Comas sola, comme un poisson dans l’eau

Autres informations / 23.05.2016

Comas sola, comme un poisson dans l’eau

AUTEUIL, DIMANCHE

PRIX D’ARLES (L)

Comas Sola, comme un poisson dans l’eau

Lors de sa dernière sortie, dans le Prix du Cher (L) à Enghien, Comas Sola (Lord du Sud), n’avait pas été très chanceuse. Son jockey avait perdu sa cravache et elle s’était classée deuxième. Dimanche à Auteuil, elle a fourni la meilleure valeur de sa carrière, en décrochant une quatrième victoire et une première au niveau black type. James Reveley a rapidement placé la future lauréate dans le groupe de tête, avant de prendre l’avantage en passant devant les tribunes. En face, la pouliche comptait déjà quatre longueurs d’avance et elle n’a cessé d’accroître cet écart. Elle s’impose avec vingt longueurs d’avance, en étant visiblement très à l’aise, contrairement à certaines de ses rivales, dans le terrain pénible de la sixième course de la réunion. L’attentiste Yosille (Blue Brésil) décroche la deuxième place tout à la fin, avec une longueur d’avance sur Reine Pieuse (Saint des Saints). Jean-Paul Gallorini, l’entraîneur de la lauréate, nous a expliqué : « Je suis agréablement surpris de la voir gagner aussi facilement à Auteuil. C’est un grand jockey sur une jument de petite taille ! James Reveley a été très bon, il l’a montée pour elle. La forme a primé la classe. »

La première Listed de Sophie Devin. Comas Sola est le troisième cheval de Sophie Devin en tant que propriétaire. Cette dernière est en effet copropriétaire de Physiocrate (Doctor Dino), deuxième du Prix de Diane (Gr1) 2015. Chez les sauteurs, son premier gagnant fut Politologue (Poliglote), lauréat sur les haies d’Auteuil en 2015 avant d’être exporté. La jeune propriétaire, qui possède ses couleurs depuis 2015, nous a expliqué : « C’est mon premier gagnant de Listed. Mes parents l’ont choisie lorsqu’elle était yearling chez Arqana, pour 6.000 €. Elle a un bon papier et méritera d’aller à l’élevage après sa carrière. Pour l’instant, elle va aller au repos. Ma première victoire date de juin 2015, ici même, à Auteuil. Il faisait aussi mauvais et c’est déjà James Reveley qui était en selle ! » Antonia Devin, la mère de Sophie Devin, a précisé : « Cette casaque était celle de mon père, Frank Feeney, qui avait gagné les Guinées irlandaises. Ces couleurs se sont aussi imposées trois fois à Royal Ascot avec Ardoon (Track Spare), mais également à Auteuil où Le Ronceray (Ardoon) avait gagné les Prix Aguado et Wild Monarch (Ls). »

Yosille pourrait aller sur le Prix Christian de Trédern. Jehan Bertran de Balanda, l’entraîneur de la deuxième Yosille, nous a déclaré : « Elle effectue une très bonne rentrée. La pouliche avait eu une fin de saison un peu compliquée en 2015. Après le Prix Bournosienne, elle avait couru le Prix Général de Saint-Didier et nous lui avions laissé beaucoup de temps. Je ne voulais pas la courir trop tôt en début de saison. Elle avait besoin de faire un bon break, ayant couru dans les deux disciplines. J’estime la pouliche et nous avons pris notre temps. J’avais peur du manque de compétition, mais cela nous a aidés, comme le terrain. C’est une pouliche très courageuse, qui laisse toujours son cœur sur la piste. C’est un petit peu pour cela que l’an dernier, après Enghien, je l’ai sentie vraiment très fatiguée. Elle avait besoin de cette course. Il y a un Groupe de pouliches dans un mois [le Prix Christian de Trédern, ndlr]. C’est une option. »

La sœur d’Halley. Comas Sola est la sœur d’Halley, lauréat du Prix Maurice Gillois (Gr1), de Solar Impulse, vainqueur du Prix Frascati à Auteuil, puis lauréat de Gr3 à Cheltenham et de Blue Fashion, gagnant sur les haies de la butte Mortemart et quatrième du Prix Alain du Breil (Gr1). Mère de Comas Sola, Moon Glow (Solar One) a gagné cinq courses, toutes sur les obstacles, dont le Prix du Défilé à Auteuil et trois steeples bordelais. Comas Sola est une fille de Lord du Sud, étalon du Haras de Cercy. Paul Nataf, l’éleveur de la gagnante, nous a expliqué : « J’aime bien imaginer mes croisements. C’est passionnant. Lord du Sud est un bon cheval. J’ai trouvé amusant de marier le sang de Linamix avec celui d’Alleged. J’ai récupéré la mère chez un client fidèle, Monsieur Pharaon. Quand elle a commencé à bien produire, je lui ai redonné la jument. C’était la moindre des choses. »