Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Institution / Ventes - Élevage / 27.09.2016

Un National de l’Obstacle 2016 qui a tenu ses promesses

ACA

Un National de l’Obstacle 2016 qui a tenu ses promesses

Seul concours de modèles et allures ouvert à la fois aux pur-sang et aux AQPS, le National de l’obstacle 2016 a tenu toutes ses promesses, dans un contexte difficile pour l’obstacle, ce mercredi au haras du Pin. Le catalogue était très attrayant et sur le papier, cette quatrième édition du concours promettait beaucoup. Nous n’avons pas été déçus puisque les pedigrees concordaient avec des modèles de haut vol. Retour sur la meilleure édition du tout jeune National de l’obstacle.

LES 2ANS

Commeaux succède à Commeaux. Le National a débuté avec les 2ans et les yearlings qui ont évolué chacun sur un ring tout au long de la matinée. Honneur aux 2ans dont les carrières débuteront dans quelques mois. Dans cette catégorie, le haras des Commeaux de Rémi Cottin, situé dans l’Orne, s’est succédé à lui-même avec le lot 18, une femelle pur-sang nommée Egyptia des Bordes (Coastal Path). Cette pouliche allie le pedigree et le modèle. Faite en jument de course, très calme, avec du cadre, Egyptia des Bordes est la sœur de Victoire des Borde (Antarctique), lauréate du Prix Jean Stern (Gr2) et troisième du Prix Ferdinand Dufaure (Gr1), d’Utopie des Bordes (Antarctique), gagnante des Prix Maurice Gillois (Gr1) et Edmond Barrachin (Gr3), de Quenta des Bordes (Bateau Rouge), vainqueur des Prix Fifrelet, Gérald de Rochefort et Christian de l’Hermite (Ls), et de Belle du Berry (Network), lauréate du Grand Steeple-Chase de Lyon (L). Deuxième mère d’Egyptia des Bordes, Gamine Royale (Garde Royale) a enlevé le Prix Sagan (L), avant de produire trois chevaux de Groupe et Listed. Président du jury, Alain de Royer Dupré a expliqué ainsi la victoire d’Egyptia des Bordes, lauréate chez les femelles puis désignée championne suprême des 2ans-Trophée Markel : « Egyptia des Bordes a un modèle sérieux qui nous a tapé dans l’œil. » Chez les femelles, la pur-sang Minigri de Juilley (Gris de Gris), lot 21 présenté par Pascale Trincot, a conclu deuxième d’Egyptia des Bordes. Minigri de Juilley appartient à la famille d’Halbina de Juilley (Beyssac), troisième du Prix Camille Duboscq (L). Le lot 19, présenté par l’écurie Cap’Orne de Céline Gualde, la solide A Voté (Turgeon), a pris la troisième place.

Un partant, un gagnant pour la Rousselière. Le haras de la Rousselière se déplaçait avec un seul cheval lors de ce National 2016, Cadesco (Maresca Sorrento), un pur-sang qui portait le numéro 9. Et il a gagné dans la catégorie des poulains de 2ans avant de finir vice-champion dans cette catégorie. Ce poulain taillé pour l’obstacle est issu de la famille de Bright New Dawn et Trafford Lad, deux lauréats de Groupe sur les obstacles anglo-irlandais. Cadesco a devancé le lot 2, Nimix de Juilley (Al Namix), qui appartient à la même famille que Minigri de Juilley, deuxième chez les pouliches et qui était donc lui aussi présenté par Pascale Trincot. Le lot 8, présenté par Roc’Let Stud, Frostinator (Silver Frost), a pris la troisième place. Frostinator provient d’une superbe famille de l’élevage Gallot, celle de Royale Punta Cana (Verbier), gagnante du Prix André Michel (Gr3), de Royal Chance (Lightning), vainqueur du Grand Prix d’Automne (Gr1), entre autres, et de Rocker (Levy), lauréat des Prix Georges Courtois, Jean Stern et des Drags (Gr2) et deuxième par deux fois du Prix La Haye Jousselin (Gr1).

