De volta à volterra en quelques foulées

Autres informations / 09.05.2016

De volta à volterra en quelques foulées

De Volta à Volterra en quelques foulées 


PRIX VOLTERRA (L), LUNDI À CHANTILLY. « Avant même qu’elle ne gagne son maiden, nous avions cette course en tête avec elle », nous a déclaré David Salabi, copropriétaire de Volta (Siyouni), après sa victoire dans le Prix Volterra (L). La pensionnaire de Francis-Henri Graffard s’est imposée très facilement dans cette Listed, offrant un premier succès black type à la casaque de David Salabi. Jamais loin, Volta allait au-dessous du lot à mi-ligne droite, et quand Pierre-Charles Boudot lui a demandé d’accélérer, elle a laissé ses adversaires sur place, signant d’excellents temps partiels : 11’’87 des quatre cents mètres aux deux cents mètres et 10’’96 des deux cents mètres au poteau. 

Volta s’impose de deux longueurs et demie devant Qatar Power (Le Havre), vue derrière l’animatrice, Mademoiselle Flore (Footstepsinthesand), et juste derrière Volta lorsque cette dernière a accéléré. Magnolea (Acclamation) s’est fait surprendre à la fin par Just Win (Mamool) pour la troisième place, à trois quarts de longueur de Qatar Power.

Volta en progrès constant. Volta venait de laisser une belle impression à Saint-Cloud dans le Prix Calandria (F). La "ligne" de cette épreuve n’a pas vraiment confirmé, mais la pouliche faisait alors un "truc" pour s’imposer, n’ayant pas eu le meilleur des parcours. Plus détendue à 3ans qu’à 2ans, elle va de progrès en progrès et ne devrait pas s’arrêter là. David Salabi – qui partage la propriété de Volta avec Mayeul Caire et Thierry de la Héronnière, son éleveur – a déclaré : « C’est une pouliche que nous estimions déjà à 2ans, mais nous lui avons laissé le temps de bien venir. Il faut féliciter tout le beau travail qui a été fait par son entourage pour la régler et lui apprendre à se détendre. Pierre-Charles Boudot nous a dit qu’il a pris beaucoup de plaisir à la monter. Elle devrait rester sur 1.600m pour ses prochaines compétitions. »

Un programme à définir. L’option la plus évidente si on évoque le futur programme de Volta, est le Prix de Sandringham (Gr2), mais rien n’est encore certain, comme nous l’a expliqué David Salabi : « Pour le moment, je crois qu'aucune décision n'a été prise. L’idée est de rester sur le mile et de ne pas courir de façon trop rapprochée. Nous l’avions fait l’an dernier et elle n’avait pas aimé cela. Nous allons faire attention à elle, la préserver. Notre objectif, la concernant, a toujours été de gagner une Listed. Désormais, c’est chose faite et nous allons pouvoir fixer de nouveaux objectifs. » Pouliche légère, Volta a-t-elle encore une marge de progression ? David Salabi pense que c'est le cas : « Cela fait deux fois qu’elle gagne facilement. En dernier lieu, à Saint-Cloud, c’était une rentrée et, aujourd’hui, elle n’avait pas couru depuis six semaines. Je pense qu’elle a encore de la marge et sa famille a progressé à 3ans. »

Francis-Henri Graffard, entraîneur de Volta, nous a déclaré : « Je suis ravi pour Volta, avec laquelle nous avons pris notre temps. Elle avait bien gagné pour sa rentrée et l’objectif était de prendre du black type, ce qui est fait. Elle était très bien le matin et avait d’ailleurs travaillé avec Bolting [gagnant du Prix du Pont Neuf (L), trente minutes plus tard, ndlr]. Elle est maniable et a un vrai changement de vitesse. A priori, la suite logique serait le Prix de Sandringham, mais nous allons en discuter avec ses propriétaires. » Il y a donc de fortes chances de revoir Volta à Chantilly, à moins que son entourage ne se laisse tenter par le grand défi de Royal Ascot…


Qatar Power rassure. Qatar Power venait de mal courir dans le Prix Finlande (L), où elle concluait sixième après avoir eu un bon parcours. Elle rassure son entourage ce lundi. La pouliche s’est bien élancée, s’installant aux commandes de la course avant d’être relayée par Mademoiselle Flore. Elle a ensuite tracé une bonne fin de course, sans cependant suivre l’accélération de Volta. Freddy Head, son entraîneur, nous a déclaré : « Elle court beaucoup mieux qu'en dernier lieu, mais il faut relativiser, car ce ne sont peut-être pas les mêmes non plus. Je pense qu'à l'avenir, il faudra plutôt la raccourcir que la rallonger. Elle n'a pas eu le meilleur des parcours. Il me semble qu'elle aurait fini plus près si elle avait pu mener à sa guise. Elle devrait gagner sa course principale cette année, sans difficulté. »

La sœur de Calvados Blues. Volta a été élevée au haras d’Ellon par Thierry, Amaury et Danielle de la Héronnière. Elle est issue du croisement entre Siyouni et Persian Belle (Machiavellian), une jument marquante pour le haras d’Ellon. C’est en effet la mère de Calvados Blues (Lando), gagnant des Prix des Chênes et de Guiche (Grs3), mais aussi deuxième du Dubai City of Gold et troisième du Dubai Sheema Classic (Grs1). Elle a aussi produit Plain Vanilla (Kendor), qui n’a pas été épargnée par les problèmes de santé, mais qui a tout de même remporté le Prix Girl Friend (D) et s’est placée dans des Groupes, pour la même casaque que celle de Volta. Thierry de la Héronnière nous avait raconté comment Persian Belle était arrivée chez lui : « J’avais acheté Persian Belle, à Newmarket, pour 7.000 guinées. Je la voulais absolument parce que c’était une fille de Machiavellian, un très bon père de mères, mais surtout parce qu’elle était issue de la souche maternelle de Vitiges, le meilleur cheval que mon père ait élevé, et qui était un vrai champion. C’est donc pour des raisons sentimentales que j’ai acheté cette jument, qui n’avait encore rien produit. » La quatrième mère de Volta est en effet Virunga, donc la souche "V" des Wildenstein, à qui l’on doit notamment Vallée Enchantée. 

LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Du départ à 1.000m : 36’’85

De 600m à 400m : 25’’61

De 400m à 200m : 11’’87

De 200m à l’arrivée : 10’’96

Temps total : 1’37’’45