Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

PRIX DE L’ARC DE TRIOMPHE (GR1) - Aidan O’Brien : « Vous ne pouvez même pas rêver de cela »

Courses / 02.10.2016

PRIX DE L’ARC DE TRIOMPHE (GR1) - Aidan O’Brien : « Vous ne pouvez même pas rêver de cela »

CHANTILLY, DIMANCHE

PRIX DE L’ARC DE TRIOMPHE (GR1)

Aidan O’Brien : « Vous ne pouvez même pas rêver de cela »

« Dis à Aidan que c’est un génie. » Tels sont les mots de Derrick Smith à son fils Paul, sitôt le poteau d’arrivée de ce Prix de l’Arc de Triomphe passé. Aidan O’Brien est bien l’homme de tous les records et il a réussi quelque chose d’historique ce dimanche dans le Prix de l’Arc de Triomphe, en plaçant ses trois partants aux trois premières places. Mais c’est toujours avec une grande modestie qu’il a parlé de cet exploit, sans jamais se mettre en avant.

Un triplé historique dans l’Arc… Aidan O’Brien réussit un exploit historique dans l’Arc et, surtout, il réussit un second triplé dans un Gr1 en 2016 ! L’entraîneur réalise une saison tout simplement exceptionnelle. Il domine le classement des entraîneurs en Irlande – ce qui est logique – mais aussi au Royaume-Uni. Il possède en effet plus de quatre millions de livres d’avance au niveau des gains sur son poursuivant immédiat, John Gosden. En France, Aidan O’Brien n’apparaissait pas dans le top 50 des entraîneurs avant ce dimanche. Mais, avec ce triplé dans l’Arc associé aux différentes places prises dans la journée, il se propulse dans le top 3, même s’il ne pourra pas rattraper l’intouchable Jean-Claude Rouget. Aidan O’Brien réussit aussi l’exploit de signer deux triplés dans des Grs1 en 2016 : dans l’Arc, donc, mais aussi dans les 1.000 Guinées avec Minding (Galileo), Ballydoyle (Galileo) et Alice Springs (Galileo). Deux triplés qui sont aussi des coups de trois pour Galileo…

Même avec la fantastique force de frappe de Coolmore, cela reste tout simplement exceptionnel.

Humilité et discrétion. Aidan O’Brien fait tout avec discrétion et a affiché son habituel triomphe modeste – jamais feint – sans jamais se mettre en avant, toujours avec son habituel "nous", toujours en appuyant le travail effectué autour de lui et non pas par lui… « Vous ne pouvez pas vous attendre à prendre les trois premières places d’un Prix de l’Arc de Triomphe. Vous ne pouvez même pas en rêver. Nous sommes très contents pour les "lads" : ils ont beaucoup investi, depuis tellement longtemps, et cela paye. Les trois chevaux sont tous par Galileo, c’est incroyable ! Vous ne pouvez pas rêver qu’une telle chose puisse arriver. Michael et Derrick, et tout le monde autour, ont vraiment mis du cœur à construire tout cela. Je suis arrivé à Ballydoyle il y a vingt ans et, année après année, nous travaillons et nous mettons des choses en place. Nous avons la confiance de tous et nous apprécions tellement cela. Notre équipe travaille dur chaque jour. Je ne peux pas dire à quel point nous nous sentons privilégiés et à quel point nous sommes heureux. Et depuis que nous avons Galileo… Je ne peux vraiment pas mettre de mots sur ce que je ressens. Je ne pouvais même pas rêver de cela. »

Found, une pouliche exceptionnelle. Lorsque nous étions allés à Ballydoyle, il y a un peu plus d’une semaine, Aidan O’Brien nous avait parlé de Found. Son attachement à cette pouliche se ressentait fortement. « Elle est merveilleuse », nous avait-il dit. Ce dimanche, après la conférence de presse, après avoir pris le temps de signer des autographes et d’accepter des selfies avec des admirateurs, il nous a dit : « Found est une pouliche incroyable. Elle fait partie de ces pouliches exceptionnelles. Elle fait partie des grandes. C’est probablement la meilleure pouliche que j’aie entraînée. Elle est d’une régularité incroyable au plus haut niveau. Elle a gagné des Grs1 à 2ans, 3ans et désormais 4ans. C’est tout simplement exceptionnel. »