LES YEARLINGS

Enfin la victoire pour l’écurie Cap’Orne. Plusieurs fois placée au National de l’obstacle et vainqueur dans la catégorie de la meilleure présentation par le passé, l’écurie Cap’Orne a enfin brisé la glace et s’est imposée dans la catégorie des yearlings avec le lot 31, Tout Paris (Kapgarde). Ce pur-sang est issu de la même famille qu’Icarro (Mansonnien), troisième du Prix Georges de Talhouët-Roy (Gr2), et Pique Sous (Martaline), lauréat de Gr2 sur les claies anglaises. Il a été élu champion suprême des yearlings-Trophée Equidarmor. Tout Paris se détachait clairement du lot. Émue aux larmes, Céline Gualde, à la tête de l’écurie Cap’Orne, nous a dit : « Je suis très heureuse de cette victoire car j’ai souvent fini placée. Nous voulions gagner. Le frère de Tout Paris par Martaline est mort de coliques à deux mois et dans ces cas-là, on se dit : "Mais pourquoi je me suis mis là-dedans, j’étais tellement mieux journaliste !" Nous avons fait de ce concours un objectif. Une employée vient un mois auparavant pour préparer les chevaux, ma fille aide à la présentation, mon fils est bénévole sur le concours. » Sur la création de son activité d’élevage, elle nous a expliqué : « C’était mon rêve de gamine d’avoir un haras, même si je ne savais pas que cela s’appelait comme ça. Je voulais surtout ouvrir mes fenêtres et voir des chevaux. J’ai fait une école d’agriculture parallèlement à mon travail et nous avons acheté un lieu que nous avons transformé en haras. Les plus vieux chevaux nés au haras ont 5ans. Nous avons une vingtaine de poulinières et j’en ai six à moi. » Vainqueur suprême, Tout Paris s’est imposé chez les poulains. Il a précédé le lot 33, un pur-sang présenté par Serge Duchêne et nommé Jerrican d’Essence (Timos), apparenté à Saint Réalise (Saint Preuil), vainqueur des Prix Jean Stern (Gr2) et Fleuret (Gr3). Le lot 39, un autre pur-sang, Dziecko (Satri), qui veut dire gamin en polonais, a fini troisième. Il était présenté par le haras de Saint-Roch et est issu de la famille de Zetho (Lesotho), lauréat du Grand Prix de Pau (Gr3).

L’Angleterre triomphe ! Rare sont les étrangers à présenter des chevaux lors des concours de modèles et allures pour futurs sauteurs. Ils sont plutôt présents pour acheter ces chevaux. Mais au National de l’obstacle, Wadacre Farm a réalisé un coup de maître. Ils ont présenté un yearling pour la première fois lors de ce concours. Et ils se sont imposés avec ce lot 41, Wadacre Gigi (Martaline), une pur-sang. La troisième mère de Wadacre Gigi se nomme Coraline (Sadler’s Wells), d’où Martaline, Coastal Path ou encore Reefscape. Doté d’un modèle imposant, Wadacre Gigi était réellement très plaisante. Les Anglais de Wadacre Farm nous ont expliqué : « Nous avons une dizaine de poulinières à Liverpool. Nous sommes venus au Pin car nous n’avons pas beaucoup de concours de ce type en Angleterre. » Chez les pouliches, Wadacre Gigi a précédé le lot 47, Lisa de Vassy (Cokoriko), présentée par Bernard et Nicolas Ferrand, et le lot 50, une AQPS, Fire Love (No Risk at All). Cette élève du haras de la Perdrière, signée par son père, est une fille de Roche Brune (Ragmar), troisième du Prix de Craon (Gr1 AQPS) et de la championne AQPS Brune d’Ex.

