Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

La vente d’octobre franchit un nouveau cap

Institution / Ventes / 21.10.2016

La vente d’octobre franchit un nouveau cap

La vente d’octobre franchit un nouveau cap

VENTE D’OCTOBRE ARQANA, JOUR 4. La dernière journée de la vente d’octobre Arqana, qui ne proposait que 82 lots, a été beaucoup plus calme que les trois précédentes, beaucoup d’acheteurs ayant fini par quitter Deauville. Les indicateurs sont toutefois comparables en tout point à ceux de 2015, si ce n’est le taux de vendus qui, à 76,8 %, perd 2,5 points. Le prix médian est stable à 12.000 €. Le top price s’est élevé à 38.000 € pour un fils de Sageburg présenté par le haras des Évées et adjugé à Marc-Antoine Berghgracht.

Globalement, cette édition de la vente d’octobre a battu tous les records, après trois années où le volume d’affaires tournait autour des 15 millions d’euros. Cette fois, les 461 yearlings vendus (soit un taux de vendus de près de 80 %) ont généré un chiffre d’affaires de 19.448.000 €. Mais ce n’est pas le seul indicateur qui progresse nettement. Pour la première fois de son histoire, le prix moyen dépasse les 40.000 €. En atteignant les 42.187 €, il progresse de 17,74 % par rapport à son niveau de 2015. Le prix médian s’établit à 30.000 €, alors qu’il n’était que de 25.000 € l’an dernier.

Ces excellents résultats récompensent les efforts des éleveurs français pour faire progresser le niveau de leur jumenterie, mais ils sont aussi le reflet de l’amélioration du parc étalons français. Ils témoignent enfin de l’importance que cette vente a prise dans le paysage européen depuis plusieurs années. La segmentation de l’offre de yearlings mise en place par l’agence en 2013 a largement contribué à donner une vraie identité à cette vente, ciblée aussi bien pour les vendeurs que les acheteurs.

Éric Hoyeau, PDG d’Arqana, a commenté : « L’objectif était de consolider les résultats, mais nous étions aussi conscients d’avoir une partie 1 supérieure à celles des années précédentes. Encore fallait-il transformer l’essai. Nous l’avons fait grâce à une grande mixité d’acheteurs internationaux, dont certains venaient pour la première fois en octobre, comme le Hong Kong Jockey Club, mais aussi grâce à l’activité des courtiers et des entraîneurs français venant de toutes les régions. La partie 2 a elle aussi bien fonctionné, grâce à un effet report important. Au total de la vente, 46 yearlings ont été vendus 100.000 € ou plus, soit le double de l’an passé. Quatre vendeurs ont vendu pour 1.000.000 € ou plus, et là aussi la diversité est importante, avec l’émergence de nouveaux consignataires comme Charles Brière ou l’Élevage d’Auge. Au niveau des étalons, on retrouve Le Havre, Siyouni et Kendargent dans le trio de tête, en terme de chiffre d’affaires. Les jeunes étalons basés en France ont aussi été bien reçus, à l’image des Intello, Style Vendôme, Dabirsim… Le parc étalons français s’inscrit dans une vraie dynamique positive, qui devrait encore continuer. Enfin, le Critérium de la vente d’octobre a été mentionné par beaucoup d’acheteurs comme facteur de leur achat. Cette innovation a donc pleinement joué son rôle d’incentive.

Au cumul des ventes d’août, de la v.2 et d’octobre, le volume d’affaires progresse de 3 %, et 800 yearlings ont été vendus. Le prix moyen se maintient.

La première édition de Galop Expo a été une réussite, même si elle doit pouvoir bénéficier de certains réglages. Les effets de synergie sont réels entre ce salon, les ventes, les courses, mais aussi des réunions comme celle de l’AVEF ou des assemblées générales d’associations de socioprofessionnels. »