Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

COMMUNIQUÉ DE PRESSE - Annie Michel : « Notre mobilisation aux côtés des sociétés mères est pleine et entière pour revenir à un taux de TVA réduit »

Institution / Ventes / 27.11.2016

COMMUNIQUÉ DE PRESSE - Annie Michel : « Notre mobilisation aux côtés des sociétés mères est pleine et entière pour revenir à un taux de TVA réduit »

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L’ASSOCIATION DES PROPRIÉTAIRES D’ÎLE-DE-FRANCE, DU NORD ET DE HAUTE-NORMANDIE

 

Annie Michel : « Notre mobilisation aux côtés des sociétés mères est pleine et entière pour revenir à un taux de TVA réduit »

L’Association des propriétaires d’Île-de-France, du Nord et de Haute-Normandie a récemment tenu son Assemblée générale annuelle au Jockey Club, à Paris. Annie Michel, présidente de l’Association, était entourée à la tribune de son vice-président, François Corda, du trésorier de l’association, Paul Naïm, du président du Syndicat national des propriétaires, Charles-Henri de Moussac. L’association avait invité Mayeul Caire, directeur de Jour de Galop, à participer au débat.

 

Un hommage à Michel Henochsberg. Annie Michel, la présidente, a pris la parole pour le rapport moral : « Avant d’aborder l’ordre du jour, j’aimerais que nous ayons une pensée pour notre ami et administrateur Michel Henochsberg, qui s’est éteint à 69 ans en février dernier. Nous lui rendons hommage pour ses qualités d’économiste émérite, professeur d’université à Paris X-Nanterre, auteur de plusieurs ouvrages de référence et tout autant pour avoir été très présent dans les Institutions de France Galop et aussi comme éleveur-propriétaire avec les produits de sa poulinière Allegretta, mère d’Urban Sea et King’s Best. »

 

Une nouvelle assurance frais de chirurgie d’urgence. « Représentant géographiquement l’Île-de-France, le Nord et la Haute-Normandie, notre association regroupe 498 adhérents possédant 1 528 chevaux (...) En complément de la présidence de notre association, je suis membre du Conseil de l’obstacle à France-Galop. À ce titre et avec mes collègues, j’essaye, dans un moment difficile pour cette filière, de défendre les acquis des propriétaires de chevaux d’obstacle et de réfléchir aux éléments de son avenir (...) Pour ce qui concerne notre association et ses services, nous vous avons proposé une nouvelle assurance frais de chirurgie d’urgence qui vient s’ajouter à l’assurance responsabilité civile. »

 

Défendre Maisons-Laffitte. « Le 17 septembre à Maisons-Laffitte, notre association a participé à la journée de l’information des nouveaux propriétaires et du public à l’initiative du maire, Monsieur Jacques Myard. À cette occasion, nous avons pu voir l’inquiétude de nos entraîneurs et des propriétaires pour le projet de réduction des pistes d’entraînement qui pourrait contribuer à la réduction des effectifs des chevaux entraînés en région parisienne. Nous avons signé l’engagement pour la défense de Maisons-Laffitte (don fait à l’association Sauvons Maisons-Laffitte) et nous refuserons la fermeture de tout nouvel hippodrome dans notre région (...)

 

La TVA et le maintien des allocations. « La hausse de la TVA a malheureusement contribué à réduire de plus de 4 % les effectifs des propriétaires. Notre mobilisation aux côtés de nos sociétés mères est pleine et entière pour revenir à un taux réduit. Cette baisse souhaitée de la TVA est l’un des facteurs nécessaires pour redonner à nombre de propriétaires français l’envie d’investir à nouveau dans les courses. (...) En parallèle, nous demandons à France Galop de s’engager pour le strict maintien des allocations (...) Le Syndicat des propriétaires s’est toujours battu pour la défense des allocations (...) Notre objectif est aussi de contribuer à maintenir un programme équilibré des courses de galop, à la fois pour les chevaux de haut niveau et pour tous les chevaux de handicaps et de courses à réclamer. Nos courses doivent continuer de se dérouler sur tous les hippodromes pour participer économiquement, avec le soutien des bénévoles, à une activité locale sportive et de spectacle, aussi bien à Paris qu’en province (...) »

 

Relancer la fréquentation et les enjeux hippiques. « Nous favoriserons l’arrivée d’un nouveau public plus jeune, amateur de courses hippiques, en multipliant les informations avec les nouvelles technologies. Car la désaffection du public pour les champs de courses est un mal profond que nous devons combattre (...) Nous soutenons les innovations du PMU pour relancer les enjeux hippiques, mais souhaiterions que les socioprofessionnels, au sein de France-Galop, accèdent à plus de transparence quant au fonctionnement et aux projets de ce GIE, dont le seul objectif doit être de développer l’activité économique de ses membres (...) Nous soutenons toutes les initiatives tournées vers la recherche constante de nouveaux propriétaires, avec la création d’écuries pour partager les joies et la découverte des courses et des chevaux de galop. Parce que le succès viendra, lorsque toutes les forces vives seront rassemblées, pour des objectifs partagés. Avec mon équipe et les membres de mon Conseil d’administration, je reste engagée pour apporter mon implication entière à notre association et contribuer aux actions nationales de notre Syndicat. »

 

EXTRAITS DES RÉPONSES DE CHARLES-HENRI DE MOUSSAC LORS DU DÉBAT

La fin de l’obstacle à Enghien. « La fermeture d’Enghien a permis d’économiser 1,7 million d’euros. De plus, nous avons montré de cette manière au gouvernement français qu’à travers cette décision nous avons tenu compte de ses prérogatives et que nos engagements sont tenus vis-à-vis de l’État. »

 

Le nouveau Longchamp. « Longchamp correspond à un investissement de 130 millions d’euros. Pour l’instant, les délais et le budget sont respectés. (…) Même quand les choses vont mal, il faut savoir investir et Longchamp doit nous permettre de reconquérir le public. Ce qui est important maintenant, c’est de travailler sur ce que va devenir Longchamp. La piste en sable fibrée ne sera finalement pas réalisée. En revanche, le projet inclut des courses en semi-nocturne.  »

 

Les Epiq Series. « Les Epiq Series ne sont pas à destination des turfistes, mais à destination de futurs turfistes. Ce championnat doit servir à faire connaître les courses à un autre public. Mais c’est vrai que c’est peut-être moins adapté au galop qu’au trot. Il faut revoir la formule et notamment le choix des courses au galop. »