Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Le "Renaud du Vivier", sur un air de revanche

Courses / 12.11.2016

Le "Renaud du Vivier", sur un air de revanche

HISTOIRE, HISTOIRES…

 

Le "Renaud du Vivier", sur un air de revanche

Le Prix Renaud du Vivier est la revanche automnale du Prix Alain du Breil. Ces épreuves honorent la mémoire de deux anciens présidents de la Société des Steeple-chases de France. Deux manches sont programmées, l’une au premier semestre, dite d’été, et l’autre à l’automne. La première, le futur Prix Alain du Breil, a été créée en 1961, et la seconde, le Prix Renaud du Vivier, en 1986. Il n’est donc possible de prendre sa revanche que depuis cette date et trente éditions ont été disputées.

 

Xavier Bougon a consacré toute sa vie aux courses, cultivant sa passion pour l’histoire de notre sport, en complément de ses activités professionnelles dans le cadre de l’Institution. Depuis le mois de janvier 2016, il vous propose une rubrique régulière consacrée à l’histoire des courses.

 

Le Doublé Alain du Breil – Renaud du Vivier. Le gagnant du Prix Alain du Breil, le français Footpad (Creachadoir), en provenance d’Irlande, est au départ de ce Prix Renaud du Vivier. Depuis la création, cinq chevaux ont fait le doublé : Blue Dragon (Califet), Nickname (Lost World), Le Coudray (Phantom Breeze), Silbertal (Esprit du Nord) et Marly River (Riverton). Leurs entourages respectifs avaient tous privilégié une préparatoire, ce qui ne sera pas le cas de Footpad.

 

Gagner sans préparatoire ? Footpad n’a pas recouru depuis sa victoire dans le Prix Alain du Breil. Aucun vainqueur de la première manche n’a fait l’impasse sur une préparatoire. Par contre, Ptit Zig (Great Pretender), deuxième en juin 2013, s’était permis de faire sa rentrée à Auteuil en novembre avec, à la clé, un succès.

 

Un record de partants étrangers. Contrairement à l’an dernier où aucun étranger n’était au départ, la 31e édition réunit un plateau international. Trois anglais et un irlandais seront au départ. Quatre étrangers, c’est un chiffre record puisqu’il n’y a jamais eu plus d’un partant en provenance d’outre-Manche dans une même édition (ils sont huit en tout depuis la création). Un seul étranger a réussi à franchir le poteau en tête. C’était en 2013. Le natif de la Mayenne, Ptit Zig, un pensionnaire de Paul Nicholls, avait fait mouche après s’être classé deuxième du Prix Alain du Breil au mois de juin. Ce dernier s’est classé troisième du Grand Prix d’Automne samedi dernier.

 

Au nom du père. Nickname (Lost World) est le dernier entier à s’être imposé dans le Prix Renaud du Vivier. Quatre autres lauréats ont fait la monte : Marly River (Riverton), Fil d’Écosse (mort rapidement), True Brave (Dancing Brave) et Caballo Raptor (Quest For Fame). Chic Name (Nickname), le partant anglais en provenance des "réclamers" français, est issu de la dernière production de son père, mort en août 2011.

 

Les pères les plus représentés. Califet (Freedom Cry) sera en course grâce à son fils Adrien du Pont, en provenance d’Angleterre. S’il garde son titre, acquis l’an dernier par Blue Dragon, Califet rejoindra Great Pretender (Kings Theatre), Mansonnien (Tip Moss) et Top Ville (High Top). Il a intégré le week-end dernier le top 5 des pères de vainqueurs grâce à son jeune fils, Carriacou, vainqueur du Prix Maurice Gillois. Ce classement est toujours dominé par les indétrônables Poliglote (Sadler’s Wells), Saint des Saints (Cadoudal) et Martaline (Linamix), suivis de près par Kapgarde (Garde Royale) le père de Milord Thomas. Nickname fait toujours partie du top 10. Malgré sa formidable production, Poliglote n’a pas encore inscrit son nom au palmarès de ce Prix Renaud du Vivier. Avec deux produits au départ, il peut ajouter cette ligne qui manque à son palmarès.

 

Quelle réussite pour les AQPS ? Le fils d’Assessor, Coo Star Sivola, n’est pas un "pur". Quatre vainqueurs depuis trente ans sont d’origine autre que de pur-sang anglais. Le Haras de Saint-Voir a élevé Homme du Jour (Video Rock) vainqueur en 1999, Jean-François Colas (l’élevage des Terres Noires) a fait naître deux vainqueurs successifs, Questarabad (Astarabad) et son cousin Rock Noir (Mansonnien). Il est aussi co-éleveur de Blue Dragon qui s’imposait sous la casaque de Magalen Bryant l’an dernier. Coo Star Sivola est encore maiden malgré ses quatre podiums dans des courses principales, y compris au niveau Gr1 en janvier, à Chepstow. Le trio gagnant, trois chevaux nés en France (Adrien du Pont, Chic Name et Coo Star Sivola), se retrouve ce dimanche à Auteuil.

 

L’Amérique à l’honneur. Trois vainqueurs du Prix Renaud du Vivier sont nés à l’étranger, les vingt-sept autres sont nés en France. Deux ont vu le jour en Amérique du Nord, Vaporetto (Lear Fan) et Caballo Raptor (né au Canada). Le troisième, Esmondo (Sholokhov) est né en Allemagne. Le pensionnaire de David Windrif, Beyond Henry (Henrythenavigator) est né chez George Strawbridge en Pennsylvanie. Il a été réclamé 22.000 € par l’écurie Passion Racing Club à la suite d’une dérobade à la sortie des stalles en septembre 2015.

 

Les femelles dans le "Renaud du Vivier". Sept pouliches ont réussi à damer le pion aux mâles : Apple’s Girl (Le Pontet), Force Atlantique (Top Ville), Line Marine (Agent Bleu), Karly Flight (Mansonnien), Maia Eria (Volochine), Royale Athenia (Garde Royale) et Shekira (Medaaly) (la dernière en 2007). Dimanche, Perfect Impulse (Poliglote) représentera le sexe dit "faible".

 

Les entraîneurs les plus titrés. Maisons-Laffitte ne sera pas représenté et pourtant le record de victoires appartient à un Mansonnien, Jean-Paul Gallorini, avec cinq succès. En cas de victoire ce dimanche, le Charentais Arnaud Chaillé-Chaillé pourrait monter sur la seconde marche du podium avec quatre succès. Par ailleurs, un trio gagnant de chevaux entraînés en Charente-Maritime n’a encore jamais été réalisé !

 

Device, le plus riche des concurrents. Device a remporté au printemps trois des quatre préparatoires à la Grande Course de Haies d’été des 4ans. Mais il a été battu d’une courte encolure dans la dernière, le Prix Questarabad, par un certain Footpad, vainqueur au mois de juin du Prix Alain du Breil. N’étant pas dans une forme optimale, Device avait dû renoncer à une revanche. Après quelques semaines de repos, il est de retour et enlève les deux groupes préparatoires au Prix Renaud du Vivier, le Prix de Maisons-Laffitte et le Prix Pierre de Lassus. En décrochant ce dimanche la finale, il rejoindrait les précédents vainqueurs de trois courses automnales : Le Coudray (Phantom Breeze), Karly Flight (Mansonnien), Maia Eria (Volochine) et Shekira (Medaaly).