?le sport par le temps  zelzal remet les pendules à l’heure - frosted établit un nouveau record - le japon remportera bientôt une épreuve de la triple crown - une nouvelle fois, lani hypothèque ses chances dès les premiers 400m

Autres informations / 14.06.2016

?le sport par le temps zelzal remet les pendules à l’heure - frosted établit un nouveau record - le japon remportera bientôt une épreuve de la triple crown - une nouvelle fois, lani hypothèque ses chances dès les premiers 400m

 LE SPORT PAR LE TEMPS

Zelzal remet les pendules à l’heure

Zelzal XX (Sea the Stars) n’a pas laissé passer l’occasion de remettre les pendules à l’heure en s’imposant d’une classe dans le Prix Paul de Moussac (Gr3), disputé sur 1.600m sur la piste du Prix du Jockey Club à Chantilly. Invaincu en deux sorties, Zelzal avait déçu ses nombreux supporters dans la Poule d’Essai des Poulains, ne terminant qu’au onzième rang. Cette défaite comportait plusieurs excuses. Ce samedi, Zelzal a prouvé sur la piste qu’il fait partie des excellents milers. Il n’a pas fini de faire parler de lui.

Photo : Zelzal a survolé l’édition 2016 du Prix Paul de Moussac

Par Bruno Barbereau, éditorialiste à Jour de Galop et animateur de Horse Racing Chrono

https://twitter.com/HorseRacingChro

Zelzal dans des conditions idéales fait parler sa pointe. Les chevaux à pointe de vitesse apprécient deux choses : le bon terrain et le rythme. Ils sont généralement favorisés par un parcours avec un tournant. La course a eu du rythme sous l’impulsion de Moon Trouble (Lope de Vega) : 600 mètres en 36’’13 ; 1.000 mètres en 59’’79 et 1.200 mètres en 1’11’’97. Le terrain était jugé bon (pénétromètre 3,1). Zelzal a patienté à l’arrière-garde jusqu’à l’entrée de la ligne droite. Au poteau des 400 mètres, le futur lauréat a été décalé vers l’extérieur, faisant parler son excellente pointe de vitesse (L400 en 22’’10).

Photo : Zelzal s’impose en étant simplement accompagné aux bras

Le troisième meilleur temps brut de l’épreuve. Zelzal s’impose dans un temps brut de 1’35’’43. Il signe le troisième meilleur temps brut du Prix Paul de Moussac, échouant à 13 dixièmes de seconde du record détenu par Turtle Bowl (Dyhim Diamond) depuis 2005 : 1’35’’30. Un record que Turtle Bowl avait réalisé quelques semaines avant de s’imposer dans le Prix Jean Prat (Gr1)…

(tableau)                                           

Frosted établit un nouveau record. Remarqué cet hiver sur le dirt à Dubaï, où il s’était brillamment imposé dans un Gr2 sur 1.900m avant d’échouer dans le Dubai World Cup (Gr1), Frosted (Tapit) s’est littéralement envolé samedi à Belmont Park. Il réalise une performance de très haut niveau en remportant le Metropolitan Handicap (Gr1) sur les 1.600m dirt de Belmont. Frosted était l’un des chevaux en vue lors de la Triple Crown en 2015 après sa victoire dans le Wood Memorial (Gr1). À Belmont Park, il s’est imposé en 1’32’’73, de quatorze longueurs un quart. Il s’agit de l’écart le plus important constaté depuis la création de cette épreuve. Le fils de Tapit établit par la même occasion le nouveau record du "Met Mile", une épreuve légendaire existant depuis 1891 qui a vu d’excellents chevaux s’imposer. Bien parti dans une course rapide, Frosted a pris l’avantage juste après le "quater pole" en 1’09’’46. Il franchit les 400 derniers mètres en 23’’27 après trois premiers quarts de 23’’17, 22’’54, 23’’75. Il obtient une excellente Beyer speed figure : 123 !

Photo : Frosted lors de son succès dans le Metropolitan Handicap

Le Japon remportera bientôt une épreuve de la Triple Crown. Après avoir remporté cet hiver l’UAE Derby (Gr2) à Dubaï, une épreuve qualificative pour la Triple couronne américaine, Lani (Tapit) a joué le jeu jusqu’au bout en disputant les trois épreuves : Kentucky Derby, Preakness Stakes et Belmont Stakes (Grs1). Lani réalise sa meilleure prestation aux États-Unis en terminant troisième des Belmont Stakes. La montée en puissance des chevaux japonais peut laisser penser qu’ils remporteront bientôt au moins une des épreuves de la légendaire Triple Crown.

Battu par son talon d’Achille. On avait déjà pu le constater cet hiver, le point faible de Lani est sa vitesse d’entrée de course, trop faible. Il ne peut être présent dès les premiers 400 mètres. Lors des Preakness Stakes, disputés sur 1.900m à Pimlico, Lani avait refait près de huit longueurs dans la phase finale après s’être élancé en dernière position. On s’attendait donc à une très bonne performance dans les Belmont Stakes disputés sur 2.400m, une distance où le rythme est plus faible et qui permet plus facilement de refaire son retard.

Photo : Lani dans l’UAE Derby

Une nouvelle fois, Lani hypothèque ses chances dès les premiers 400m. Lani s’est de nouveau élancé lentement. Il était avant-dernier après 400 mètres de course, à plus de dix longueurs de la tête. C’est à partir des 800 mètres que Lani a commencé sa progression à l’extérieur. Contraint de virer en quatrième épaisseur dans le dernier tournant, Lani échoue à la troisième place. Il termine à plus d’une longueur un quart de Creator (Tapit) en ayant dû parcourir quinze mètres de plus. On peut donc penser que si Lani n’avait pas eu à faire les extérieurs pour progresser, il aurait pu l’emporter.