Come alive, pour trouver une adversaire à minding

Autres informations / 14.05.2016

Come alive, pour trouver une adversaire à minding

Poule d’Essai des Pouliches (Gr1)

Come Alive, pour trouver une adversaire à Minding

Les 1.000 Guinées de Newmarket (Gr1) ont confirmé ce qui avait été observé en 2015 : il y a actuellement en Europe une pouliche qui est au-dessus de la mêlée. C’est Minding (Galileo), qu’entraîne Aidan O’Brien. Par lignes directes ou interposées, de 2015 ou 2016, Minding est actuellement d’un niveau supérieur à plusieurs concurrentes au départ ce dimanche. Elle est appelée à régner en maître sur l’Europe des pouliches, sauf si une française a beaucoup progressé durant l’hiver (Qemah ?) ou bien si une pouliche venue par d’autres chemins se révèle être du même bois qu’elle. Cette pouliche peut être Come Alive.

Lors de ses débuts à Deauville, Come Alive a placé une accélération extraordinaire pour devancer des pouliches qui ont, dans leur majorité, répété. Come Alive a rapidement été identifiée comme la pouliche de Poule d’Essai d’André Fabre qui l’a donc fait rentrer dans la course B en ligne droite de Maisons-Laffitte du 19 avril. Come Alive y a gagné "de ce qu’elle a voulu" devant Saimaa (Iffraaj) qui est loin d’être un second couteau. Cette représentante Godolphin est inexpérimentée, mais elle doit être capable de compenser cela par la classe. Si elle est la pouliche de grand talent que l’on pressent, elle doit être capable de gagner ici avant, potentiellement, d’affronter Minding avec une chance.

Une coalition "Rouget" avec de l’allure. Double tenant du titre avec Ervedya (Siyouni) et Avenir Certain (Le Havre), Jean-Claude Rouget doit espérer conserver son titre avec Qemah (Danehill Dancer) ou La Cressonnière (Le Havre). Elles possèdent des profils différents : Qemah a été essayé au niveau Gr1 l’an dernier ("Marcel Boussac"), tandis que La Cressonnière a eu un parcours plus protégé, ce qui lui a permis d’être toujours invaincue après cinq sorties, tout en ayant gagné trois Listeds.

• Les possibilités de victoire de Qemah résident dans sa progression entre 2ans et 3ans. Dans le "Marcel Boussac" – où elle n’a pas été montée "le couteau entre les dents" – sa troisième place derrière Ballydoyle (Galileo) la place à un niveau qui est derrière Alice Springs (Galileo) et devant Nathra (Iffraaj) à la suite des 1.000 Guinées. Insuffisant pour gagner dimanche donc. Dans le Prix de la Grotte (Gr3), Qemah n’a eu qu’à accélérer pour balayer celles qui étaient les meilleures françaises vues en 2015. Elle aurait sans doute eu plus de mal à les battre en octobre 2015, signe donc qu’elle a progressé durant l’intersaison. Qemah est donc une toute première chance ici et seule une pouliche toute neuve comme Come Alive peut espérer la battre. Notons que Jean-Claude Rouget compte d’ores et déjà courir les Coronation Stakes (Gr1) de Royal Ascot – dont il est également le tenant du titre – avec Qemah.

• La Cressonnière aurait pu courir un Groupe à 2ans, comme le Prix des Réservoirs (Gr3) - dont la lauréate, Trixia (Siyouni), est la grande absente de ce dimanche. Son entourage l’a plutôt préservée, préférant lui faire courir trois Listeds et La Cressonnière a su répondre présent à chaque fois. Maniable, La Cressonnière peut adopter toutes les tactiques et se sort de tous les terrains. Son parcours est "moins classique" que celui de Qemah, raison pour laquelle il est logique de lui préférer légèrement sa compagne d’entraînement.

• Alice Springs, la "pouliche étalon". Présentée par Aidan O’Brien, Alice Springs est la pouliche qui va permettre de juger du niveau de la Poule d’Essai des Pouliches (Gr1). Cette pouliche très dure a pris part à beaucoup de combats et, dernièrement, elle s’est montrée courageuse pour prendre la troisième place des 1.000 Guinées de Newmarket. Théoriquement, cette performance peut suffire pour s’imposer si les pouliches françaises ne se montrent pas à la hauteur de leurs contemporaines anglo-irlandaises. On est encore en droit d’en douter. C’est pourquoi Alice Springs est plutôt vue comme une candidate aux places qu’à la victoire. Seules celles qui seront capables de la devancer dimanche pourront espérer jouer les finales européennes du mile avec une chance.