LES FOALS

Le haras des Embruns à l’honneur. L’après-midi s’est poursuivi avec les foals. Le haras des Embruns de Marie Illegems a présenté victorieusement le lot 91 dans cette catégorie. Il s’agit d’un fils pur-sang de Youmzain et d’Helsinka (Pennekamp), laquelle a déjà produit le champion sauteur américain Straight to It (Giant’s Causeway). Helsinka appartient à Thierry Grandsir, qui partage le foal avec Marie Illegems. Sacré Champion suprême des foals-Trophée Dynavena, il a également brillé dans la catégorie des foals tardifs, devançant le lot 110, un autre pur-sang présenté par Julie Mestrallet, issu de Sinndar et d’Aisyacall (Kahyasi), et le lot 108, un mâle AQPS nommé Garrick Fidjis (Simplex), élevé par la Scea Fidgis. Au sujet du lot 91, Xavier Leredde, qui faisait partie du jury, a indiqué : « Ce fils de Youmzain marche magnifiquement et sa locomotion a fait la différence. » Signalons qu’il a été vendu avant son passage sur le ring.

Un AQPS à l’honneur chez les foals. Grandes Marées a été la seule AQPS à se distinguer ce mercredi. Elle a enlevé la section des foals précoces avec le lot 82. Cette grande et élégante pouliche, présentée par le haras des Mesnils, est une fille de Crillon, d’où Alex de Larredya XX, Buveur d’Air et Jemy Baie, et de Similaresisoldofa (Kapgarde), gagnante d’une course. Elle appartient à la famille de Rhode Island (Crillon), troisième du Prix Rigoletto (L). Grandes Marées a devancé le lot 69, un pur-sang élevé par le haras du Buff. Il s’agit d’un mâle né des œuvres de Kapgarde et de Fortunateencounter (Muhtathir), deuxième des Prix Roger Saint et André Masséna (Ls). Deuxième dans cette catégorie des foals précoces, ce lot 69 a remporté avec sa mère le trophée du meilleur couple foal/jument. Très bel AQPS, le lot 86, Gotham (Joshua Tree), élevé par Olivier Bidet, a suscité de l’intérêt et s’est classé troisième.

La meilleure présentation pour le haras des Étincelles. Présenté par le haras des Étincelles (Calvados), le foal pur-sang Éclair Étincelle (Authorized) a décroché la timbale dans la catégorie de la meilleure présentation.

Ue bilan posifif pour le National de l’obstacle 2016

De nombreux professionnels et propriétaires se sont déplacés pour assister au National de l’obstacle 2016. C’était le cas de Dominique Bressou, Philippe Peltier, Guy Denuault, Donatien Sourdeau de Beauregard, Guy Cherel, Étienne et Gabriel Leenders, David Lumet, Xavier Papot et Joffret Huet qui étaient effectivement présents sur la carrière du haras du Pin. Pascal Noue, président de l’Ancco (Association normande du cheval de course d’obstacle), qui organise le National de l’obstacle, nous a déclaré : « L’édition 2016 du concours a été très bonne. Nous avons passé une belle journée et il n’y a pas eu de mécontents. Il est encore tôt pour savoir comment s’est passé le commerce. Par ailleurs, nous avons certainement atteint un nombre limite d’engagés. Le F.R.B.C. nous a bien aidés et les sponsors nous ont gâtés. Je tiens également à dire que nous avons très envie d’inventer quelque chose pour que les jeunes soient plus présents. Nous manquons de jeunes lors de ces événements. Il faut que les jeunes soient épaulés par les vieux. Ce genre de manifestation permet de se faire connaître, de tisser des liens. C’est intéressant pour un jeune de faire du relationnel à travers des personnes plus expérimentées. Un concours comme le National de l’obstacle, c’est une façon pour un jeune de se mettre le pied à l’étrier sans risques. » Présidant du jury lors de ce concours, Alain de Royer Dupré nous a dit : « Il y a beaucoup de choses en commun entre les pur-sang et les AQPS, entre les galopeurs et les sauteurs. Ce que l’on demande, c’est du modèle et de la mobilité car les chevaux doivent aller de plus en plus vite. C’est vrai également chez les chevaux de sport. Juger lors de ce concours est un exercice très intéressant. »