Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

LES RENCONTRES DE L’INNOVATION (2/2) - À la découverte des start-up en levée de fonds

Courses / 13.10.2016

LES RENCONTRES DE L’INNOVATION (2/2) - À la découverte des start-up en levée de fonds

 

Huit entreprises innovantes auront l’occasion, le mercredi 19 octobre prochain, de présenter leur produit phare lors des Rencontres de l’innovation, organisées en marge du salon Galop Expo par Génération Galop, le pôle Hippolia et l’association Horse Angels. Après vous avoir présenté les sociétés déjà en activité, voici les quatre start-up actuellement en phase de levée de fonds et qui auront l’occasion de présenter leur projet sous la forme de "pitch" pour attirer d’éventuels investisseurs.

 Biopic et ses biopuces

Biopic propose des objets connectés pour tout ce qui concerne le monitoring animal. La start-up conçoit des biopuces qui peuvent être implantées dans l’animal mais aussi fonctionner à l’extérieur de celui-ci. Ces biopuces sont dotées de plusieurs capteurs qui transmettent en continu les différents paramètres mesurés à un cloud. Les utilisateurs reçoivent ensuite des alertes automatiques sur leur smartphone en cas d’événement liés à la reproduction ou la santé de leur animal. Frédéric Roullier, président-directeur général de l’entreprise, présente son projet.

 « À l’origine, je suis docteur en physique mais aussi éleveur de bovins et de trotteurs. J’ai voulu développer un système pour pouvoir gérer mes troupeaux à distance et finalement ce projet personnel est devenu professionnel. Notre produit phare est en train d’être breveté, mais je peux vous dire qu’il s’agit d’un système de détection et de prévention des poulinages mais aussi de suivi des performances d’un cheval. Nous sommes actuellement six personnes à travailler dans la société Biopic. Nous avons été "incubés" à Normandie Incubateur en 2009, et c’est en 2011 que nous avons vraiment débuté. Nous avions déjà effectué une levée de fonds en 2013. Aujourd’hui, nous sommes en cours de discussion pour lever autour de 2 millions d’euros mais nous sommes évidemment toujours en recherche d’investisseurs. »

 E-Novet et l’aérosolthérapie par nébulisation

E-Novet a pour but de développer et commercialiser des dispositifs vétérinaires innovants. Nicolas Gay a décidé de créer cette société après dix années passées dans l’innovation mécatronique en tant que directeur de projets, durant lesquelles il a notamment développé une technologie de générateur d’aérosol innovante. En 2015, l’adaptation de cette technologie au cheval a abouti à un nouveau concept de nébuliseur pour chevaux. Il a décidé, en partenariat avec son ancienne société, de créer E-Novet pour accélérer le lancement de son premier produit, l'Equineb®, qu’il présente.

 « L'Equineb® est un dispositif d’aérosolthérapie innovant pour les chevaux, qui permet de lutter contre les troubles respiratoires et favorise le bien-être de l’animal. La technologie utilisée dans l'Equineb® étant parfaitement adaptée à l’homme, j’ai décidé d’en proposer une version au monde animal et en particulier aux chevaux, cibles privilégiées de troubles respiratoires. Chez le cheval de compétition, ces troubles représentent 60 % des causes de contre-performance. Ils ont des origines diverses et se matérialisent, parfois de manière chronique, par de la toux, le jetage nasal, la détresse respiratoire ou l’intolérance à l’exercice. La majorité des traitements actuels sont souvent inefficaces, contraignants, inadaptés ou chers, et peuvent entraîner des effets secondaires non négligeables. L'Equineb® se distingue en réduisant le risque d’effets secondaires, en permettant d’atteindre une plus grande concentration de médicaments dans les poumons, et étant facilement utilisable par tous.