Les autres concurrentes passées au crible

• Antonoé (First Defence) : elle était certainement la meilleure 2ans française jusqu’à sa fêlure du bassin du "Marcel Boussac". Elle a couru très correctement pour sa rentrée dans le Prix de la Grotte (troisième) et Pascal Bary a dit à la suite de cela qu’il attendait des progrès d’Antonoé. Si Antonoé redevient la pouliche qu’elle s’annonçait, elle est capable de faire quelque chose de très fort.

• Besharah (Kodiac) : c’est l’une des meilleures 2ans anglaises de 2015 et elle avait été assez impressionnante dans les Lowther Stakes (Gr2), à York, avant de prendre la troisième place des Cheveley Park Stakes (Gr1). Elle était alors devancée par des pouliches qui n’ont pas répété dans les 1.000 Guinées. La troisième place de Besharah dans les Fred Darling Stakes (Gr3) – délocalisés à Chelmsford – n’a pas été suffisante pour qu’elle se présente dans les 1.000 Guinées et son entourage prend le parti d’une certaine "facilité" en l’orientant sur la France. Il n’est pas certain que Besharah tienne la distance de 1.600m et qu’elle ait beaucoup progressé durant l’hiver. Un grand flou entoure sa candidature.

• Nathra (Iffraaj) : bien que nettement battue à 2ans par Minding dans le Fillies’ Mile (Gr1), elle a tout de même tenté sa chance dans les 1.000 Guinées de Newmarket après sa victoire convaincante dans les Nell Gwyn Stakes (Gr3). Elle y a terminé cinquième, en donnant l’impression d’avoir alors cette Poule d’Essai dans le viseur. Elle a certainement "pris moins dur" qu’Alice Springs dans les "Guinées" et peut donc espérer la devancer ici. Nathra est la concurrente étrangère la plus dangereuse pour les françaises.

• Spectre (Siyouni) : elle a créé une surprise en remportant le Prix Imprudence (Gr3). Sur le moment, peu d’indices montraient que le Prix Imprudence était la bonne course en vue de la Poule d’Essai et, depuis, on ne peut pas dire que cette ligne a pris beaucoup de galon. Il est difficile d’imaginer que Spectre puisse réaliser le doublé "Imprudence - Poule d’Essai" comme Ervedya l’an dernier.

• Huda (Equiano) : toujours maiden après trois sorties, Huda possède des références bien trop minces pour espérer jouer un premier rôle ici.

• Kenriya (Kendargent) : c’est l’une des révélations de ce début d’année. Après deux victoires faciles sur P.S.F. (à Pau, puis à Chantilly), elle a réussi son test dans le Prix de la Grotte, s’y classant deuxième. Elle a pu profiter de sa condition avancée face à des concurrentes qui faisaient une rentrée, et cette performance est suffisante pour espérer une place ici.

• Aim to Please (Excellent Art) : elle avait été impressionnante dans le Prix François Boutin (L), à 2ans, et sa performance suivante, dans le Prix La Rochette (Gr3), face aux mâles, ne compte pas. Néanmoins, cette année, elle n’a pas été très convaincante dans le Prix Ronde de Nuit (L - sixième), puis dans le Prix Imprudence (cinquième). Même si elle retrouve le parcours où elle a réalisé sa meilleure valeur, Aim to Please ne dispose pas d’une première chance sur ce qu’elle a montré cette année.

• Sasparella (Shamardal) : c’était l’une des meilleures 2ans françaises, elle qui a remporté le Prix d’Arenberg (Gr3) et survolé le Prix de Lisieux (F). On peut oublier sa course de rentrée moyenne du Prix Sigy (Gr3) et attendre qu’elle montre un meilleur visage ici. Elle possède une vraie aptitude aux parcours en ligne droite, mais la question réside en sa capacité à tenir la distance de 1.600m. Il y a beaucoup de vitesse dans son pedigree maternel et son père, Shamardal, apporte également plus de vitesse que de tenue. Mais si elle tient et est en meilleure forme que dans le "Sigy", elle peut prendre une belle place.

• Syrita (Siyouni) : il y a dix jours, Markus Nigge nous disait hésiter à la présenter dans la Poule d’Essai, puisque Syrita est toujours maiden. Mais, Syrita est entraînée sur place et sa troisième place dans la "B" remportée par Come Alive l’autorise à espérer une cinquième place ici. Pour les joueurs de jeux à combinaisons, Syrita est le meilleur outsider à glisser sur un ticket. Elle ne compte que deux sorties, ce qui fait d’elle la moins expérimentée du lot avec Come Alive, mais ce n’est certainement pas la moins douée.