Found, malheureuse dans le Prix de l’Arc de Triomphe 2015, trouve sa revanche ce dimanche. Elle fait aussi bien qu'All Along, qui avait elle aussi été battue à 3ans dans l’Arc et avait remporté l’épreuve à 4ans.

« Buvez beaucoup de vin rouge ! » L'équipe de Coolmore avait toujours donné deux objectifs à Found en 2016 : le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe et le Breeders’ Cup Turf (qu’elle a déjà remporté une première fois en 2015). Le premier est rempli ; le second pourrait l’être…

Found restait sur cinq deuxièmes places dans les Grs1 cette année. Michael Tabor, copropriétaire de Found, a expliqué : « Elle méritait de gagner mais nous avons l’impression qu’elle arrive au sommet de sa forme à cette époque de l’année. Elle a, certes, été deuxième en plusieurs occasions, mais il ne faut pas oublier qu’elle a remporté des courses fabuleuses. L’an dernier, elle a gagné le Breeders’ Cup. Elle y a battu un champion [Golden Horn, ndlr]. Elle a toujours été une très bonne pouliche avant aujourd’hui et désormais… Je suppose qu’il est difficile de trouver meilleur ! Nous n’avons pas de plan pour la suite. Nous aimons profiter de l’instant. Et lorsque nous serons de retour à la maison, nous allons en discuter tous ensemble. Aidan nous dira comment est la pouliche. Et s’il trouve que Found est elle-même dans les prochains jours, alors nous établirons un plan. Elle nous le dira. Ou plutôt elle le dira à son entraîneur qui nous le dira ! Pour l’année prochaine, nous en discuterons aussi. »

Paul Smith, fils de Derrick Smith, a quant à lui ajouté : « J’ai eu mon père tout de suite au téléphone lorsque Found a passé le poteau en tête. Il m’a dit : "Bien joué. Dis à Aidan que c’est un génie. Pour l’instant, fêtez bien cela ce soir et buvez beaucoup de vin rouge". »

Le record du parcours battu

Le terrain était estimé à 3,1 (bon) ce dimanche et le record des 2.400m de Chantilly a été battu. Found s’est imposée en 2’23’’61, battant le record auparavant établi en 1986 par Bering (2’24’’10).

Une vraie performance d’entraîneur. Aidan O’Brien ne fait rien au hasard. Sa grande réussite est aussi d’avoir fait le choix de diriger Highland Reel (Galileo) et Order of St George (Galileo) sur ce Prix de l’Arc de Triomphe, alors que les chevaux disposaient d’options a priori plus faciles en Australie. Pour Order of St George, gagnant du Gold Cup d’Ascot, ce choix était même culotté car le cheval ne trouvait pas ici le terrain souple qu’il apprécie tant. Aidan O’Brien nous a expliqué : « Évidemment, le Prix de l’Arc de Triomphe est une grande course, meilleure que ce que nous aurions pu courir en Australie. Nous savions, pour Highland Reel, que la course serait parfaite pour lui. Pour Order of St George, il est vrai qu’il aurait été mieux sur plus souple. Mais il faut souligner l’excellent travail fait par les équipes de l’hippodrome car le terrain est absolument parfait. »

Galileo, la tête dans les étoiles

Franco Raimondi parlait du "signe indien" de Galileo dans le Prix de l’Arc de Triomphe. L’étalon de Coolmore voit enfin son nom apparaître au palmarès de l'Arc, et de quelle manière… Avec un triplé historique ! Auparavant, Tourbillon avait réussi le jumelé en 1942, avec Djebel et Tornado.

