Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

RAIMONDISSIMO !  Sept produits de Frankel à suivre pour 2017

Courses / 27.10.2016

RAIMONDISSIMO ! Sept produits de Frankel à suivre pour 2017

Italien et citoyen du monde, Franco Raimondi est l’un des plus célèbres journalistes hippiques en activité. Grand voyageur et curieux de tout, il offre à plusieurs gazettes de renom international ses connaissances encyclopédiques et ses analyses décalées. Il vous donne rendez-vous chaque semaine dans Jour de Galop.

En hiver, les passionnés de galop, en dehors de ceux qui aiment l’obstacle ou l’international, entrent en hibernation. Ils patientent pendant de longs mois au coin du feu, en rêvant aux champions et aux grandes courses du printemps. L’autre jour, en feuilletant un RaceHorses de 1964, j’ai fait une drôle de découverte. Le sportsman anglais qui me l’a vendu sur Ebay avait annoté sur une des pages blanches sa liste de 2ans à retenir pour la saison classique 1965.

Un exercice difficile. S’il avait joué ces chevaux l’année suivante, cet inconnu aurait perdu beaucoup d’argent. Sa sélection a vraiment déçu, mais elle m’a donné une bonne idée. Pourquoi ne pas dénicher des poulains à suivre, en vous proposant une liste qui compterait les sept mâles et les sept femelles à suivre. Les règles du jeu ? Il faut que ces jeunes pousses n’aient pas couru plus de trois fois, jamais au niveau Listed ou Groupe, et qu’ils aient gagné au moins une fois. Pour établir ce listing, j’ai demandé un petit coup de main à un de mes informateurs secrets de Newmarket. Ce dernier – Luca Cumani ! – souhaite rester anonyme (trop tard) et il m’a dit : « Tu prends la liste des fils de Frankel qui remplissent ces conditions et c’est fait ! ». J’ai alors changé mon fusil d’épaule. La première liste sera 100 % Frankel, mâles et femelles confondus. La deuxième, qui sera publiée dans l’une des éditions à venir, sera composée des "autres que Frankel". Et tant pis si dans je passe pour un nul dans un an, comme l’inconnu anglais qui m’a inspiré…

Cracksman, attention talent

Né en 2014, par Frankel & Rhadegunda, par Pivotal

Pr. : A.E. Oppenheimer

El. : Hascombe and Valiant Stud

Entr. : John Gosden

Si vous pensez que les "Frankel" sont des poulains de classe mais avec le "sang chaud", cet élève d’Anthony Oppenheimer pourrait vous faire changer d’avis. John Gosden l’a présenté le 19 octobre à Newmarket, dans un maiden sur 1.600m. Il l’avait alors confié à "Rab" Havlin, le deuxième pilote de l’écurie, alors que Lanfranco Dettori était sur Stradivarius (Sea the Stars). Cracksman, très relax en début de parcours, est venu sur la ligne de combat après un kilomètre. Il a pris l’avantage au poteau des 200 derniers mètres et il s’est imposé d’une grande longueur devant le "Godolphin" Wild Tempest (Raven’s Pass). Son entraîneur a expliqué après la course : « C’est un cheval pour 2017, un cheval de 2.000m. Il est grand et doit encore prendre la force. »

Cracksman est un demi-frère de Fantastic Moon (Dalakhani) et de Strong Force, un 3ans par Sea the Stars qui a débuté tardivement en septembre, avant d’ouvrir son palmarès à Chelmsford. Leur mère, Rhadegunda (Pivotal), était venue à Fontainebleau pour décrocher son black type, et avait gagné le Prix Solitude (L) sur 1.800m. La souche est chez les Oppenheimer depuis quarante ans. Elle avait surtout produit des milers de haut niveau comme la troisième mère de notre sujet, On the House (Be My Guest), gagnante des 1.000 Guinées et des Sussex Stakes, ou Rebecca Sharp (Machiavellian), lauréate de Coronation Stakes (Gr1). Il y a deux ans, on se posait des questions sur la tenue d’un poulain issu de cette souche. Son nom ? Golden Horn (Cape Cross).

Mirage Dancer, le regard tourné vers 2017

Né en 2014, par Frankel & Heat Haze, par Green Desert

Pr. : Khaled Abdullah

El. : Juddmonte Farms

Entr. : Sir Michel Stoute

Sir Michael Stoute n’est pas un entraîneur de 2ans. Lors des cinq dernières années, il n’a eu que treize partants dans les courses de Groupe qui leur sont réservées, avez zéro victoire à clé. Son dernier succès à ce niveau remonte au 16 octobre 2010, quand Cape Dollar (Cape Cross) s’était imposé dans les Rockfell Stakes (Gr2). L’apport des 2ans aux statistiques de l’écurie est mince : 80  victoires sur 423 (18,91 %) en cinq ans. À titre de comparaison, John Gosden a décroché 27,4 % de ses succès en Angleterre avec les 2ans.

