Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

PRIX GEORGES DE TALHOUËT-ROY (GR2) - Invicter s’invite parmi l’élite

Courses / 09.10.2016

PRIX GEORGES DE TALHOUËT-ROY (GR2) - Invicter s’invite parmi l’élite

PRIX GEORGES DE TALHOUËT-ROY (GR2)

Invicter s’invite parmi l’élite

Surprise à l’arrivée du Prix Georges de Talhouët-Roy (Gr2). Le leader des hurdlers de 3ans, Kalifko (Montmartre), n’a pas fait sa course, terminant sixième. Et c’est finalement Invicter (Sholokov) qui s’est imposé nettement. Le poulain de Pierre Goral venait de se classer deuxième du Prix Robert Lejeune (L) en durcissant la course de bonne heure. Il monte en puissance et le déroulement de l’épreuve lui a été favorable. Petit à petit, il s’affirme comme un excellent 3ans. Il devra maintenant confirmer dans le Prix Cambacérès (Gr1).

Une vraie course. Ce Prix Georges de Talhouët-Roy a été une course sélective. La réduction kilométrique de 1’12 le prouve. Fidèle à sa tactique de prédilection, Kalifko a dirigé les débats, tout en étant un peu allant. Il était suivi par Kakoline (Poliglote). Invicter a patienté pour sa part en neuvième position, avant de gagner des rangs au début de la ligne d’en face. À l’entrée de la ligne droite, Invicter a produit son effort en pleine piste. Après la dernière haie, il a pris l’avantage et il a repoussé toutes les attaques sous la monte d’Arnaud Duchêne. Son entraîneur Guillaume Macaire nous a déclaré : « Invicter a eu une bonne course, c’est un bon cheval. Il était quand même deuxième de Kalifko la dernière fois. Il a toujours fait l’arrivée. Tout n’était peut-être pas encore clair dans sa tête. Avec les chevaux en général, mais avec les jeunes en particulier, la question du comportement vaut autant que la qualité du cheval. Kalifko a eu la meute derrière lui toute la course. Il n’a jamais pu se reprendre. Pour finir, ceux qui ont "sucé les roues" sont avantagés. Invicter n’a pas volé la course. Vu comment il a sauté la dernière haie, il a encore des ressources. C’est un cheval qui est très gaucher, donc ça ne sert à rien d’aller à droite. Il sera encore meilleur à 4ans. »

Pierre Goral aurait signé pour la deuxième place avant la course. Rencontré après la remise des trophées, Pierre Goral, coéleveur et propriétaire d’Invicter nous a raconté : « La dernière fois, Invicter était battu par un très bon cheval. Nous verrons maintenant comment cela se passera dans le Prix Cambacérès. Avant le coup, nous aurions signé pour être deuxième. Il va progresser sur cette course. J’ai élevé Invicter en association avec le haras du Hoguenet. Cela fait quarante ans que je suis propriétaire, j’ai eu beaucoup de très bons chevaux en plat comme en obstacle, à l’image de Racinger ou Prodiger. Au début, mes chevaux étaient entraînés par Bernard Sécly. Nous avions été à Sholokov pour faire Invicter, car c’est un étalon améliorateur que j’aimais bien. Je lui avais envoyé trois poulinières. Tous mes élèves ont des noms qui finissent en "r". Cette victoire d’Invicter me fait vraiment plaisir. D’autant que c’est la première fois que j’emmène mes petites filles aux courses. »

L’arrivée du Prix des Platanes dans un ordre inverse. Disputé le 6 septembre, le Prix des Platanes s’était conclu sur le trio suivant : Désinvolte (Early March) avait battu Jazz in Montreux (Rip van Winkle) et Invicter. Cette fois, le trio a fini dans l’ordre inverse. Jazz in Montreux a pris sa revanche sur Désinvolte en terminant deuxième devant le pensionnaire de Philippe Leblanc. Jazz in Montreux a patienté dans une course rythmée et cela a payé. Il est entraîné par François Nicolle, tout comme Kakoline, quatrième et Kingalola (Kingsalsa), cinquième. Il nous a dit : « "Jazz" court très bien, d'autant plus qu'il n'a pas été très heureux dans le dernier tournant. Il a aussi fait une faute en face et, quand je l'ai vu dans le dernier tournant, je ne pouvais pas penser qu'il serait deuxième. Il a donné un sacré coup de reins pour finir. Kakoline a été assez allante, certainement un peu trop. Nous aurions peut-être dû la laisser aller, à sa main, mais son jockey n'a pas osé. Il ne la connaît pas très bien. Kingalola est lui un poulain en progrès constants. Il va encore monter sur cette sortie. Ce n'est pas un précoce et il confirme tout le bien que nous pensons de lui. Il va être un très bon cheval. Les trois devraient aller sur le Prix Cambacérès, même si nous gardons quand même l'option du Prix Bournosienne pour Kakoline. Nous allons en parler avec son propriétaire. »

Une course à effacer pour Kalifko. La sortie de Kalifko est à effacer. Son entraîneur Dominique Bressou nous a appris que le cheval s’était fait galoper sur les postérieurs. Il est d’ailleurs rentré avec des atteintes.

http://jourdegalop.com/wp-content/uploads/2016/07/INVICTER.pdf

Le frère de Nestar. Coélevé par Pierre Goral et le haras du Hoguenet, Invicter est un fils de Sholokov et de Présidence (Nikos), placée lors de trois de ses six sorties. Il est le frère de Netstar (Lavirco), troisième du Prix Melanos (L) et de Shadline (Septième Ciel), gagnante de deux courses à Enghien et mère d’Indiga (Sholokov), lauréate sur cette même piste, Vintage (Nickname), gagnante du Prix Finot (L) et de The Reader (Lando), vainqueur du Prix Solitaire. Invicter est le petit-fils de Prodigalité (Saint Andrews), deuxième du Prix Finot (L) pour sa seule sortie en obstacle. Il est donc le neveu de Worldbest (Muhtathir), troisième du Prix Renaud du Vivier (Gr1), Orcantara (Villez), troisième des Prix Finot (L) et Bournosienne (Listed à l’époque) et Mood (Laveron), lauréate du Prix François de Poncins (L) et troisième du Prix André Michel (Gr3). Pierre Goral a eu sous ses couleurs : Présidence, Prodigalité et Petite Rumeur (Fabulous Dancer), troisième mère d’Invicter. Petite Rumeur est la grand-mère de Red Name (Nickname), gagnant du Prix Finot lui aussi.