L’histoire continue avec la cressonnière

Autres informations / 15.05.2016

L’histoire continue avec la cressonnière

DEAUVILLE, DIMANCHE

POULE D’ESSAI DES POULICHES (GR1)

L’histoire continue avec La Cressonnière

Pour son premier essai au niveau Gr1, La Cressonnière (Le Havre) a fait "tilt" dans la Poule d’Essai des Pouliches (Gr1). En plus de son talent naturel, sa grande maniabilité et son envie d’aller aux courses ont fait la différence après un parcours nez au vent dû à son numéro un dans les stalles. Elle était l’une des rares pouliches calmes au rond. La Cressonnière rejoint le rang des invaincues qui ont réussi à s’imposer dans la Poule d’Essai. Ces dernières années, sa compagne d’entraînement et de couleurs Avenir Certain XX (Le Havre), Beauty Parlour XX (Deep Impact), Golden Lilac XX (Galileo), Zarkava XX (Zamindar), Darjina (Zamindar) ou Divine Proportions (Kingmambo) ont réussi à faire de même. C’est dire la lourde succession à laquelle s’attelle La Cressonnière. On la reverra dans le prochain Prix de Diane Longines (Gr1).

Déjà gagnante de trois Listeds, La Cressonnière ne fait que commencer son histoire. Mais, pour elle, tout a débuté un jour d’août 2007, quand son père, Le Havre, a été acheté par Jean-Claude Rouget à Arqana. Devenu ensuite la propriété de Gérard Augustin-Normand, Le Havre est le fil rouge de toute cette aventure.

La Cressonnière était au-dessus. Avec un tel parcours – par la force des choses – durant cette "Poule d'Essai", beaucoup de pouliches n’auraient pu gagner. Mais La Cressonnière peut être qualifiée de "mobylette". Elle est hyper pratique dans un parcours et n’est pas montée en pression dans le rond de présentation ni dans les stalles. Sa victoire ne doit rien à personne. Elle était au-dessus du lot, tout simplement, s’imposant avec une longueur d’avance devant plusieurs pouliches qui ont lutté pour les places.

Objectif Prix de Diane. Désormais, Jean-Claude Rouget songe à faire courir le Prix de Diane Longines à La Cressonnière, comme il l’a indiqué à chaud après la course : « Ce n’est pas facile de faire ce qu’a fait La Cressonnière, en étant nez au vent tout le parcours. Il faut qu’elle soit très bonne pour réussir à s’imposer. Elle peut tout faire et elle est dure. Avec elle, nous pensons maintenant au Prix de Diane. Elle devrait pouvoir tenir la distance, il y a de la tenue dans son pedigree. La Cressonnière appartient à une très belle association, celle entre Antonio Caro et Gérard Augustin-Normand. Ils connaissent de la réussite, ce fut déjà le cas avec Avenir Certain et cette année encore avec La Cressonnière et aussi Almanzor. »

La Cressonnière apporte une quatrième victoire dans cette épreuve à Jean-Claude Rouget. La troisième de suite après Avenir Certain et Ervedya. Elle montre bien le changement d’état d’esprit de l’entraîneur. L’approche des classiques a été "dédramatisée" depuis 2009, l’année de son premier "Jockey Club" (Gr1) avec Le Havre. C’est d’ailleurs grâce à cela que l’entraîneur palois n’a pas hésité à ne présenter La Cressonnière que dans le Prix La Camargo (L) cette année, n’ayant pas besoin de la réévaluer ensuite dans une autre préparatoire, malgré le laps de temps de presque deux mois entre les deux courses.

Jean-Claude Rouget avait annoncé il y a quelques semaines qu’il était très bien armé chez les 3ans et ce résultat lui donne raison, ce qui lui a permis d’ajouter : « Ce fut dur pour moi d'arriver là. Pendant longtemps, on disait que mes pensionnaires étaient cuits en juin. Ce n’était pas ça. Ils n’étaient pas assez bons, tout simplement. Aujourd’hui, j’entraîne des chevaux d’une qualité supérieure et cela fait la différence pour les grands rendez-vous. »

Le parallèle avec Avenir Certain. Il est facile, et même tout à fait logique, de faire le parallèle entre La Cressonnière et Avenir Certain. Toutes les deux sont des filles de l’étalon du haras de la Cauvinière, Le Havre. Toutes les deux ont défendu en course l’association entre Gérard Augustin-Normand et Antonio Caro. Toutes les deux sont entraînées par Jean-Claude Rouget. Le Havre est bien sûr l’étalon qui relie tout cet entourage. Et il est évident que si Jean-Claude Rouget n’avait pas acheté Le Havre, yearling, le samedi 18 août 2007, pour 100.000 euros, cette belle histoire n’aurait pas eu lieu.