La star de Coolmore au firmament. Comme Aidan O’Brien, Galileo réussit deux triplés dans des Grs1 en 2016. Il est le père des trois premières des 1.000 Guinées (Minding, Ballydoyle et Alice Springs) et le père de Found, Highland Reel et Order of St George. Michael Tabor nous a expliqué : « Les résultats de Galileo parlent pour lui-même. C’est un étalon tout simplement extraordinaire. C’est très important que Galileo donne un gagnant du Prix de l’Arc de Triomphe. C’est la plus grande course du monde. Mais imaginer qu’il puisse donner les trois premiers… Cela tenait de l’utopie. »

Ce n’est pas une nouvelle : Galileo est le digne héritier de son père, le chef de race Sadler’s Wells. Il est sur les bases des records établis par ce dernier. Sadler’s Wells a, lui, réussi à signer des quadruplés dans les Grs1, étant le père des quatre premiers du Derby d’Irlande en 2002, ainsi que du Racing Post Trophy la même année…

Ryan Moore : « Cela fait partie des choses extraordinaires, comme le Magnificent Seven de Frankie Dettori »

Ryan Moore décroche son deuxième Prix de l’Arc de Triomphe, épreuve qu’il avait remportée avec Workforce (King’s Best) en 2010. Le premier jockey de Coolmore n’a pas eu une saison facile, se blessant à une cervicale au premier semestre, puis devant arrêter de monter pendant plusieurs semaines pour de nouvelles raisons de santé. Depuis son retour, ses montes ont régulièrement fait l’objet de critiques et le premier jockey de Coolmore remet ce dimanche les points sur les "i".

Un bon parcours. Vue dans la première moitié du peloton, côté corde, Found a eu un bon parcours, avant de tracer une belle ligne droite. Ryan Moore avait choisi de lui être associé dans ce Prix de l’Arc de Triomphe et il a fait le bon choix. Il a commenté la course : « J’ai eu un bon parcours. Il y a eu du rythme et j’étais bien placé derrière The Grey Gatsby. Elle était vraiment bien. L’ouverture s’est faite et je suis venu un peu plus tôt que je ne l’aurais voulu. Mais j’ai saisi ma chance et elle a bien accéléré. »

Une pouliche qui se révèle à l’automne. Found a toujours été très estimée et a reçu quelques critiques car, au premier semestre, elle était régulièrement battue. Mais Found n’est jamais meilleure qu’à l’automne : elle l’a montré à 2ans, 3ans et désormais 4ans. Ryan Moore a déclaré : « Elle a gagné le Boussac à cette époque de l’année et le Breeders’ Cup Turf à l’automne l’an dernier. Cela a parfois été frustrant de prendre autant de deuxièmes places mais c’était son objectif. Elle était en bonne forme, de retour sur 2.400m. Elle a montré de quoi elle était capable et quand elle est au top, elle est très difficile à battre. »

Concernant l’exploit d’Aidan O’Brien, qui a signé le trio gagnant, le jockey a expliqué : « Gagner l’Arc et avoir les trois chevaux de l’écurie aux trois premières places est juste quelque chose d’unique. Cela fait partie de ces choses extraordinaires comme le Magnificent Seven de Frankie Dettori. C’est une vraie performance que d’amener trois chevaux au sommet de leur forme pour l'épreuve. Le Prix de l’Arc de Triomphe reste la course la plus difficile à gagner en Europe. C’est incroyable. »

Aidan O’Brien champion trainer en Irlande, en Angleterre… et presque en France !

