Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Au sujet de la réunion du Conseil de l’obstacle

Courses / 23.11.2016

Au sujet de la réunion du Conseil de l’obstacle

Par les représentants de l’A.E.P. au Conseil de l’obstacle : Thierry Doumen, Jean-Paul Gallorini, Sandie Doussot-Billot, Jean-Luc Guillochon

« Suite à la réunion du Conseil de l’obstacle du 22 novembre 2016 et à l’intervention de Monsieur Jean d’Indy dans l’édition de Jour de Galop datée du 23 novembre 2016, les représentants de l’A.E.P. souhaitent réagir et apporter quelques précisions.

Les représentants de l’A.E.P. siégeant au Conseil de l’obstacle se sont toujours opposés au transfert des réunions d’Enghien vers Compiègne, estimant que, tant du point de vue sportif que du point de vue économique, les conditions pour une réelle réussite du projet n’étaient pas réunies.

L’A.E.P. s’est inquiétée depuis le début du dossier sur la réalité des économies réalisées. En effet, de nombreux facteurs n’ont pas été pris en compte : le coût réel de l’augmentation des indemnités de transport, le coût des frais de déplacement que devront verser les propriétaires aux jockeys, l’augmentation sensible des frais de déplacement des professionnels, l’augmentation du temps de déplacement pour les salariés des écuries de courses, le coût réel des travaux, le risque important d’une diminution des enjeux, le coût de l’augmentation des frais d’entretien que France Galop devra verser à la Société des courses de Compiègne.

Lors de la réunion du Conseil de l’obstacle du 22 novembre 2016, les dirigeants de France Galop ont expliqué qu’au regard des travaux en cours, les courses de steeple ne pourraient se courir que sur deux parcours (3.400m et 3.800m) et sur la même piste durant le premier semestre 2017. Le parcours optimum ne serait opérationnel qu’à partir de 2018.

Concernant le volet financier, la direction de France Galop a expliqué que le coût des travaux n’était pas encore totalement finalisé et que le montant du forfait versé à la Société des courses de Compiègne pour l’entretien des pistes était en cours de négociation.

Au regard de ces éléments, les représentants de l’A.E.P. ont demandé de sursoir au projet de transfert des réunions d’obstacle d’Enghien vers Compiègne tant que le volet financier n’est pas clairement bouclé et que les projets de parcours ne sont pas finalisés.

Pour ce faire, ils ont demandé avec insistance que soit maintenu l’hippodrome d’Enghien au moins durant le premier semestre 2017, afin d’y organiser des compétions dignes de ce nom.

Il ne saurait être question de disputer des courses de haut niveau sur un hippodrome en travaux et sur des pistes peu sélectives. »