Sylvain Vidal est un membre de cette équipe et il a déclaré : « Nous sommes heureux car La Cressonnière a été élevée à la maison, à la Cauvinière, et Gérard Augustin-Normand est son éleveur. Nous sommes ravis ! Et Le Havre, quel étalon ! Deux "Poules" en trois ans ! C’est fantastique. Le soleil ne se couche jamais à La Cauvinière ! Nous avons toujours la mère à l'élevage. Je l'avais achetée à Arqana en 2010. Elle est à nouveau pleine de Le Havre !" »

Un premier Gr1 en France pour Cristian Demuro. Devenu le premier jockey de Gérard Augustin-Normand cet hiver, Cristian Demuro remporte son premier Gr1 pour cette casaque et même son premier Gr1 en France. Après la course, il a raconté : « Je suis très ému par cette première victoire de Gr1 ! C'est beaucoup d'émotion... Aujourd'hui, je n’ai pas pu trouver un dos comme me l’avait demandé Jean-Claude. Je l’ai montée "nature" et à quatre cents mètres du but, je lui ai demandé d'accélérer et elle a fait son job. Elle n’est pas fatiguée après la course. Je n’ai pas de mot pour expliquer ce que j’ai ressenti au passage du poteau. Jean-Claude Rouget est imbattable avec les pouliches. Il avait très bien préparé La Cressonnière. C’était un rêve pour moi de gagner une course ça. »

Nathra la meilleure étrangère. La Cressonnière a gagné assez nettement devant plusieurs pouliches qui ont lutté pour la deuxième place. Nette gagnante des Nell Gwyn Stakes (Gr3) et cinquième des 1.000 Guinées de Newmarket, Nathra (Iffraaj) prend la deuxième place. Son classement montre que les pouliches françaises ne sont pas si loin des meilleures anglo-irlandaises, même si, sur cette course, elles sont encore en-dessous de Minding (Galileo). Nathra est entraînée par John Gosden qui nous a indiqué : « Je suis très content d’elle, ce fut une très belle course. Le terrain était excellent, juste parfait. Quel plaisir d’avoir hérité du 14 et de ne pas perdre tout espoir ! Vous comprenez ce à quoi je fais allusion... Un mile en ligne droite est une très bonne idée pour la Poule d'Essai. Nous n’aurions eu aucune chance à Longchamp. Je pense que la course doit rester ici, à Deauville. Nathra a couru les "Nell Gwyn", les "Guinées"... Le terrain était un peu plus souple aujourd'hui et elle a aimé cela. Il était bon souple dans les "Nell Gwyn" et rapide dans les 1.000 Guinées. Elle est aussi beaucoup mieux sur une piste plate. Nous sommes très contents et bravo à Jean-Claude Rouget ! »

A priori, Nathra doit se diriger sur les Coronation Stakes (Gr1) de Royal Ascot.

Qemah garde Ascot dans le viseur. Comme il l’a fait avec raison pour Mekthaal XX (Sea the Stars), Jean-Claude Rouget ne va pas changer d’objectif avec Qemah XX (Danehill Dancer). Il compte toujours courir les Coronation Stakes de Royal Ascot avec cette gagnante du Prix de la Grotte (Gr3) qui se classe troisième ici, après avoir attendu. Contrairement à sa compagne d’entraînement, La Cressonnière, Qemah est montée en pression durant l’avant-course et derrière les stalles. Son entraîneur a expliqué après la course : « Qemah était tendue avant la course. À l'inverse, La Cressonnière était bien plus calme. Qemah sera mieux en tournant, elle pourra souffler. Je la sens bien sur une course anglaise qui va rouler. Je ne vais pas changer mes plans avec elle, nous allons courir à Ascot. Avec un tournant et une course très rythmée, elle sera bien et elle viendra à la fin. »

Besharah quatrième pour l’Angleterre. Très bonne gagnante à 2ans des Lowther Stakes (Gr2), Besharah (Kodiac) a montré dimanche qu’elle n’était pas encore totalement "sur la descendante" en prenant la quatrième place. Son entraîneur, William Haggas, a expliqué après la course : « Je suis fier d’elle. Au rond, elle semblait vraiment minuscule par rapport aux autres. Nous allons étudier la suite de son programme, mais il est possible qu’elle revienne sur 1.400m ».

Besharah domine Spectre (Siyouni), la gagnante du Prix Imprudence (Gr3), cinquième tout près. Installée parmi les favorites, Come Alive XX (Dansili) s’est retrouvée par la force des choses rapidement sur la ligne de tête. Elle a peu à peu perdu pied quand les attaques se sont prononcées.

La grande famille de Highclere. La Cressonnière a été élevée par Gérard Augustin-Normand, et c’est une fille de son étalon Le Havre. La mère de La Cressonnière est Absolute Lady, une fille de Galileo (Sadler’s Wells) qui s’est montrée modeste en compétition (deux places). C’est une fille de Lil’s Jessy (Kris), qui a couru sous les couleurs de la Razza Pallorsi (Giacomo Gariboldi), désormais éleveur en France et en Irlande sous le nom de Razza Pallorsi.

Absolute Lady est une propre sœur de Paris Winds (Galileo), une gagnante de Listed aux États-Unis, par ailleurs troisième des Blandford Stakes (Gr2) en Irlande. Au haras, Absolute Lady n’avait pas convaincu jusqu’à présent, puisque ses deux premiers produits, par Le Havre, comme La Cressonnière, n’avaient pu briller. Au niveau de la cinquième mère, on trouve la championne Highclere (Queen’s Hussar), lauréate du Prix de Diane et des 1.000 Guinées (Grs1). Sa descendance est riche et compte notamment les authentiques champions Nashwan (Blushing Groom) et Deep Impact (Sunday Silence).

http://www.jourdegalop.com/documents/link_pdf/LACRESSONNIERE.pdf

LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Départ à 1.000m : 37’’16

1.000m à 600m : 23’’79

600m à 400m : 11’’54

400m à 200m : 11’’75

200m à l’arrivée : 11’’76

Temps total : 1’36’’00