Récemment incubés auprès de l’Incubateur PACA-EST à Sophia Antipolis, nous sommes toujours dans une phase de levée de fonds pour démarrer l’industrialisation de l'Equineb®. Notre stratégie actuelle est axée sur sa commercialisation. À terme, nous comptons décliner le produit pour l’adapter à d’autres animaux et orienter le développement d’E-Novet vers le bien-être de l’animal. »

Equibûches ou comment valoriser les litières en copeaux

Equibûches propose de valoriser la litière des chevaux sur copeaux de bois pour les transformer en bûches densifiées, qui sont ensuite commercialisées pour une utilisation à usage de chauffage domestique. Agnès Korn, la fondatrice de cette société basée dans la région de Tours, présente le concept.

« L’Equibûche est notre produit phare. Il s’agit d’un biocombustible alternatif  labellisé COP21, normé depuis peu. Elle ne contient aucun produit chimique. Les Equibûches sont en vente dans les magasins de jardinerie, chez des revendeurs de poêles et les commerces de proximité. L’Equibûche n’est pas considérée comme un déchet puisque c’est un produit transformé. C’est pourquoi elle peut être brûlée sans aucun problème dans tout type d’appareil à bois, poêle, insert, etc. Elle ne dégage pas d’odeur particulière. C’est différent du fumier de cheval qui est classé comme déchet et doit être brûlé dans un incinérateur.

Nous commercialisons notre produit depuis le mois janvier 2013. L’Equibûche est brevetée en France et nous sommes les seuls au monde à faire ce produit. Nous avons monté une ligne de production industrielle en février 2014. Nous sommes pionniers dans ce domaine et de ce fait, une phase de trois années de recherches et développement a été nécessaire. Nous devons apporter quelques améliorations pour optimiser la production et faire face à une demande croissante rapide. C’est pourquoi nous cherchons à lever des fonds. »

Pollair Environnement ou comment protéger le cheval des mouches

Laurent Gadiot et Fabrice Sommeria ont racheté en novembre 2014 la société Pollair, qui commercialisait une formule à base d’huiles essentielles pour neutraliser les odeurs, qu’elles soient polluantes ou non. Désormais baptisée Pollair Environnement, la société élabore toujours des formules pour neutraliser les nuisances olfactives, et sur le même principe, elle a développé une formule qui rend le cheval "invisible" aux mouches. Laurent Gadiot nous explique comment.

« L’idée est de commercialiser un produit 100 % naturel, dont l’efficacité et la non toxicité sont prouvées scientifiquement. Nous n’utilisons aucune substance chimique mais des huiles essentielles qui sont par ailleurs naturellement fongicides et bactéricides. Nous sommes copropriétaires des licences développées avec notre laboratoire partenaire. En 2015, nous avons étudié le marché, formulé les produits et réalisé des tests scientifiques avec l’INRA. En 2016, nous avons distribué beaucoup d’échantillons auprès des distributeurs potentiels et nous nous sommes fait connaître des acteurs les plus influents du monde équestre. L’efficacité de ce produit innovant a ainsi obtenu, après de nombreux tests, l’approbation des vétérinaires, des compétiteurs et des éleveurs. Nous sommes membres du pôle Hippolia, soutenu par l’Unic, et avons été reconnus comme start-up innovante dans notre région Centre-Val de Loire.

Notre produit phare est le Bioneutra mouches. Il permet de neutraliser les molécules de décomposition organiques dégagées par le cheval afin de les rendre imperceptibles par les mouches. Le principe est de parfumer le cheval et de créer une "cape d’invisibilité" pour les insectes piqueurs. De plus, le produit dégage une odeur fraîche, légèrement mentholée, qui ne perturbe pas l’animal.

Nous cherchons encore des investisseurs, certes financiers, mais pas seulement. Nous sommes également très ouverts au partage de l’expérience et aux conseils. La société est en phase de commercialisation de son produit mais nous avons déjà amélioré notre gamme avec une formule compétition pour que le produit tienne sur l’animal même lors des séances de travail intenses. Notre objectif majeur est de devenir le numéro 1 sur le marché naturel en proposant une alternative crédible aux produits chimiques considérés comme étant de plus en plus souvent nocifs pour le cheval et son cavalier. Grâce aux études menées avec l’Inra, nous travaillons déjà avec les autres animaux d’élevage pour 2017, en collaboration avec les agriculteurs confrontés aux mêmes problématiques. »