Bien plus compliqué qu’il n’y paraît

Autres informations / 16.07.2016

Bien plus compliqué qu’il n’y paraît

MAISONS-LAFFITTE, DIMANCHE

PRIX MESSIDOR (GR3)

Bien plus compliqué qu’il n’y paraît

Le Prix Messidor (Gr3) a rassemblé cinq partants, mais la course est finalement assez difficile à cerner. Il y a deux gagnants de Gr1 au départ : Dariyan (Shamardal) et Territories (Invincible Spirit).

Dariyan, avec l’interrogation du poids et de la distance. Gagnant du Prix Ganay (Gr1) le 1er mai, Dariyan se retrouve avec une pénalité de quatre kilos. Il n’est pas impossible de remporter ce Prix Messidor dans ces conditions : Intello (Gr1) y était parvenu récemment, après sa victoire dans le Prix du Jockey Club (Gr1). Après sa victoire dans le Prix Ganay, Dariyan a conclu deuxième, à nette distance, du Prix d’Ispahan (Gr1) de A Shin Hikari (Deep Impact). Outre le poids, un autre point pose une interrogation pour Dariyan : il va évoluer sur 1.600m. Le représentant de S. A. l’Aga Khan n’a jamais couru sur aussi court. Il est gagnant de Gr1 sur 2.100m et placé de Gr1 sur 2.400m. Face à lui, il y aura des chevaux spécialistes du mile. Dariyan est donc très difficile à situer. Il a pour lui la forme et, s’il s’adapte à la distance, à la ligne droite et au poids, il doit jouer un premier rôle. Mais il peut tout aussi bien être battu.

Le vrai Territories va-t-il être de retour ? Gagnant du Prix Jean Prat (Gr1) et deuxième du Prix du haras de Fresnay le Buffard - Jacques-Le-Marois sur la ligne droite de Deauville (Gr1) en 2015, Territories était le meilleur miler de 3ans français. Le représentant de Godolphin n’a cependant pas convaincu cette année. Troisième du Prix du Palais Royal (Gr3) pour sa rentrée, en rendant beaucoup de poids, il a ensuite conclu décevant cinquième du Prix Bertrand du Breuil Longines (Gr3). Sur sa valeur de 2015, Territories est le cheval de la course. Sur ses performances de 2016, ses chances sont bien plus minces.

Vadamos, avec Deauville en vue. Vadamos (Monsun) n’est pas non plus un cheval facile à cerner. Gagnant de bout en bout du Prix du Muguet (Gr2) après son échec dans le Dubai World Cup (Gr1), il a ensuite conclu quatrième du Prix d’Ispahan. Dans cette dernière épreuve, il avait mené, avant de rester là, dans la ligne droite. On peut lui trouver l’excuse du terrain, assez collant, qui ne lui a certainement pas plu. Si le terrain est bon ce dimanche, il aura son mot à dire, même s’il lui faudra aussi s’adapter à la ligne droite. Sa sortie sera à suivre certainement en vue du "Jacques Le Marois".

Mr. Owen, à reprendre. Mr. Owen (Invincible Spirit) reste sur une treizième place dans The Royal Hunt Cup, l’un des plus importants handicaps de Royal Ascot. Le représentant de Qatar Racing ne courait pas si mal, sur une piste souple qui n’était pas pour lui plaire. Mr. Owen avait couru proprement pour sa rentrée dans le Prix du Muguet, même s’il était troisième à nette distance de Vadamos. Sur cette ligne, il est difficile de le voir battre le pensionnaire d’André Fabre si ce dernier est dans un bon jour. Mais Mr. Owen a son mot à dire, évoluant pile sur sa distance. Comme Vadamos, il aura besoin d’une piste plutôt rapide. Enfin, Shutterburg (Soldier of Fortune) se présente en position d’outsider. Le pensionnaire de Michael Figge a remporté très facilement le Grand Prix de Bordeaux (L), avant de décevoir dans le Grand Prix de Compiègne (L). Il est raccourci, n’ayant pas couru sur le mile depuis l’été 2015. Shutterburg aime aller devant et va certainement donner du rythme à la course. En théorie, il n’a pas le niveau de ce lot, mais si ses adversaires ne font pas leur valeur pour des questions de distance, poids ou terrain, il peut surprendre.

ENGAGEMENTS DANS LES GROUPES

Dariyan : "Arc de Triomphe", Irish Champion Stakes, Juddmonte International, Arlington Million & Dallmayr Preis.