Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Disparition du champion français Vautour

Courses / 06.11.2016

Disparition du champion français Vautour

L’élève du haras de Saint-Voir et Patrick Joubert Vautour (Robin des Champs), nous a quittés. Il s’est cassé une jambe ce week-end dans la cour de l’écurie de son entraîneur, Willie Mullins. Vautour avait débuté sa carrière sous les couleurs de son coéleveur, le haras de Saint-Voir, et sous l’entraînement de Guillaume Macaire. Il avait pris deux deuxièmes places en haies avant d’être vendu à Rich Ricci. C’est Pierre Boulard qui l’avait acheté pour le propriétaire anglais. Vautour a rapidement fait étalage de toute sa classe pour son nouvel entourage. Il a remporté au total cinq Grs1, dont le Ryanair Chase, le JLT Novices’ Chase et le Supreme Novices’ Hurdle à Cheltenham. Cette saison, il s’annonçait comme l’un des chevaux à suivre en vue de la Cheltenham Gold Cup (Gr1). Nicolas de Lageneste, à la tête du haras de Saint-Voir, nous a raconté la genèse de son élève à l’issue de son succès dans le Supreme : « Après le décès de monsieur Vuillard, son épouse, avec qui j’avais de bons rapports, nous a proposé à la vente leurs poulinières et j’ai pu me porter acquéreur de trois de leurs juments de cœur : Line Saj (Dhaudevi), gagnante du Grand Prix de Pau (Gr3), Line Lawyer (Sky Lawyer), gagnante du Grand Cross de Pau (L), et Gazelle de Mai (Dom Pasquini) également grande championne, lauréate de Listed Race en Angleterre. J’ai proposé alors à Patrick Joubert de prendre la moitié avec moi. Nous l’avions acheté au printemps. Elle était à une semaine de son terme. Elle a eu un produit mâle par Martaline qui s’est malheureusement fracturé un postérieur deux mois après sa naissance, alors qu’il était au pré. Les premières semaines de vie de ce poulain nous ont cependant permis de remarquer que la mère était très mauvaise laitière. Dans les prés, Vautour était assez dominant, assez grand. C’était un beau et bon cheval. Au préentraînement, il a toujours été facile, il n’y avait pas de soucis avec lui. Il y est resté six mois environ à Saint-Voir avant de passer le relais à Guillaume Macaire. L’un des intérêts du préentraînement à la maison, c’est de commencer à entrevoir les aptitudes et un petit peu du potentiel de nos élèves. Ses deux premières courses à Pau, puis Auteuil, ont été sages et il a très bien couru. Ensuite, il a été vendu à Willie Mullins qui l’a beaucoup respecté. Son premier entraîneur, Guillaume Macaire, l’estimait beaucoup et il faut lui rendre hommage de l’avoir également traité avec beaucoup de respect. Vautour est donc passé entre les mains expertes de deux des meilleurs professionnels de l’obstacle aujourd’hui. Et cela a certainement également joué son rôle pour qu’il devienne le cheval qu’il est aujourd’hui. »