Dariyan trouve son jour

Autres informations / 01.05.2016

Dariyan trouve son jour

Dariyan trouve son jour

SAINT-CLOUD, DIMANCHE - PRIX GANAY (Gr1). Très décevant dans le Dubai Sheema Classic (Gr1), fin mars, Dariyan (Shamardal) a remis les pendules à l’heure en s’imposant dans le Prix Ganay (Gr1), dimanche à Saint-Cloud. Le représentant de Son Altesse l’Aga Khan a été aidé dans son œuvre par son jockey, Christophe Soumillon, très bien inspiré. En effet, Dariyan s’élançait de la stalle la plus à l’extérieur, et sur un terrain roulant, la tâche n’était pas aisée. Christophe Soumillon a choisi l’option de reprendre son partenaire et de le placer en dernière position.

Devant, Ming Dynasty (King’s Best) menait à un train sélectif, flanqué de son compagnon de couleurs, Sumbal (Danehill Dancer). Dans le dernier tournant, Dariyan a pu gagner un terrain considérable en venant à la corde. À quatre cents mètres du poteau, quand un embouteillage a commencé à se former côté corde, Christophe Soumillon a réussi à contourner Garlingari (Linngari) et Sumbal, tout en jouant des coudes pour se frayer le passage, gênant un instant Wild Chief (Doyen), ce qui a motivé l’ouverture d’une enquête. Une fois ce passage créé, le poulain a bien accéléré pour prendre assez sûrement la mesure de Silverwave (Silver Frost). Ce dernier se comporte beaucoup mieux que lors de sa rentrée dans le Prix d’Harcourt (Gr2), où il était allé devant avant de céder. Muni d’un bonnet cette fois, le cheval s’est montré beaucoup plus posé et a ainsi pu placer son accélération. Lauréat du Prix Exbury (Gr3) puis du Prix d’Harcourt, Garlingari prend la troisième place, plus loin. Il n’a pas eu toutes ses aises côté corde quand la course s’est jouée. Ming Dynasty a en effet cédé devant lui, et le cheval a mis un peu de temps avant d’oser s’engager à sa droite.

Une lombalgie à Dubaï. Alain de Royer Dupré, l’entraîneur de Dariyan, a donné des explications quant à la contre-performance du poulain à Dubaï : « Il avait très bien couru pour sa rentrée à Dubaï, avant de se montrer inexistant dans le "Sheema Classic". Il y avait manifestement un problème, et il est revenu à Chantilly avec une bonne lombalgie. Nous lui avons laissé le temps de récupérer, de retrouver son équilibre, et il semblait très bien le matin. C’est un cheval gaucher, et le bon terrain l’a avantagé. Il y avait le problème de la corde, que Christophe Soumillon a parfaitement géré. Il fallait oser et il l’a fait ! Concernant la distance, nous avons toujours pensé qu’il était plus efficace sur 2.000m que sur 2.400m. Il est capable de tenir puis de placer une bonne accélération dans les deux cents derniers mètres. »

Une aversion pour Chantilly. Concernant la suite de son programme, les choses sont plus compliquées, car Dariyan a une aversion pour l’hippodrome de Chantilly. Or le Prix d’Ispahan (Gr1), qui aurait constitué une suite logique, se dispute cette année à Chantilly, en raison des travaux de Longchamp. Alain de Royer Dupré a expliqué : « Le cheval est incapable de se sortir du profil de Chantilly. Il avait très mal couru dans le Prix du Lys, et a également toujours très mal travaillé le matin sur cet hippodrome. Je me souviens d’un galop avant de partir aux États-Unis qui s’était avéré catastrophique, et nous n’avions donc pas effectué le déplacement. Donc il ne courra pas le Prix d’Ispahan. Nous allons réfléchir… Il lui faut des pistes plates. York pourrait être une bonne option. »

Silverwave plus gérable. Silverwave se réhabilite lui aussi après une rentrée qui amenait à s'interroger. Très allant à Chantilly, il s’est cette fois montré plus froid, Maxime Guyon devant même l’accompagner aux bras dans le parcours pour qu’il reste bien en course. Son entraîneur, Pascal Bary, était soulagé, et nous a confié : « En dernier lieu, il était certainement trop frais pour sa rentrée. Mais nous étions inquiets car nous nous attendions à ce qu'il coure bien, donc nous nous posions des questions. Aujourd'hui, il fait une très belle course. Nous sommes vraiment très contents. »

On ne peut pas dire que Garlingari ait déçu. Il prend la troisième place, à trois longueurs de Silverwave, mais n’a pas eu franchement les coudées franches à un moment. Son entraîneur, Corine Barande-Barbe, a analysé : « Je regrette un petit peu que le cheval côté corde ait cédé car il n'a pas eu le passage. C'est un petit cheval et il a hésité à passer. Or, il doit être lancé de loin. Mais il court très bien. Il est en progrès et monte de niveau avec succès. Il avait déjà gagné en bon terrain et il montre encore aujourd'hui que cela ne le dérange pas. Nous allons réfléchir au contenu de son futur programme. Je vais l'engager dans le Prix d'Ispahan mais je crains que la distance soit un peu courte. Nous lui octroierons peut-être un moment de repos s'il est fatigué, mais cela n'a pas l'air d'être le cas. Et il y a aussi l'automne, avec plein d'options : Angleterre, Hongkong... De toute façon, nous avons encore le temps. Il n'a que 5ans et, chez moi, ce sont encore des bébés à cet âge-là... »

Un fils de Daryakana. Dariyan est le premier produit de la très bonne Daryakana (Selkirk), victorieuse dans le Hong Kong Vase (Gr1) et le Qatar Prix de Royallieu (Gr2). Elle-même est issue d’une autre gagnante de Gr1, Daryaba (Night Shift), lauréate des Prix de Diane et Vermeille (Grs1). Daryaba a aussi donné Daramsar (Rainbow Quest), lauréat du Prix du Conseil de Paris (Gr2), et Daraybi (Street Cry), gagnant du Prix Marchand d’Or (L). Daryakana a un 3ans par Dansili, Darabad, troisième en débutant le 18 avril dans le Prix Mississipian (F), et un 2ans par Dubawi, Devamani, qui n’a pas encore débuté. Elle a aussi une yearling par Redoute’s Choice.

PEDIGREE WEATHERBY

http://www.jourdegalop.com/documents/link_pdf/DARIYAN.pdf

LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Du départ à 1.000m : 1’06’’61

De 1.000m à 600m : 26’’24

De 600m à 400m : 12’’00

De 400m à 200m : 11’’41

De 200m à l’arrivée : 11’’46

Temps total : 2’07’’72