Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Erupt, la Japan Cup, Tokyo et ses neiges éternelles…

Courses - International / 24.11.2016

Erupt, la Japan Cup, Tokyo et ses neiges éternelles…

« On nous a dit qu’il n’avait pas neigé en novembre à Tokyo depuis cinquante-quatre ans ! », nous a confié Alan Cooper, manager de la famille Niarchos. Il était présent, tout comme Francis-Henri Graffard, sur l’hippodrome de Tokyo ce jeudi matin, quelques jours avant la tentative d’Erupt (Dubawi) dans la Japan Cup présentée par Longines (Gr1) ce dimanche. Le représentant de la famille Niarchos a fait sa première sortie sur la piste de Tokyo sous un blizzard polaire, après être sorti de quarantaine dans la journée de mercredi. Joint par téléphone, Alan Cooper a répondu à nos questions.

Jour de Galop. – Comment va Erupt ? A-t-il bien pris son voyage vers le Japon, après avoir déjà longuement voyagé pour aller au Canada ?

Alan Cooper. – Erupt a l’air très bien, égal à lui-même. A priori, il n’y a aucune contre-indication le concernant. Il a eu beaucoup de temps pour récupérer entre le Canadian International et la Japan Cup, donc je ne pense pas qu’il y ait de problème de ce côté-là.

Erupt s’est classé bon sixième de la Japan Cup l’an passé, alors qu’il avait 3ans. Comment a-t-il évolué en l’espace d’un an ?

Je pense que, par rapport à l’an dernier à la même époque, il est plus mature. Il a pris de la force. Dimanche, dans la Japan Cup avec un bon train, il devrait être en mesure de pouvoir placer sa pointe de vitesse pour finir. C’est ainsi que cela s’est passé au Canada. C’est un bon challenge que de revenir ici douze mois après.

Il a fortement neigé ce jeudi et de la pluie est annoncée pour dimanche. Y-a-t-il une inquiétude en cas de terrain assoupli ?

La neige est en effet tombée en abondance dans la nuit de jeudi. Il est cependant un peu prématuré de se prononcer sur l’état du terrain dimanche car la piste de Tokyo draine très bien. Nous aurions évidemment préféré qu’il n’y ait ni neige, ni pluie, mais nous en saurons plus sur l’état de la piste dimanche. Je préfère donc ne pas trop me prononcer sur ce point.

La piste de Tokyo pourrait-t-elle être très souple ?

Si certains grands dirigeants internationaux martèlent que le dérèglement climatique est une invention, il n’en demeure pas moins qu’avoir de la neige à Tokyo en novembre est un événement rarissime… Un peu comme avoir une piste souple à Hongkong ! La Japan Racing Association annonce un terrain bon-léger pour ce dimanche. Cela est peu probable. Selon des observateurs japonais, la piste sera dimanche bon-souple, voire souple en cas d’importantes pluies dans la journée. Alan Cooper, qui a marché sur la piste avec Francis-Henri Graffard, nous a dit : « Il a beaucoup neigé mais, en marchant sur la piste et en y donnant des coups de talon, on se rend compte que la piste reste ferme sous la couche neigeuse. »

La famille Niarchos a déjà eu des partants dans la Japan Cup précédemment. Que représente pour elle cette épreuve ?

La famille Niarchos l'a en effet courue à plusieurs reprises avant Erupt, avec Hernando, Bago et Freedonia. C’est une course très importante dans le calendrier international. Lorsque nous avons un cheval apte à participer à cette épreuve, c’est une course que la famille Niarchos envisage.

Erupt est engagé à Hongkong. Savez-vous déjà s’il va courir là-bas ?

Nous avons accepté l’invitation pour le Hong Kong Vase. Pour le moment, l’idée serait de courir là-bas, mais cela est bien entendu sous réserve de sa performance dans la Japan Cup.

Avez-vous déjà pris une décision quant à l’année prochaine : va-t-il encore courir ou partir au haras ?

Rien n’est encore décidé. Il y a cependant de fortes chances pour qu’Erupt soit revu en piste en 2017. C’est un cheval tardif et il y a un très beau programme international pour des éléments avec son profil sur 2.400m : Europe, mais aussi États-Unis, Japon, Hongkong… Il mérite de rester encore à l’entraînement l’année prochaine.

