportement de Sir Bani Yas. Élisabeth Bernard, l’entraîneur de Sir Bani Yas, nous a expliqué : « Nous sommes battus par un extraterrestre. Je suis admirative des champions, et Al Mourtajez en est un ! Nous avons réussi à le battre une fois, mais aujourd'hui il était le plus fort. Sir Bani Yas s'est très bien comporté. Il devrait maintenant courir un Groupe à La Teste, avant de tenter de défendre son titre à Goodwood, mais il y aura aussi Al Mourtajez..."

La famille d’Al Saoudi. Al Mourtajez est né chez Nada Mousalli, Faiz Al Elweet et Hassan Mousli. Arwa (Nuits St Georges), la mère d’Al Mourtajez, a donné naissance à Al Moutawakila  (Al Sakbe), meilleure pouliche de 4ans en 2012 grâce à son succès dans le Qatar Total Arabian Trophy des Juments (Gr1 PA), sous la selle de Thomas Fourcy ! Fatzica (Fatzour), la deuxième mère d’Al Mourtajez, est la génitrice de l’étalon Azadi (Darike), qui ne cesse de s’affirmer, et d'Al Saoudi (Nuits St Georges), multiple gagnant de Gr1 PA et désormais étalon pour le compte du cheikh Hamdan au haras de Saint-Faust. Cette famille a également donné Al Mouhannad (Nizam), triple lauréat des Jebel Ali Racecourse Zaabeel International Stakes (Gr1 PA).