Le sport par le temps - royal ascot, un véritable baromètre du galop international

Autres informations / 27.06.2016

Le sport par le temps - royal ascot, un véritable baromètre du galop international

LE SPORT PAR LE TEMPS

Royal Ascot, un véritable baromètre du galop international

Le meeting de Royal Ascot 2016 s’est disputé sur une piste inhabituellement détrempée. Les temps bruts ne sont pas comparables à ceux des années précédentes. Mais ils ont tout de même permis de noter quelques excellentes performances.

Photo : La victoire de Galileo Gold dans les St Jame’s Palace Stakes – racing foto

Par Bruno Barbereau, éditorialiste à Jour de Galop et animateur de Horse Racing Chrono

https://twitter.com/HorseRacingChro

Le verdict fragile des St James’s Palace Stakes. Les St James’s Palace Stakes (Gr1) ont réuni cette année un plateau de rêve : Galileo Gold (Paco Boy), le gagnant des "Guinées" anglaises, The Gurkha (Galileo), le lauréat de la Poule d’Essai française, et Awtaad (Cape Cross), gagnant des Guinées irlandaises. Ce casting rêvé devait permettre d’établir à l’issue de la course une première hiérarchie au sein de la génération des mâles de 3ans sur le mile en Europe.

Dès le départ, Galileo Gold s’est calé derrière Cymric (Kitten´s Joy) qui a imprimé un train régulier. The Gurkha et Awtaad ont évolué à plus de trois longueurs de la tête. À la sortie du tournant, Galileo Gold a produit son effort et il l’emporte  en 1’44’’01. The Gurkha est deuxième, à une longueur et quart. Ce dernier était encore loin à l’entrée de la ligne droite. Il a été malheureux dans sa progression, à deux cents mètres de l’arrivée. The Gurkha trace les quatre cents derniers mètres les plus rapides de la course en 24’’54. Awtaad conclut à une logique troisième place. L’histoire ne dira jamais si The Gurkha aurait battu Galileo Gold mais il aurait incontestablement fini beaucoup plus près. Il peut espérer prendre sa revanche lors d’une prochaine rencontre.

(Tableau)

Photo : L’Américaine Tepin est entrée dans l’histoire de Royal Ascot – racing foto

Tepin reine d’Angleterre. Tepin (Bernstein) n’a que 5ans et elle a déjà gagné cinq Grs1. En s’alignant au départ des Queen Anne Stakes à Ascot, la pouliche tentait un défi de taille. Avant sa tentative sur le vieux continent, elle avait déjà disputé depuis le début de l’année quatre courses de Groupe pour autant de victoires. La protégée de Mark Casse a eu l’audace d’affronter les européens à Ascot dans une de leurs spécialités : le mile sur le turf. Pour la première fois de sa carrière, Tepin a dû évoluer sur un parcours en ligne droite, sans Lasix ni écarteur nasal, et évoluer sur un terrain probablement au-delà du très souple.

Toujours pointée en tête de son peloton dès la sortie des stalles, Tepin n’a jamais faibli pour l’emporter à la manière des forts. Elle boucle le parcours en 1’43’’98. Ce temps brut est parmi les plus faibles de l’histoire de cette épreuve mais il est très correct étant donné l’état du terrain. Elle franchit les derniers quatre cents mètres en 26’’15 en légère décélération, dans une course qui fut très sélective. Un seul cheval, Lightning Spear (Pivotal), a été capable de rehausser légèrement sa vitesse dans les 400 derniers mètres (100,80 %). Belardo (Lope de Vega) est le seul concurrent qui a tenté en vain de mettre en doute la supériorité de la championne américaine dans les deux cents derniers mètres. Tepin remporte une victoire qui force l’admiration car cette tentative hors de ses frontières comportait beaucoup d’incertitudes.

Photo : Lady Aurelia a écrasé la concurrence dans les Queen Mary Stakes – racing foto

Lady Aurelia, le nouveau dragster de Weisley Ward. Wesley Ward adore Ascot et Ascot le lui rend bien. Il est maître dans l’art d’amener les 2ans au très haut niveau, et cela tôt dans la saison. La performance qu’a réalisée Lady Aurelia (Scatt Daddy) en remportant les Queen Mary Stakes (Gr2), sur 1.000m, en ligne droite, à Ascot, en dit long sur son talent. Immédiatement en tête dès la sortie des stalles, Lady Aurelia n’a cessé d’augmenter son avance. Elle boucle le parcours en terrain souple sur le très bon temps brut de 1’00’’14, devançant Al Johrah (Bated Breath) de sept longueurs. Cette dernière réalise une bonne performance. On peut apprécier la qualité du temps brut lorsqu’on le compare à celui réalisé par un autre pensionnaire de Wesley Ward en 2015 sur les 1.000m d’Ascot, mais en très bon terrain. Acapulco, un autre produit de Scat Daddy, avait parcouru cette distance en 1’00’’03. Malgré une surface très différente, l’écart de 0,11 seconde est quasiment insignifiant.

(Tableau)

Lady Aurelia plus rapide que le vainqueur des King’s Stand Stakes ! Vingt-quatre heures auparavant, Profitable (Invincible Spirit) a remporté les King’s Stand Stakes (Gr1). Cette épreuve se court également sur 1.000m en ligne droite à Ascot mais sur un terrain beaucoup plus souple. Profitable a bouclé son parcours en 1’02’’69, un temps brut supérieur de 2’’55 secondes à celui de Lady Aurelia. La comparaison est délicate en ne se basant que sur les temps bruts, mais cela souligne l’excellente performance de Lady Aurelia. Wesley Ward pourrait être tenté d’aligner sa protégée dans le Prix Morny (Gr1), au mois d’août, à Deauville. Il a déjà remporté cette épreuve en 2014 avec No Nay Never (Scat Daddy). Si cette option se confirme, Lady Aurelia sera très difficile à battre.

Photo : Profitable domine Cotai Glory dans les King's Stand Stakes  – racing foto