Le projet du nouveau président du syndicat des propriétaires

Autres informations / 20.07.2016

Le projet du nouveau président du syndicat des propriétaires

Le projet du nouveau président du Syndicat des Propriétaires

Ce lundi, Charles-Henri de Moussac a été élu pour une durée de dix-huit mois au poste de Président du Syndicat des Propriétaires de Galop. Il succède ainsi à Patrick Fellous. Le bureau du syndicat doit se réunir au mois d’août et le nouveau Président prendra ses fonctions à ce moment-là.

Retrouver une écoute attentive de la part du Président de France Galop. « Ma candidature a été motivée par un constat. Au cours de ces dernières années, il semble que le Syndicat des Propriétaires ait perdu la place prépondérante qu’il avait au sein des Instances de France Galop, le Président sortant n’ayant pas été élu à son Conseil d’Administration. Notre Syndicat doit impérativement retrouver une écoute attentive de la part du Président de France Galop et de son Conseil d’Administration et à moyen terme être en position de postuler à une Vice-Présidence. »

Plusieurs décennies d’expérience en tant que socioprofessionnel. « Propriétaire et éleveur depuis de nombreuses années — couleurs enregistrées en 1989 – j’ai repris l’élevage familial en 1995 au décès de mon père. Le Haras du Mezeray s’est développé en tant qu’élevage commercial. Nous conservons néanmoins chaque année à l’entrainement des chevaux en pleine propriété et en association. Actuellement, quinze chevaux sont à l’entraînement dont douze en régions. »

Un investissement de longue date dans l’Institution des courses. « Président du Syndicat des Éleveurs de Chevaux de Sang de France pendant dix ans, membre du Comité de France Galop depuis 1995, et membre associé depuis 2003, j’ai été Vice-Président de France Galop pendant sept ans et suis actuellement membre de son Conseil d’Administration et de la Commission du Code, ainsi que Président du Fonds Européen de l’Élevage. Le F.E.E. distribue plusieurs millions d’euros annuellement, en provenance des éleveurs, au profit des propriétaires. Au titre de ces différents postes, j’apporterai au Syndicat des Propriétaires mon expérience dans la conduite, l’animation et la gestion d’un grand syndicat. Mais aussi ma faculté à défendre des dossiers auprès des Ministères de Tutelle, ma connaissance précise du fonctionnement des différentes Instances de France Galop et des dossiers techniques (programme national, allocations, coûts des centres d’entraînements). »

Faire évoluer le Syndicat. « Le Syndicat des Propriétaires doit devenir à nouveau l’un des interlocuteurs privilégiés du Président de France Galop et de son Conseil d’Administration. Mon rôle sera de renforcer notre crédibilité auprès des pouvoirs publics. Je m’attacherai à défendre l’intérêt de l’ensemble des propriétaires sur le territoire national, pour chaque discipline. Je souhaite étudier de possibles évolutions des statuts du Syndicat afin d’y apporter une dose de modernité et les synergies possibles en rapprochant de nous, sur des sujets importants, d’autres syndicats ou associations partageant nos orientations. De mon point de vue, nous devrons réfléchir à faire évoluer notre Syndicat vers une association plus transversale, rassemblant propriétaires et éleveurs partageant souvent les mêmes préoccupations comme cela est le cas dans certains grands pays d’élevage et de courses. Ceci dans le but de représenter une force de lobbying auprès des autorités hippiques et politiques. Ces réflexions devront être menées après avoir analysé et pesé l’intérêt de notre Syndicat d’entamer cette évolution tout en veillant à ce qu’il conserve une place majeure. »

Des objectifs. « Compte tenu des enjeux actuels, je n’envisage pas cette Présidence comme un simple intérim de dix-huit mois. Au cours de cette période, je souhaite pouvoir convaincre les

membres du Bureau par mon action, de me confier cette responsabilité jusqu’à la prochaine élection de France Galop. En dehors des services que nous apportons à nos adhérents quotidiennement, de nombreux chantiers seront à mener d’ici là permettant de crédibiliser l’action de notre Syndicat. Nous devrons contribuer plus largement à des propositions permettant une relance du Galop. Notre challenge sera de parvenir à les expliquer, les justifier et les faire adopter. Mon but lors de cette mandature sera de positionner notre Syndicat en tant qu’acteur incontournable des Instances de France Galop en vue des prochaines élections au Comité pour faire en sorte que notre tête de liste puisse accéder légitimement à une Vice-Présidence. Une fois l’élection du nouveau Comité, je me retirerai afin de laisser la Présidence à celle-ci. »

Mettre en place un bureau exécutif. « Élu à la Présidence du Syndicat des Propriétaires, je veux pouvoir m’appuyer sur une équipe recentrée autour des différents Présidents de région siégeant dans un bureau exécutif constitué de chacun d’entre eux, et de trois à quatre personnes extérieures pouvant apporter une réflexion nouvelle sur les objectifs et les orientations futures du Syndicat. Je proposerai que ces personnes puissent être cooptées par les membres du bureau exécutif. Je proposerai également la mise en place de plusieurs Commissions souhaitant que chaque membre du bureau puisse dégager un peu de temps pour participer à nos différents travaux ; réflexions sur les programmes de plat et d’obstacle, le marketing des courses et recrutement propriétaires, l’évolution de nos statuts et du code des courses, ainsi que la fiscalité… Le bureau exécutif assure la gestion du Syndicat, préparera les dossiers, définira les orientations avant de les soumettre au Bureau pour discussions et validation. »