Sans surprise, Aidan O’Brien sera une nouvelle fois sacré top-entraîneur par les gains en Irlande. Il le sera aussi vraisemblablement en Angleterre. Et à peu de chose près, il aurait pu l’être en France aussi ! Dans l’Arc, ses trois pensionnaires ont empoché 4.571.500 €. Ce montant, ajouté aux gains de ses autres pensionnaires de dimanche et aux allocations qu’il a déjà obtenues en France cette année (notamment grâce à The Gurkha dans la Poule), permettent à Aidan O’Brien d’arriver à un total d’allocations françaises de 5.142.970 € (sans les primes). Cela le propulse donc à la deuxième place du classement des entraîneurs en France par les gains, devant André Fabre qui passe donc troisième. Seul Jean-Claude Rouget reste devant l’Irlandais avec 6.348.015 €.

PEDIGREE : http://jourdegalop.com/wp-content/uploads/2016/10/FOUNDarc.pdf

Une fille de double gagnante de Gr1

Found est une fille de Red Evie (Intikhab), qui a remporté les Juddmonte Lockinge Stakes et les Matron Stakes (Grs1). Michael Tabor a expliqué : « Nous avions acheté Red Evie auprès de Michael Bell et c’est une poulinière qui a beaucoup d’importance pour nous. Je voudrais donc le remercier et c’est un privilège qu’il nous a fait en nous la vendant. Je suis très reconnaissant de pouvoir avoir de telles poulinières au haras. » Red Evie a déjà produit Magical Dream (Galileo), gagnante des C L Weld Park Stakes (Gr3). Elle est aussi la mère de la 3ans Best in the World (Galileo), gagnante de Gr3 et placée de Gr2. La deuxième mère de la pouliche, Malafemmena (Nordico), a gagné Listed en Italie et s’est classée troisième du Prix du Calvados (Gr3).

Siljan’s Saga (4e) signe la meilleure performance de sa carrière

Siljan’s Saga (Sagamix) a réussi la meilleure performance de sa carrière en se classant excellente quatrième du Prix de l’Arc de Triomphe. Elle a ainsi été la première française à l’arrivée. La jument d’Éric Palluat de Besset et Emmanuel Tassin a évolué parmi les derniers alors qu’en tête, Vedevani (Dubawi), Highland Reel (Galileo) et Order of St George n’amusaient pas la galerie. Pour passer devant les Grandes Écuries, son jockey, Pierre-Charles Boudot, a gagné des rangs en restant à la corde. À la Mère Marie, le sprint a été lancé et Siljan’s Saga a bien suivi l’accélération des leaders. Son jockey lui a fait éviter The Grey Gatsby (Mastercraftsman), sur ses fins, et Siljan’s Saga a ensuite dû se frayer un passage entre Order of St George et Postponed (Dubawi) qui plafonnait. Courageuse, Siljan’s Saga a pris la quatrième position à cent cinquante mètres du but et l'a conservée jusqu’au bout.

Ravi et ému de la performance de sa protégée, Jean-Pierre Gauvin nous a déclaré : « Quelle jument ! Quelle jument ! Siljan's Saga n'avait pas son terrain, mais quelle performance elle a réalisée ! C'est génial. À Deauville, elle m'avait déjà bien plu car elle n'était qu'à 70 %. Aujourd'hui, elle était à 100 %. Elle a été plus calme qu'à l'accoutumée également. Elle a un cœur plus gros qu'elle. Elle n'a pas eu trop le jour dans la ligne droite et sa quatrième place est très bonne. »

Postponed (5e) dans l’incapacité d’accélérer efficacement

Roger Varian avait la tête des mauvais jours en attendant que Postponed (Dubawi) ne rentre aux balances. Le 5ans du cheikh Mohammed Obaid Al Maktoum avait les faveurs des bookmakers après son année parfaite, commencée dès le mois de mars à Meydan, où le cheval avait survolé le Sheema Classic (Gr1). Il avait ensuite enchaîné deux autres succès au niveau Gr1, dans le Queen Elizabeth II Cup et les Juddmonte International Stakes. Mais ce dimanche, Postponed, qui a dû voyager en épaisseur, a été incapable de fournir l’accélération qu’on lui connaît habituellement.

