Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Stabilité des naissances de pur-sang et hausse chez les aqps

Courses / 09.10.2016

Stabilité des naissances de pur-sang et hausse chez les aqps

Stabilité des naissances de pur-sang et hausse chez les AQPS

L’Institut français du cheval et de l’équitation a publié sa nouvelle note de conjoncture pour le premier semestre 2016. Même si la production des chevaux de courses est stable depuis 2010, on remarque une baisse de 4 % des naissances pour le début d’année 2016. Les naissances des pur-sang sont stables et celles des AQPS en hausse de 7 %. En comparaison, les trotteurs sont en recul de 7 % sur le début d’année. Les selle français subissent eux aussi une diminution de 10 %. Seuls les anglo-arabes enregistrent une hausse marquée de 12 %.

Pour consulter l’intégralité de la note de conjoncture :

http://www.ifce.fr/wp-content/uploads/2016/07/OESC-Note-de-conjonctureN%C2%B023-Juin2016.pdf

Une hausse des importations. En France, entre 1.800 et 2.000 galopeurs sont importés par an. 500 le sont pour la reproduction et 1.500 pour les courses. L’an dernier, les importations de pur-sang ont connu une hausse, que ce soit pour la reproduction ou pour la compétition. Cette hausse se poursuit en 2016, mais avec des tendances différentes selon les catégories. En effet, la hausse pour les reproducteurs est fortement marquée (40 %) tandis que l’importation de chevaux de course est en légère baisse (– 3 %).

Les paris en ligne encore en baisse. Si l’on mélange les paris dans les points de vente PMU et ceux en ligne, on note la baisse des enjeux misés sur les courses hippiques. Cette baisse est la suite de celle de 2015. Les paris hippiques en ligne reculent de 2 % pour la troisième année consécutive. Les paris en ligne, hors hippisme, voient leur activité diminuer de 7 %, alors qu’à la même date l’année dernière, ils n’avaient perdu que 1 %. Le secteur des paris sportifs, quant à lui, reste très dynamique. En croissance depuis 2010, il gagne 47 %, soit l’équivalent de 516 millions d’euros.