Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Le Prix Royal Oak en chiffres

Courses / 21.10.2016

Le Prix Royal Oak en chiffres

Le Prix Royal Oak en chiffres

Longtemps considéré comme le St Léger français, le Prix Royal Oak était la troisième levée d’une triple couronne comprenant également le Prix du Jockey Club et le Grand Prix de Paris. Programmé en septembre, Le Prix Royal Oak (célèbre étalon de Lord Seymour importé en 1833, l’année précédant l'élection de ce dernier à la tête de la Société d’encouragement) a permis à dix lauréats de s’imposer trois semaines plus tard dans le Prix de l’Arc de Triomphe.

Toujours sur la même distance, il est déplacé fin octobre à partir de 1977, puis, deux ans plus tard, il est également ouvert aux chevaux d’âge. Il n’est plus question de triple couronne évidemment (comme l’Irish St Leger).

Depuis 1979, 37 éditions ont été disputées :

12 victoires de poulains ou hongres (admis depuis 1986) de 3ans.

3 victoires de pouliches de 3ans, dont Gold River, gagnante du Prix de l’Arc de Triomphe l’année suivante, sous l’entraînement d’Alec Head.

5 victoires de juments de 4ans ou plus dont Montare, la mère de Journey, gagnante à Ascot le week-end dernier. Les femelles ont formé le trio gagnant des éditions 2007 et 2011.

En 2005, Alcazar remporte l’épreuve à l’âge de 10ans (le plus vieux vainqueur), après avoir été deuxième et troisième des éditions précédentes.

Le même trio que l’an passé, bis repetita ?

L’an dernier, Vazirabad avait devancé Siljan’s Saga et Mille et Mille, le gagnant du Prix du Cadran (Gr1). Le pied du podium était occupé par Cirrus des Aigles, pour la dernière course française de sa carrière. Ce même trio est au départ de l’édition 2016, comme l’avait été celui de 2004 dont l’arrivée était composée du même trio que celui de 2003 : Westerner, Alcazar et Bekhara.

Le doublé Cadran - Royal Oak la même année

Le pensionnaire d’Élie Lellouche, Westerner, a en fait réalisé deux fois le doublé Cadran - Royal Oak, en 2003 et 2004. Gentoo l’a également réalisé en 2010. Quant à Royal Gait, entraîné en Espagne, il est le lauréat du Prix du Cadran au mois de mai 1987 et du Prix Royal Oak au mois d’octobre, en étant alors entraîné à Chantilly. L’an passé, Mille et Mille s’était classé troisième du Prix Royal Oak, après s’être adjugé le Prix du Cadran. Cette année, le gagnant du Prix du Cadran, Quest For More, n’est pas présent.

Doublé Gladiateur - Royal Oak la même année

Le mansonnien Gentoo réalise en 2010 un triplé rare : celui de vaincre dans les trois épreuves pour stayers de l’automne : Gladiateur, Cadran et Royal Oak. Avant lui, seul Westerner, en 2004, avait réussi dans son entreprise. Cette année, Vazirabad ne pourra réussir que le doublé après sa deuxième place dans le Prix du Cadran.

Propriétaires

Si Mireille Darc est la dernière gagnante du Prix Royal Oak, ancienne version, Son Altesse Aga Khan est le tenant du titre avec Vazirabad, qui a apporté un troisième succès à la casaque verte. La famille Wildenstein compte quatre succès, dont deux avec Westerner. La casaque dubaïote du cheikh Mohammed Al Maktoum et de Godolphin compte trois succès, voire quatre si l’on ajoute celle de son frère défunt, Maktoum Al Maktoum.

L’entraînement

Le plus grand nombre de succès est à mettre au compte, une fois encore, de l’entraîneur André Fabre, vainqueur à sept reprises, mais absent cette année. Les Beaufs est le seul vainqueur ayant représenté la province, en l’occurrence l’entraînement de Valérie Seignoux, gagnante en 2012.

Le centre d’entraînement de Maisons-Laffitte n’avait pas gagné cette épreuve depuis 1957 quand, en 2010, Gentoo (Loup Solitaire), sous la férule d’Alain Lyon, mit fin à cette longue disette.