Les 2ans de Sir Michael doivent être regardés avec des yeux cléments, tournés vers le futur. Mirage Dancer est un sujet parfait pour notre petit jeu. Il a fait ses premiers pas le 21 octobre, dans un maiden sur 1.400m, à Doncaster. Au moment du démarrage, Ryan Moore l’avait déjà mis sous pression. À ce moment-là, tout le monde a commencé à noter sur son programme : « De bons débuts, à suivre à 3ans. » Mais lorsque le poulain a trouvé son action, il a foncé dans un trou le long du rail intérieur. Il a ensuite passé le poteau en tête, avec une demi-longueur d’avance sur le "Hannon" Tafaalkar (Dark Angel), un perdant professionnel de bon niveau (encore maiden après sept courses).

Mirage Dancer détient un super pedigree. Sa mère n’est autre que Heat Haze (Green Desert), la demi-sœur de Banks Hill, Cacique, Champs Élysées, Intercontinental et Dansili (tous par Danehill), sans oublier Deluxe (Storm Cat). Comme quatre de ses demi-frères et sœurs, elle a gagné au niveau Gr1. Mais sa carrière de poulinière a été perturbée par la malchance. Son meilleur produit est le 3ans Forge (Dubawi), un miler de niveau Gr3 qui peut encore progresser.

Atty Persee, le poulain invendable (et finalement vendu)

Né en 2014, par Frankel & Dorcas Lane, par Norse Dancer

Pr. : Godolphin

El. : Bjorn Nielsen

Entr. : Roger Charlton

Bjorn Nielsen, l’éleveur d’Atty Persee, a essayé de le vendre trois fois. Lors de la Tattersalls December Sale il n’avait pas atteint son prix de réserve à 200.000 Gns. Quelques mois plus tard, lors de l’October Sale, malgré des prétentions revues à la baisse, il n’était pas arrivé à 160.000 Gns. Atty Persee était déjà passé en vente alors qu'il était encore dans le ventre de sa mère, Dorcas Lane (Norse Dancer) –gagnante de Listed et placée de Groupe –, durant la December Sale 2013. À ce moment-là, tout le monde était en quête d’une poulinière pleine de Frankel. Mais même intra utero, Atty Persee n’arrivait déjà pas à trouver preneur ! Sa mère fut rachetée pour 475.000 Gns. Et pourtant, c’était une jument intéressante, issue d’une souche classique du cheikh Hamdan qui a produit la lauréate des 1.000 Guinees Harayir (Gulch). Norse Dancer (Halling), son père de mère, n’a pas vraiment la cote sur les rings. Et pourtant il produit des gagnants. C’est d’ailleurs en piste qu’Atty Persee a finalement réussi à trouver preneur, lors de sa première victoire. Envoyé à Sandown le 14 septembre, dans un maiden sur 1.600m, il a battu par K.O. (une longueur et demie) le "Godolphin" Hamada (Cape Cross). Ce dernier a gagné de six longueurs lors de sa sortie suivante. La victoire d’Atty Persee a tapé dans l’œil des conseillers du cheikh Mohammed et le poulain est passé sous la bannière Godolphin tout en restant chez Roger Charlton. Son entourage a fait l’impasse sur le Racing Post Trophy (Gr1) et les bookmakers l’offrent dans les 2.000 Guinées et le Derby à la cote double carpet. Cela signifie qu’il est proposé à 33/1.

Eminent, moins cher mais pas moins bon

Né en 2014 par Frankel & You’ll Be Mine, par Kingmambo

Pr. : Sir Peter Vela

El. : Premier Bloodstock

Entr. : Martyn Meade

Lors des ventes de yearlings 2015, sur 21 produits de Frankel adjugés, seulement deux ont coûté moins cher qu’Eminent. Un de ces deux poulains est encore inédit. L’autre est Frankuus (130.000 €) le lauréat du Prix de Condé (Gr3) sous la férule de Mark Johnston. Le propriétaire néozélandais Sir Peter Vela a payé 150.000 Gns pour Eminent. Il l’a confié à Martyn Meade, un entraîneur qui a du métier, une bonne réussite avec les 2ans, mais qui n’est pas non plus un grand nom de Newmarket. Eminent a dominé un lot d’assez bon niveau mais sans éclat dans un maiden sur 1.600m, le 22 septembre à Newmarket. Après ce succès, il était attendu dans le Racing Post Trophy (Gr1) ou dans les Autumn Stakes (Gr3).

