Brut impérial pose devant le brandevin : découvrez le making of de cette photo insolite

Autres informations / 05.05.2016

Brut impérial pose devant le brandevin : découvrez le making of de cette photo insolite

Brut Impérial pose devant Le Brandevin

Découvrez le making of de cette photo insolite

« J’ai dit à Donatien : "Si nous gagnons, nous sommes obligés de faire une photo de Brut Impérial devant Le Brandevin !" » Voilà le pari un peu fou que s’est lancé Denis Peltier, un des propriétaires de Brut Impérial – un fils de Le Fou ! – et propriétaire du restaurant Le Brandevin, avant le départ du Prix Ubu III, mercredi à Auteuil. Chose promise, chose due ! Les personnes déambulant dans le XVIe arrondissement de Paris ont ainsi eu la surprise de voir un cheval prendre fièrement la pose devant le restaurant de la rue du Dr Blanche… Le scénario est original et nous vous offrons ici le making of d’une photographie appelée à devenir culte…

Une photo pour le souvenir. Brut Impérial a offert un premier succès à ses propriétaires, Denis Peltier et Jean-Louis Moyne, réunis sous le nom de l’écurie Sagittaire et également coéleveurs du cheval. Une première victoire, cela se fête, et avec un cheval nommé Brut Impérial, on se doute bien que le champagne était de rigueur. Mais pour rajouter un peu de piquant à la célébration, autant inviter le principal intéressé à la fête : le cheval. C’est ainsi que Brut Impérial a eu le droit de célébrer sa victoire devant Le Brandevin, même s’il n’a pas eu droit à sa coupe. Gagner dans le temple de l’obstacle, cela n’a pas de prix, comme nous l’a expliqué Denis Peltier : « J’ai eu des trotteurs, mais ce n’est pas pareil de gagner à Auteuil. Il était aussi plus compliqué de faire venir des trotteurs dans le XVIe arrondissement, tandis qu’Auteuil est juste à côté. Cela a mis un peu d’animation dans le quartier ! »

Pourtant, ce n’était pas gagné d’avance : les courses, il faut déjà les gagner, même si Brut Impérial était très bien placé au poids dans ce Prix Ubu III. Et il y avait ensuite les soucis d’ordre plus logistiques : pas évident de faire débarquer un cheval en plein Paris, surtout quand il est d’un naturel un peu compliqué comme Brut Impérial ! Denis Peltier a ajouté : « Donatien Sourdeau de Beauregard n’était pas très motivé à la base : il m’a dit que ce ne serait pas facile car le cheval était nerveux sur l’hippodrome. » Mais l’entraîneur s’est finalement laissé convaincre, comme il nous l’a expliqué : « C’est vrai que je n’étais pas très chaud car ce n’est pas un cheval facile. Mais cela leur faisait tellement plaisir ! Brut Impérial n’est pas resté longtemps dans la rue : il est descendu le temps de faire la photographie, avant de remonter immédiatement dans le van qui est reparti à l’écurie ! Tout cela s’est très bien passé. Les habitués du restaurant étaient également présents, c’était un moment très sympathique. »

Des victoires qui s’arrosent… à l’eau !

Certains font des sauts de l’ange, d’autres font une photo devant un restaurant. Parmi les célébrations insolites, il faut aussi citer celle d’Andreas Wohler et de Manfred Hofer après la victoire de Belenus (Lomitas) dans le Derby allemand 1999 (Gr1). Le cheval est tout d’abord rentré dans le rond des gagnants avec deux jockeys en selle puisque Manfred Hofer (courtier) avait sauté – de joie – sur son dos. Andreas Wohler et Manfred Hofer ont ensuite décidé d’arroser cette victoire comme il se doit… en plongeant dans le lac de l’hippodrome de Hambourg ! Mais la suite de la célébration n’a certainement pas eu lieu qu’à l’eau…

Brut Impérial au lieu de Brandevin ! Le Brandevin est fréquenté par de nombreuses personnalités des courses : la famille Leenders, Arnaud Jacquinet (représentant de Moët et Chandon)... L’émission Radio Balances a plusieurs fois posé ses micros là-bas, autour de nombreuses bouteilles de champagne, dont peut-être la célèbre cuvée Brut Impérial de Moët & Chandon… Il faudra demander aux différents intéressés ! Le Brandevin est situé à moins d’un kilomètre, à vol d’oiseau, de l’hippodrome d’Auteuil et il est donc devenu un rendez-vous pour tous ceux qui aiment l’obstacle.

Brut Impérial… Le nom du cheval n’est pas un hasard mais un second choix, comme nous l’a expliqué Denis Peltier : « Brut Impérial est le premier cheval que j’ai élevé chez moi : j’ai une ferme en Normandie. Je souhaitais le nommer Brandevin, comme mon restaurant. Mais nous avions fait une fête avec une amie, un jour, et elle a eu un poulain qui est né peu de temps après. Elle l’a nommé Brandevin, ce qui était très sympathique. Du coup, nous avons nommé notre poulain Brut Impérial. J’ai malgré tout un cheval qui s’appelle Brandevin, mais c’est un trotteur, le dernier qu’il me reste d’ailleurs. »

Donatien Sourdeau de Beauregard a ajouté : « Le cheval appartient à l’écurie Sagittaire, qui regroupe Denis Peltier et Jean-Louis Moyne, deux amis. Ils se sont rencontrés via le travail et Jean-Louis connaît bien Le Brandevin. C’est un lieu très sympathique où, en plus, on mange bien ! Brut Impérial est nommé d’après la cuvée éponyme de Moët et Chandon. L’écurie Sagittaire a peu de chevaux. Il y a Brut Impérial, Toque Blanche… Denis et Jean-Louis s’amusent aussi en faisant de l’élevage. Denis est de l’Orne, où il a des poulinières, et, d’ailleurs, tous ses employés du Brandevin sont des personnes qu’il a ramenées de l’Orne ! »

Et vous ?

Une victoire, cela se fête et tout dépend dès lors de l’imagination de chacun. Certains paris sont réussis, d’autres non – et c’est peut-être tant mieux ! Dans les paris fous non réalisés, on peut citer celui d’une journaliste de Jour de Galop qui était prête à parcourir la ligne droite d’Ascot nue comme au premier jour si un cheval français remportait une course particulière de Royal Ascot. Comme les strikers sont à la mode, on peut aussi citer un entraîneur prêt à faire le tour de Longchamp nu si son cheval remportait le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe… Et vous, quel pari fou seriez-vous prêt à relever si vous remportiez la course dont vous rêvez ?

Envoyez nous vos réponses à cette adresse : anneloumail@gmail.com.