Les étrangers 

17 lauréats venaient de l’étranger, dont 14 d’Angleterre et 3 d’Irlande – dont les champions Vinnie Roe et Yeats, lauréat au printemps de la même année de la Gold Cup. Dead-heat à l’arrivée de l’édition 1990 ; deux anglais se partagent même la victoire. Un trio d’étrangers à l’arrivée de 2008, l’irlandais Yeats devance deux représentants anglais. Aucun pays de l’Est, y compris l’Allemagne, ne figure parmi les trios gagnants.

Les candidatures de neuf chevaux en provenance de l’étranger ont été enregistrées, soit autant que lors de l’année 2008 (9 sur 11). En 2013, sur les 15 partants, 8 venaient de l’étranger.

Père de vainqueurs

Sadler’s Wells figure quatre fois au palmarès par sa production (Braashee, Ebadiyla, Yeats et Ask), alors que son fils Galileo n’est présent que par Allegretto. Un autre de ses fils, Montjeu, a donné une gagnante, Montare.

Linamix, Danehill et Take Risks comptent chacun deux succès grâce aux deux victoires de leurs fils, Amilynx, Westerner et Tac de Boistron.

Quant à Rainbow Quest, il compte également deux succès par ses deux fils, Raintrap et Sunshack, issus de Suntrap (Roberto).

Le premier vainqueur à partir de 1979, Niniski (Nijinsky), deviendra par la suite le père d’Assessor, vainqueur en 1992. Cette année, Montaly, en provenance d’Angleterre, représentera son père, Yeats, vainqueur du Prix Royal Oak en 2008. Dépourvu de caractère gras, il est loin d’avoir son palmarès.

L’absence des 3 ans

Les dimanches se suivent et se ressemblent puisque, après le Prix du Conseil de Paris, le Prix Royal Oak ne compte aucun 3ans au départ. L’épreuve inaugurale nouvelle version avait donné lieu à un trio gagnant de 3ans, ce qui fut le cas dans les années 1982 et 1985.

Les doublés

Vazirabad, le tenant du titre, va tenter la passe de deux. Ils ne sont que deux à avoir réussi dans leur tentative : Amilynx pour la casaque Lagardère et Westerner pour celle des Wildenstein.

L’obstacle et le Prix Royal Oak

Quick Jack n’a pas encore participé à une course principale en plat, contrairement à son frère Fascinating Rock. En revanche, il s’écrit en demi-gras italique pour avoir été placé d’un groupe 3 sur les haies de Cheltenham. Jusqu’à ce jour, aucun des gagnants du Prix Royal Oak n’arrivait de l’obstacle ni même des pays de l’Est.

Les protagonistes du Prix de l’Arc de Triomphe dans le Prix Royal Oak

À trois reprises, Siljan’s Saga aura été au départ du Prix de l’Arc de Triomphe. Il en sera de même ce dimanche dans le Prix Royal Oak, dans lequel elle avait terminé cinquième la première fois, puis deuxième l’an passé. Turgeon et Alcazar avaient réussi à franchir le poteau en vainqueurs à l’issue de leur troisième tentative après une deuxième et une troisième place.

Depuis 1977, quelques protagonistes du Prix de l’Arc de Triomphe ont ensuite tenté leur chance, avec une certaine réussite, dans le Prix Royal Oak de la même année. À commencer par la pouliche de Sa Majesté la reine d’Angleterre, Dunfermline (4e dans l’Arc puis 3e trois semaines plus tard), Gold River (1re et 3e), Ardross (5e et vainqueur), Sunrise Song (non placée et 3e), Oscar Schindler (4e et 3e), Ebadiyla (non placée et gagnante), Going Somewhere (non placé et deuxième).

Temps record

Le temps record de la course à Longchamp sur 3.100m a été enregistré par Allegretto en 3’15’’50. C’est aussi le temps record du parcours des 3.100m à Saint-Cloud. Il est à mettre au crédit de Gentoo, à l’occasion d’un handicap couru lors d’une réunion organisée le 27 juin 2010.