Sa mère, You’ll Be Mine (Kingmambo), troisième dans le Fillies’ Mile (Gr1), avait ensuite déçu à 3ans. Sa demi-sœur Diamondsandrubies (Fastnet Rock) est lauréate de Pretty Polly Stakes (Gr1). La deuxième mère, Quarter Moon (Sadler’s Wells), gagnante de Gr1 à 2ans, fut deuxième des Oaks et des Irish Oaks (Grs1). Cette dernière est une propre sœur de Yesterday, lauréate des Irish 1.000 Guineas et également deuxième dans le classique d’Epsom.

La tenue est là, le talent aussi. Eminent a une manière bizarre – mais puissante – de galoper.

Icespire, la sagesse en plus

Née en 2014, par Frankel & Quest to Peak, par Distant View

Pr. : Khaled Abdullah

El. : Juddmonte Farms

Entr. : John Gosden

Rab Havlin a déjà une certaine expérience avec la descendance de Frankel. Après la victoire d'Icespire dans un maiden sur 1.400m de qualité moyenne, le 10 octobre à Salisbury, il a déclaré : « Parmi tous les produits de Frankel que j’ai montés, Icespire est la plus sage. Elle s’est bien posée et a placé sa pointe de vitesse. » La pouliche a dominé son sujet de quatre longueurs, mais il reste à découvrir le niveau de l’opposition.

Icespire est une demi-sœur de Special Duty (Hennessy), qui avait remporté sur tapis vert les 1.000 Guinées et la Poule d’Essai des Pouliches mais aussi les Cheveley Park Stakes (Grs1). Elle a aussi terminé deuxième dans le Morny du record d’Arcano (Oasis Dream) après avoir battu Siyouni (Pivotal) dans le Papin.

L’offre des bookmakers, dans le jargon des turfistes britanniques, se situe entre le double net (double filet), c’est à dire 20/1, et le double carpet.

Swiss Storm, une progression spectaculaire

Né en 2014, par Frankel & Swiss Lake, par Indian Ridge

Pr. : Lordship Stud & David Elsworth

El. : Lordship Stud

Entr. : David Elsworth

 

David Elsworth est un entraîneur qui aime bien donner un premier parcours d’apprentissage à ses poulains. Swiss Storm, favori décevant à 4/5 lors de ses débuts, a progressé de 18 livres en 16 jours. Il a ouvert son palmarès en très bon sujet, sur 1.400m. Lui aussi fut estimé comme un "poulain de Racing Post Trophy" mais il ne s’est pas présenté à l’appel.

Sa mère, Swiss Lake (Indian Ridge), fut une très bonne jument sur 1.000m. Elle a produit deux gagnants de Gr3 sur les courtes distances : Swiss Diva (Pivotal) et Swiss Spirit (Invincible Spirit). Swiss Storm, lui, peut tenir le mile.

Aljezeera, la carte de la patience

Née en 2014, par  Frankel & Dynaforce, par Dynaformer

Pr. : Al Shaqab Racing

El. : Newsells Park Stud

Entr. : Luca Cumani

Aljezeera a réalisé le troisième meilleur prix – à 450.000 Gns – parmi les six femelles issues de Frankel aux ventes de yearlings en 2015. Elle a débuté le 13 août dans un maiden sur 1.600m et a gagné comme un "coup sûr". La championne Blue Bunting (Dynaformer) s’était imposée dans la même course avant de remporter à 3ans les 1.000 Guinées, les Irish Oaks et les Yorkshire Oaks (Gr1). On aurait espéré revoir Aljezeera avant la fin de la saison, mais son entraîneur, Luca Cumani, a expliqué : « À ce stade, il y avait de trop grandes attentes placées sur cette pouliche. Elle aurait dû courir un Groupe et le gagner. Ce qui n’était pas sûr. J’ai donc décidé de jouer la carte de la patience. » Aljezeera a un pedigree de tenue. Sa mère, Dynaforce (Dynaformer), troisième du Prix Romanet (encore Gr2 à l’époque), est devenue gagnante de Gr1 aux États-Unis. C’est une demi-sœur de Cetewayo (His Majesty), lauréat de Gr1 sur 2.400m outre-Atlantique.

Dans les Oaks, sa cote est Macaroni (25/1) alors que dans les 1.000 Guinées, elle est double tapis (33/1). Aljezeera porte le nom d’un média cher aux qataris… tout un symbole.

Frankel, on le sait, a déjà donné dix-huit gagnants, dont quatre au niveau Groupe. La réussite de ses premiers 2ans a été l’un des faits marquants de la saison et pas seulement en Angleterre. Luca Cumani m’a suggéré un raccourci pour dresser ma liste de futurs champions. Il m’avait en effet demandé de "cacher" un peu sa Frankel. Mais je suis, comme on dit chez nous à Milan, un Pelanda, c’est-à-dire un salaud…