Arqana se dote d’un "repository

Autres informations / 07.06.2016

Arqana se dote d’un "repository

Arqana se dote d’un "repository"

Arqana innove à compter de la vente de juillet, en proposant un repository. Ce service, répandu dans les autres grands pays de ventes, permet de centraliser les dossiers vétérinaires des chevaux mis en vente, et donc une consultation plus facile. Ludovic Cornuel, en charge des innovations au sein de l’agence de vente, nous en détaille les grands principes.

Photo : Ludovic Cornuel

Jour de Galop. – Qu’est-ce qu’un repository ?

Ludovic Cornuel. – Le repository, un terme qui n’a pas vraiment de traduction française, est une plateforme dématérialisée et sécurisée qui permet de centraliser les dossiers vétérinaires des chevaux catalogués dans une vente. Ce système existe déjà depuis plusieurs années en Australie, aux États-Unis et en Angleterre, et la France avait un certain retard sur le sujet.

Comment avez-vous décidé de rattraper ce retard ?

Nous avons choisi de travailler avec le logiciel Asteris Keystone. En effet, cette solution a déjà fait ses preuves puisqu’elle équipe les ventes de Magic Millions, d’OBS et de New Zealand Bloodstock depuis plusieurs années. Il s’agit d’un système hybride qui permet à la fois des consultations en réseau local et/ou en ligne. En plus d’être le plus abouti techniquement, le logiciel Asteris est également évolutif. Aussi, nous avons pu le personnaliser pour répondre à notre cahier des charges.

Comment cela fonctionne-t-il ?

Les vétérinaires des vendeurs peuvent mettre en ligne les dossiers des chevaux –radios et vidéos endoscopiques des chevaux pour lesquels ils sont mandatés–, depuis leur clinique, par internet ou directement depuis notre local vétérinaire à Deauville, sur rendez-vous. Une fois la phase de mise en ligne terminée et à partir de l’arrivée des chevaux aux ventes, les vétérinaires désignés par les acheteurs potentiels pourront commencer à consulter ces dossiers. Ainsi, nous avons équipés le local vétérinaire d’ordinateurs avec le logiciel permettant d’accéder aux dossiers mis en ligne. Pour les ventes de yearlings, la consultation ne pourra se faire qu’en réseau local par les vétérinaires présents aux ventes. Pour les chevaux à l’entraînement, la consultation sera également possible par internet.

Vous avez évoqué l’aspect sécurisé de ce dispositif ?

En effet, le repository ne sera accessible qu’aux seuls vétérinaires agréés et enregistrés auprès d’Arqana. Après nous avoir fourni des informations permettant d’authentifier son identité, chaque vétérinaire pourra obtenir un login et un mot de passe pour accéder aux dossiers. Le seul format accepté pour les radios sera le format DICOM qui garantit l’intégrité de chaque fichier ainsi que sa provenance. Enfin, l’utilisation du repository est encadrée par des conditions d’utilisation strictes qui devront être approuvées par chaque vétérinaire au moment de l’enregistrement.

En quoi cette initiative est-elle une avancée ?

Aujourd’hui, les dossiers vétérinaires se présentent sous des formats différents : clés USB, DVDs, ou même clichés papiers dans certains cas. Ce manque d’uniformité complique très souvent les consultations des dossiers et est dans certains cas dommageable pour la vente.

Une plateforme centralisée permettra de standardiser le format des dossiers et de fluidifier les consultations.

Elle simplifiera également toute la logistique de mise à disposition des dossiers vétérinaires par les vendeurs, permettant d’économiser dans certains cas un staff dédié, un box, et d’éviter très régulièrement le stress lié à cette logistique.

En effet, il n’est pas rare de voir des files d’attente pour des consultations sur un cheval ayant de l’intérêt, ou des vendeurs courant après les vétérinaires pour récupérer leurs dossiers.

Grâce à la rapidité de consultation, le dispositif pourra encourager les achats "d’opportunité" à la dernière minute ainsi que les ventes amiables, puisque les dossiers des chevaux rachetés resteront accessibles jusqu’à une transaction amiable.

Enfin, ce logiciel garantit surtout aux vendeurs un retour d’informations très précis : chaque vendeur recevra une alerte e-mail avec le nom du vétérinaire ayant consulté le dossier du cheval, l’heure de consultation, sa durée et le nom de l’acheteur potentiel. L’historique des consultations de ses lots sera également accessible pour chaque vendeur à tout moment par internet.

