Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

116e PRIX DE FRANCE - Bazille et la plus belle de Thomas Guineheux

Courses / 05.11.2016

116e PRIX DE FRANCE - Bazille et la plus belle de Thomas Guineheux

AUTEUIL, SAMEDI

 

116e PRIX DE FRANCE

Bazille et la plus belle de Thomas Guineheux

Bazille (Panoramic) s’est imposé plus facilement que ne l’indique l’écart à l’arrivée dans le Prix de France, compte tenu du fait qu’il s’est un peu repris une fois devant et que son gentleman-rider, Thomas Guineheux, n’a pas pu le solliciter très énergiquement dans la ligne droite. En effet, il était tombé le 30 octobre dernier à Saumur, dans un cross, et souffrait un peu d’une épaule ! Bazille a cependant conservé un peu moins d’une longueur d’avance sur le très bon Dos Santos (Smadoun), après avoir sauté un peu fort durant le parcours. Ces deux chevaux avaient fait la différence entre les deux derniers obstacles et Vernal Bird (Khalkevi) est troisième à huit longueurs.

Une première à Auteuil. Thomas Guineheux est âgé de vingt et un ans et décroche son premier succès à Auteuil dans cette épreuve mythique pour les gentlemen-riders. Il est étudiant en école de commerce en alternance. En ce qui concerne sa douleur à l’épaule, il nous a expliqué : « J’ai eu un petit peu mal lundi et mardi, mais aujourd’hui, cela allait quand même. J’étais apte à monter ! On donne tout ce qu’on a à la lutte et, après le poteau, cela faisait un peu mal, mais c’est de la bonne douleur, ce n’est rien. » À propos de son parcours et de Bazille, Thomas Guineheux a ajouté : « C’est un super sauteur. Il retrouvait le steeple-chase et il a fait un peu d’effort sur les obstacles. C’était aussi le cas lors de sa rentrée sur les haies. Mais il a tellement de marge qu’il jouerait un peu sur les obstacles… Au gros open ditch, j’avais l’impression de sauter une haie. Bazille m’a emmené tout le long. »

Thomas Guineheux était aussi ravi de remporter cette course en selle sur un pensionnaire de François Nicolle : « J’ai déjà monté deux fois à Auteuil pour François Nicolle et quatre ou cinq fois en tout pour lui et j’étais à chaque fois deuxième. François Nicolle est entouré d’une superbe équipe, qui travaille très bien. Si j’étais un cheval, je voudrais être chez lui ! » Thomas Guineheux n’est pas issu du monde des courses hippiques, comme il nous l’a expliqué : « Je suis devenu gentleman-rider un peu par hasard. J’ai toujours aimé les chevaux et j’habitais à côté de l’hippodrome de Craon. Je me suis mis en selle pour la première fois de ma vie chez William Menuet, qui m’a appris à monter. J’ai passé ma licence et divagué à droite et à gauche. Pour l’instant, je ne pense pas à devenir un jour professionnel. J’ai encore une année d’études et je suis grand, j’aurais tendance à prendre du poids. J’arrive à bien lier la vie professionnelle, la vie privée et les chevaux, donc je profite. »

On reparlera de Bazille. Bazille est un cheval de qualité, qui restait sur une rentrée gagnante en haies à la suite de près d’un an et demi d’absence. François Nicolle nous a expliqué : « Bazille avait eu un petit problème de jambe. Nous avons pris beaucoup notre temps avec lui, ce n’est pas un précoce. Aujourd’hui, il a sauté gros, mais c’est normal car cela n’avançait pas ! Il n’était pas dans son rythme. Je vais regarder le programme, mais il va courir dans trois ou quatre semaines, peut-être lors de la dernière réunion d’Auteuil : il a fait un travail aujourd’hui. Nous regarderons du côté des gros handicaps, selon la valeur que lui donne le handicapeur. » Et pourquoi pas avec, dans un coin de la tête, le Prix du Président de la République (Gr3) ?

La même souche que Brishkille. Élevé par Thierry Cyprès, Bazille est un fils de Panoramic et de Quieville (Ragmar), qui n’a pu se distinguer lors de ses quatre sorties en compétition. Il est le frère d’Antijima (Anzillero), lauréate de cinq courses, quatre en plat et une en haies. Troisième mère de Bazille, Séville (Quart de Vin) a donné les bons Quimbango (Dom Alco), deuxième du Prix Finot (L), de Janville (Kadalko), troisième du Prix du Président de la République (Gr3), mais aussi Expoville (Video Rock), mère de Nashkille (Roi de Rome), gagnante du Prix Louis Champion et génitrice de Brishkille (Irish Wells) et Cashkille (Network), première et deuxième du Prix Louis Champion 2016, et de Vaniteux (Voix du Nord), cheval de Groupe en Angleterre.

 

Blushing Groom
Rainbow Quest
I Will Follow
Panoramic
Roberto
Immense
Imsodear
BAZILLE (H5)
Tropular
Ragmar
Reggae
Quiéville
Kadalko
Kadalville
Séville