Pouvez-vous nous donner des nouvelles de Mare Nostrum, la mère d’Erupt ?

Mare Nostrum a une pouliche de 2ans qui est à l’entraînement en Irlande, chez William McCreery. Elle n’a malheureusement pas de yearling, ce dernier étant mort. En 2016, elle est suitée de Camelot.

La famille Niarchos et la Japan Cup

Année           Partant            Place            Performance précédente

1994             Hernando        4e                  6e Breeders’ Cup Turf (Gr1)

1995             Hernando        3e                  5e Breeders’ Cup Turf

2005             Bago               8e                  4e Breeders’ Cup Turf (Gr1)

2006             Freedonia        7e                  2e Joe Hirsch Turf Classic (Gr1)

2015             Erupt               6e                  5e Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1)

Francis-Henry Graffard : « Plus fort et plus mature »

Alan Cooper et Francis-Henri Graffard ont pris part à une conférence de presse organisée par la Japan Racing Association, après le travail d’Erupt. Voici les principaux points évoqués par l’entraîneur.

Une très bonne première expérience. En 2015, Erupt a conclu sixième de la Japan Cup, non sans avoir été tassé dans le tournant final. Le poulain, âgé de 3ans, courait très bien face à des chevaux d’âge japonais durs comme le roc. « J’étais très content de sa course l’an dernier. Je pense que c’était une très bonne performance pour un 3ans et un vrai challenge que de venir ici avec un poulain de cet âge. Nous avons vu qu’il s’est très bien adapté au profil de l’hippodrome. Il avait bien progressé dans la ligne droite et n’avait pas conclu loin de la gagnante. C’était une très bonne première expérience et nous étions très fiers du cheval. »

L’hippodrome de Tokyo, parfait pour Erupt. L’entourage d’Erupt arrive avec moins d’interrogations cette année pour la Japan Cup. Le profil de l’hippodrome de Tokyo est particulier mais le poulain a montré qu'il l’appréciait et son entourage sera donc confiant de ce côté-là. « Je crois que cette piste lui convient. Il aime les grands hippodromes comme celui-ci et le terrain léger. La longue ligne droite est un plus. L’an dernier, il était très bien rentré dans sa course, se retrouvant vite en bonne position. Je pense, maintenant que je connais encore plus mon cheval, qu’il est mieux corde à gauche. Il l’a montré la dernière fois au Canada. C’est la seconde fois qu’il va courir ici, nous savons que l’hippodrome lui plaira (…). »

Un cheval en progrès. Erupt n’est pas un grand cheval, mais il possède un modèle assez imposant, pas franchement précoce. Comme Alan Cooper, Francis-Henri Graffard estime que le poulain a progressé de 3ans à 4ans : « Il est plus fort et plus mature. L’an dernier, il n’avait que 3ans et était assez lourd. Je trouve qu'à 4ans, il a fini de s’épanouir physiquement, il a l’air plus mature. Oui, physiquement, je trouve qu’il a progressé en l’espace d’un an. »

Le 8 dans les stalles

Le tirage des places à la corde a eu lieu ce jeudi matin. Erupt a hérité de la stalle 8, sur une course rassemblant dix-sept partants. Il s’élancera entre One and Only (Heart’s Cry), outsider dans ce Gr1, et le 3ans Dee Majesty (Deep Impact), gagnant des 2.000 Guinées (Gr1). Ce dernier est plutôt un attentiste. Kitasan Black (Black Tide), qui sera l’un des favoris de l’épreuve, a hérité de l’as dans les stalles. Attention, car c’est un cheval ayant beaucoup de tenue et aimant aller de l’avant. Il peut durcir la course de loin et tenir jusqu’au bout. Real Steel (Deep Impact), gagnant du Dubai Turf (Gr1) et deuxième récemment du Tenno Sho - Automne (Gr1), n’a pas été gâté par le seize dans les boîtes, d’autant plus que sa meilleure distance serait autour de 2.000m. À Ryan Moore de se sortir de ce piège…