Nous avons beaucoup dialogué avec les vétérinaires, les acheteurs et les vendeurs, pour connaître leurs attentes au sujet de ce repository et j’espère que nous y avons répondu.

Ce système sera-t-il généralisé sur l’ensemble de vos ventes ?

Nous lançons le système lors de la vente de juillet, et nous l’étendrons par la suite à toutes nos ventes. Pour chaque vacation, les vétérinaires des vendeurs peuvent commencer à envoyer les  dossiers vétérinaires trente jours avant le début de chaque vente, et ce jusqu’à quatre jours avant la vente. En ce qui concerne les consultations, les dossiers seront accessibles dès l’arrivée des chevaux aux ventes, jusqu’à leur passage sur le ring.

Quelle est la marche à suivre pour les vétérinaires ?

Toutes les informations relatives au repository sont accessibles depuis notre site internet

www.arqana.com, dans la rubrique "infos ventes". Je me tiens également à disposition pour toute question à ce sujet

« Ce système rend les dossiers accessibles à plus de personnes, ce qui est bénéfique. »

Eddie Woods est consignataire lors des ventes breeze up d’Ocala, en Floride. Il nous a fait part de sa première experience avec le repository Asteris.

photo Eddie Woods

Jour de Galop. – Depuis combien de temps utilisez-vous le repository Asteris ?

Eddie Woods. – Je l’ai utilisé pour la première fois pour les ventes de 2ans d’OBS cette année.

Quels sont les avantages de ce système ?

Tout d’abord, je dois dire que dans un premier temps, je n’étais pas spécialement favorable à ce système. Cependant, après l’avoir vu fonctionner la première année, j’ai décidé de me lancer en 2016. Les rapports de consultation sont une source d’information essentielle et très précise. Ils donnent une très bonne représentation de qui "vette" le cheval, à quelle heure et pendant combien de temps. Ces données sont essentielles afin d’ajuster notre stratégie de vente par la suite.

Dans l’ensemble, je pense que ce système rend les dossiers accessibles à plus de personnes, ce qui est bénéfique lorsque l’on essaie de vendre des chevaux. Cela rend également les ventes plus transparentes et confortables pour les vendeurs.

La mise en place de ce système est-elle positive pour les ventes?

Selon moi, oui. Cette évolution va dans le sens du progrès technologique et représente un très bon outil pour les vendeurs et les acheteurs. Après ma première année d’utilisation qui m’a donné satisfaction, je prévois de continuer à utiliser cet outil.

« De cette manière, nous avons tous les éléments en notre possession pour prendre les bonnes décisions. »

photo Basil Nolan

Basil Nolan est le propriétaire de Raheen Stud ainsi que le président du Syndicat des éleveurs australien. Il utilise le repository Asteris depuis plusieurs années.

Jour de Galop. – Depuis combien de temps utilisez-vous le repository Asteris?

Basil Nolan. – Je l’ai adopté dès son lancement il y a quatre ans et je ne l’ai jamais regretté !

Quels sont les avantages de ce système?

C’est une interface extrêmement facile d’utilisation. Cela permet aux acheteurs d’avoir un meilleur accès à l’information. Toutes les initiatives qui vont dans ce sens doivent être favorisées.

Conservez-vous un contact direct avec les vétérinaires qui utilisent le repository ?

Oui, bien sûr. Nous les voyons lorsqu’ils effectuent l’examen clinique des chevaux. Le dossier vétérinaire ne fait pas tout. Les acheteurs et leurs vétérinaires commencent toujours par sélectionner les poulains au modèle et consultent les dossiers vétérinaires pour ceux qui figurent sur leur short list.

Que pensez-vous des notifications envoyées par le logiciel [qui informent immédiatement sur les vétérinaires qui ont consulté les dossiers, ndlr] ?

C’est une source d’information très précieuse. De cette manière, nous avons tous les éléments en notre possession pour prendre les (bonnes) décisions concernant la vente des chevaux.

La mise en place de ce système est-elle positive pour les ventes ?

Sans aucun doute ! Nous devons vivre avec notre temps, c’est une évolution naturelle qui offre davantage de confort aux acheteurs et aux vendeurs.