Lady aurelia, d’un autre monde,  al johrah s’impose dans la course du peloton

Autres informations / 15.06.2016

Lady aurelia, d’un autre monde, al johrah s’impose dans la course du peloton

ROYAL ASCOT (GB), MERCREDI

QUEEN MARY STAKES (GR2)

Lady Aurelia, d’un autre monde

Al Johrah s’impose dans la course du peloton

Une nouvelle fois, Wesley Ward a sorti de son chapeau pour Royal Ascot une 2ans totalement hallucinante. Il s’agit cette fois de Lady Aurelia (Scat Daddy), qui a perdu en route toutes ses rivales dans les Queen Mary Stakes (Gr2). Deuxième, à sept longueurs de l’intouchable lauréate, la française Al Johrah (Bated Breath) prend une nette deuxième place. On peut dire qu’elle a gagné l’autre course, celle sans cette américaine venue d’un autre monde. Lady Aurelia est une fille de Scat Daddy, comme Caravaggio, impressionnant la veille dans les Coventry Stakes (Gr2). L’autre française en lice, Spiaggia (Makfi), se classe pour sa part seizième.

Le "Morny" comme objectif possible. Il est fort possible que Lady Aurelia reste encore en Europe. En effet, concernant ses prochaines sorties possibles, Wesley Ward, son entraîneur, a indiqué : « Il y a de grandes chances pour que Lady Aurelia reste en Europe ; je vais en parler avec ses propriétaires. Tout dépend de sa prochaine sortie qui pourrait avoir pour cadre les Molecomb Stakes à Goodwood, ou bien le Prix Morny. Il est probable qu’elle ne participe pas aux Nunthorpe Stakes. Pour l’instant, il n’y a aucune course sur le gazon pour elle aux États-Unis ».

Royal Ascot au-dessus de tout pour Wesley Ward. L’an dernier, Wesley Ward avait gagné les "Queen Mary" avec Acapulco (Scat Daddy - encore lui !), deuxième ensuite des Nunthorpe Stakes (Gr1) face à ses aînés. Lady Aurelia donne l’impression d’être d’un calibre nettement supérieur encore et elle a fait dire à son entraîneur : « C’est une pouliche extraordinaire. Le terrain était un vrai point d’interrogation, mais son talent a surpassé tout cela. J’ai la chance d’avoir beaucoup de 2ans et de choisir parmi eux ceux qui peuvent venir à Royal Ascot avec des ambitions. Il n’y a rien de plus fort que Royal Ascot. J’ai eu la chance de remporter deux Breeders’ Cups, mais gagner ici, c’est vraiment quelque chose qui surpasse tout. Les meilleurs chevaux du monde viennent ici. Nous en avons eu l’exemple mardi avec Tepin, et j’espère que d’autres chevaux américains suivront le même chemin. »

Wesley Ward possède des statistiques assez hallucinantes avec ses 2ans à Royal Ascot. Il est venu pour la première fois en 2009 et il a depuis remporté sept Groupes ici :

(tableau)

Une accélération décisive à deux cents mètres du but. Très bien partie, Lady Aurelia s’est rapidement retrouvée en tête. Elle était déjà très légèrement détachée de ses rivales quand, à deux cents mètres du poteau, Frankie Dettori lui a demandé d’accélérer. Là, sa partenaire a placé un nouveau démarrage, prenant encore de l’avance sur le reste du peloton. « Je n’avais jamais vu un cheval gagner un sprint à Royal Ascot d’aussi loin, a déclaré Frankie Dettori. C’est une vraie fusée qui est très décontractée dans un parcours. Wesley Ward est un génie ! »

Lady Aurelia s’impose en 1’00’’14, ce qui est un très bon temps compte-tenu du terrain très éprouvant. C’est d’ailleurs seulement 11 centièmes de plus qu’Acapulco l’an dernier.

Une grande performance pour Al Johrah. Deuxième, Al Johrah n’a pas à rougir de sa performance, au contraire. Après avoir attendu, elle s’est franchement extirpée du peloton et elle aurait fait une bonne gagnante des "Queen Mary" si elle n’était pas tombée sur une extraterrestre. Al Johrah était la première partante à Royal Ascot pour Henri-François Devin, qui nous a dit : « Elle est simplement battue par meilleure. Ce qu’elle réalise est formidable et nous sommes ravis de sa performance. C’est un rêve de pouvoir venir courir ici. Elle est capable de se sortir de plusieurs types de terrains. La suite de son programme n'est pas encore définie, nous allons y réfléchir, même si l’on peut penser au Prix Morny à l’avenir. »

Clem Fandango, une "FR" troisième. Troisième, Clem Fandango (Elzaam) a été élevée en France, chez Richard Powell, au haras du Lieu des Champs. Ce dernier nous a raconté l’histoire de la pouliche : « Sa mère, Question, est arrivée pleine de Clem Fandango au haras, durant l’été 2013. Le poulinage a eu lieu à la maison, puis Question a rencontré Siyouni. Elle est passée en vente en décembre 2014, pleine, et ses propriétaires l’ont finalement rachetée. Ce sont des clients qui me font confiance et, voulant investir un peu, j’ai acquis la moitié de Question. Elle a ensuite eu un mâle, puis est restée vide en 2015. Clem Fandango est passée à la v.2 d’Arqana l’an dernier et c’est Frederico Barberini qui l’a achetée pour 11.000 euros. C’était une yearling très sexy, en revanche, son père, Elzaam, était encore peu connu. Question doit passer en vente en juillet, pleine de Sidestep, et son yearling par Siyouni est inscrit à la vente d’août. »

Une mère lauréate de Gr2. Lady Aurelia est née aux États-Unis, chez Stonestreet Thoroughbred Holdings. George Bolton et Peter Leidel l’ont achetée pour 350.000 dollars alors qu’elle était yearling, à Keeneland, en septembre 2015. D' Wildcat Speed (Forest Wildcat) avait fait monter les enchères jusqu’à un million de dollars lors des ventes d’élevage 2005 à Keeneland. Lady Aurelia est à ce jour le seul black type de cette lauréate du Rampart Handicap (Gr2). La deuxième mère, Velvet Panther (Pentaquod), a gagné 31 courses dont cinq Listed.

http://www.jourdegalop.com/documents/link_pdf/LADYAURELIA.pdf