Son entraîneur nous a confié : « Nous devons d'abord digérer notre déception. Le cheval est très bien parti et s'est vite retrouvé à la pointe du combat. Il a dû progresser en troisième épaisseur... Il est entré dans la ligne droite sur la mauvaise jambe et ensuite il n'a jamais pu mettre le coup de reins qu'il fallait. J'espère déjà qu'il va bien rentrer de la course. »

 One Foot in Heaven (6e) battu de peu pour une place

Il n’a pas manqué grand-chose à One Foot in Heaven (Fastnet Rock) pour obtenir une allocation dans cet Arc 2016. Le représentant de Fair Salinia n’échoue que d’un nez pour la cinquième place conservée par le favori, Postponed. One Foot in Heaven réalise quasiment la meilleure performance de sa carrière, lui qui a débuté seulement en fin d’année 2015 et a gagné cette année le Grand Prix de Chantilly (Gr2).

One Foot in Heaven est entraîné par Alain de Royer Dupré qui nous a dit : « C’est une bonne course et une très belle performance du cheval. Ce n’est pas du tout une surprise car One Foot in Heaven avait vraiment bien travaillé. ». Le cheval s’était bloqué le garrot lors de sa dernière sortie, dans le Prix Foy (Gr2), dont il n’avait pris que la quatrième place sur quatre.

Makahiki (14e), un nouveau cauchemar pour le Japon

Les attentes placées en Makahiki (Deep Impact) étaient immenses. À la hauteur des désillusions causées par les autres partants du Japon au fil des ans. Le poulain n’a été que l’ombre de lui-même. Apparu logiquement plus affûté que lors de son succès dans le Prix Niel (Gr2), le poulain s’est tendu dans sa stalle, selon Christophe Lemaire. Ensuite, il a été contraint de galoper en quatrième épaisseur et a complètement cédé dès que les choses sérieuses ont commencé.

À chaud, Christophe Lemaire a commenté : « Le cheval était déjà tendu dans la boîte. Il n'a jamais bien respiré, s'est contracté et a dû progresser à l'extérieur. Dans la ligne droite, il a vite rendu les armes… Dans ces conditions, c’était mission impossible. » Son entraîneur a quant à lui évoqué un délai trop court entre les deux courses, ainsi qu’un possible manque de tenue sur ce parcours exigeant, avec une montée. Le cheval allait bien après la course.

LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Départ à 1.000m : 1’22’’57

1.000m à 600m : 24’’41

600m à 400m : 12’’39

400m à 200m : 12’’35

200m à l’arrivée : 11’’89

Temps total : 2’23’’61

 

4e · 16h05 > Qatar Prix de l'Arc de Triomphe

Gr1 - Plat - 5.000.000€ - 2.400m

Pour chevaux entiers et juments de 3 ans et au-dessus. Poids : 3 ans, 56 kg, 4 ans et au-dessus, 59 kg 1/2.

1re      FOUND (58) F4

(Galileo & Red Evie)

Pr/M. Tabor&D.Smith&Mme Magnier - El/Roncon Ltd

Ent/A.-P. O'Brien - J/Ryan Moore

2e        HIGHLAND REEL (59,5) M4

(Galileo & Hveger)

Pr/D. Smith&Mme Magnier&M.Tabor - El/Hveger Syndicate

Ent/A.-P. O'Brien - J/J.-A. Heffernan

3e        ORDER OF ST GEORGE (59,5) M4

(Galileo & Another Storm)

Pr/L.J Williams&Mme J.Magnier&Co - El/Paget Bloodstock Ltd

Ent/A.-P. O'Brien - J/L. Dettori

Autre(s) partant(s) dans l'ordre d'arrivée : Siljan's Saga, Postponed, One Foot In Heaven, New Bay, Savoir Vivre, Harzand, Vedevani, Talismanic, Left Hand, Silverwave, Makahiki, Migwar, The Grey Gatsby.

Tous couru (16).

(Turf) Bon. 2'23"61. Ecarts : 1 3/4 - 1 1/2 - 3/4.