Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Élevage / 27.09.2016

Le haras de Bergeret ou la genèse d'Alex de Larredya

AU CŒUR DE L’ACTUALITÉ

Le haras de Bergeret ou la genèse d’Alex de Larredya XX

Alex de Larredya XX (Crillon) a enlevé le deuxième Groupe de sa carrière dans le Prix de Compiègne (Gr3), le 15 septembre à Auteuil. Auparavant, il s’était distingué en s’imposant dans la Grande Course de Haies de Printemps (Gr3) en prélude à une deuxième place dans la Grande Course de Haies d’Auteuil (Gr1). Il est à l’heure actuelle le meilleur hurdler français. Ces succès nous donnent l’occasion de revenir sur sa genèse avec Chantal Laval, son coéleveur.

Une victoire remplie d’émotions. Alex de Larredya a véritablement balayé toute opposition dans le Prix de Compiègne. Chantal Laval, l’a coélevé avec son mari Jean-Luc, ancien entraîneur palois et Maurice-Alexis Letchimy, au haras du Bergeret à Jurançon (64). Elle nous a confié : « La victoire d’Alex dans le Prix de Compiègne nous a procuré beaucoup d’émotions. C’est le premier cheval de ce niveau que nous avons élevé. C’est d’autant plus satisfaisant que sa mère n’a pas été pleine à chaque fois, elle a connu quelques pépins. » Kin d’Estruval (Panoramic) est la génitrice d’Alex de Larredya. Comme son nom l’indique, elle a été élevée par Bernard le Gentil. « Nous l’avons achetée "à réclamer" durant le meeting de Pau à l’âge de 4ans pour Maurice-Alexis Letchimy. Mon mari Jean-Luc l’a entraînée et comme elle était bonne, nous l’avons gardée à l’élevage. » Au départ associé avec Chantal et Jean-Luc Laval, Maurice-Alexis Letchimy, propriétaire vivant en Martinique, ne l’est plus. Kin d’Estruval est toujours à Bergeret. « Elle nous a donné Docteur X, un fils de Tomorrows Cat qui nous plait beaucoup. Il a 3ans et possède le même modèle qu’Alex de Larredya. Et en 2016, elle a produit une propre sœur d’Alex [Gypsie de Larredya, ndlr]. Elle est actuellement pleine de Kap Rock. »

Le choix de Crillon grâce à Rhode Island. Chantal Laval nous a précisé, quant au choix de Crillon pour Kin d’Estruval. « Nous avons opté pour Crillon, car mon mari a entraîné un bon cheval nommé Rhode Island [3e du Prix Rigoletto, NDLR] qui est issu de cet étalon. Dans son pedigree, on retrouve Rainbow Quest à plusieurs niveaux, ce qui nous plaisait. Nous avons donc pensé que le croisement serait bon. » Et il l’a été puisqu’Alex de Larredya est devenu le meilleur cheval français sur les haies en 2016.

Alex de Larredya, un poulain adorable. Avant de devenir le champion qu’il est aujourd’hui, comment était Alex de Larredya lorsqu’il était à l’élevage ? « Alex a toujours été adorable. Ce n’était pas un cheval compliqué, il était très gentil. Pour l’anecdote, il a été élevé en compagnie d’un anglo-arabe qui ne s’est pas révélé très bon et que nous avons vendu comme cheval de selle. » Chantal Laval met d’ailleurs un point d’honneur à reconvertir les chevaux qu’elle ne garde pas pour l’élevage ou les courses. Alex de Larredya a commencé sa carrière sous l’entraînement de Jean-Luc Laval et les couleurs de son épouse, avant d’être vendu à Simon Munir et de partir pour Saint Augustin et les boxes de François Nicolle. « À l’entraînement, Alex était différent, il était un peu tendu, mais sa mère, Kin d’Estruval, était elle aussi tendue. »

Le haras de Bergeret, un vieil élevage. Le haras de Bergeret est l’un des plus vieux du Sud-Ouest. Chantal Laval nous a appris : « Il appartenait déjà à mes parents. Nous avons une quinzaine d’hectares et la chance que nos herbages ne soient pas trop vallonnés. Pour le moment, nous avons cinq poulinières, car nous en avons réformé une cette année. De mon côté, j’ai élevé par intermittence. J’ai repris depuis une dizaine d’années. J’ai commencé l’élevage avec des produits comme Trois Milliards (Valdrague), il y a longtemps maintenant. »