Brigitte sauvadet : « nous avons un cadre exceptionnel »

Autres informations / 22.07.2016

Brigitte sauvadet : « nous avons un cadre exceptionnel »

LES HIPPODROMES DE VACANCES

Nous vous proposons de partir à la rencontre des présidents de sociétés de courses dites « de vacances. » Ces hippodromes, qui accueillent de une à quatre réunions par an, organisent au moins une journée de course pendant les mois d’été. Ces associations sont en première ligne des profondes mutations de notre modèle économique et industriel. Leur existence, aux quatre coins du territoire, a façonné le paysage hippique français et leur pérennité est un véritable défi.

VITTEAUX

Brigitte Sauvadet : « Nous avons un cadre exceptionnel »

Situé dans le département de la Côte-d’Or, au cœur de l’Auxois, Vitteaux est rattaché à la Fédération du Centre-Est. Au milieu des champs, c’est un hippodrome à l’architecture audacieuse, qui compte une carrière pour les sports équestres au centre de la piste. Organisateur de deux réunions annuelles, la société des courses de Vitteaux s’est donné pour objectif de faire venir les familles aux courses. Pour Jour de Galop, Brigitte Sauvadet, la Présidente, revient sur le fonctionnement et les évolutions de cet hippodrome.

Jour de Galop. - Pouvez-vous nous parler de votre hippodrome, sa création, son histoire ?

Brigitte Sauvadet. - Cette année, ce sera la cinquante-septième année d’activité de l’hippodrome de Vitteaux. J’en suis présidente depuis 2011. C’est un hippodrome atypique dans un cadre exceptionnel. Il possède aussi une architecture particulière.

Quelles sont les caractéristiques de votre hippodrome ?

L’hippodrome est corde à droite avec une piste de 1.200m. Nous y courons au trot et en plat. L’arrivée est en descente, ce qui fait dire aux entraîneurs que Vitteaux est parfait pour les jeunes chevaux.

Quelle est la répartition entre les courses de galop et de trot ?

Nous avons sept courses à chaque réunion au total. Trois de plat et quatre de trot. Nous décidons d’alterner les deux disciplines en commençant par le trot.

Pourquoi avoir deux réunions estivales ?

Cette année, exceptionnellement, nos deux réunions sont en août et en septembre. D’habitude, elles se déroulent en juillet et en août, mais nous avons eu des soucis liés à la météo. Sinon, la Fédération du Centre-Est nous donne les dates. Mais les réunions durant l’été ont toujours été une tradition. Je pense que cela a été instauré par le premier président pour attirer du monde pendant les vacances. Nous avons un cadre exceptionnel qui fait ressortir l’ambiance "fête de famille."

Comment faites-vous pour attirer les spectateurs sur votre hippodrome ?

Nous avons un budget communication pour des publicités, des contrats avec les radios et la presse locale. Sur toute la Côte-d'Or, nous posons des affiches, surtout dans les PMU. Enfin, nous comptons sur le bouche-à-oreille pour attirer le public.

Combien de personnes s’occupent de l’hippodrome, avant et pendant la réunion ?

Nous sommes une trentaine de bénévoles à temps plein. C’est un hippodrome géré uniquement des bénévoles. Ils s’occupent de l’organisation des courses et de l’entretien de la piste principalement. Le jour des réunions, nous montons à une cinquantaine de bénévoles pour nous occuper des spectateurs.

Les réunions 2016 à Sillé-le-Guillaume : le 7 août et 17 septembre

Pour plus d’informations, cliquer ici

http://www.hippodromes-centre-est.com/hippodrome/643/vitteaux.html