Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

François Fillon, candidat des Républicains… et des courses ?

Courses / 28.11.2016

François Fillon, candidat des Républicains… et des courses ?

Dimanche 27 novembre 2016, dans la soirée, François Fillon a été désigné candidat des Républicains pour l’élection présidentielle de 2017 suite au second tour des primaires de la droite. François Fillon connait bien les courses hippiques. S’il venait à être élu Président de la République le 7 mai 2017, son arrivée au Palais de l’Elysée pourrait être une bonne nouvelle pour le milieu hippique.

 

Un espoir pour les courses. Dimanche à Auteuil, lors de l’assemblée générale des AQPS, le directeur général de France Galop Olivier Delloye a déclaré : « 2017 est une année électorale importante et peut-être une année d’espoir pour les courses », faisant référence à une éventuelle élection de François Fillon à la tête de la présidence de la République française en 2017.

Dans une interview accordée aux journalistes politiques de Le Parisien – Aujourd’hui en France le 20 novembre, François Fillon s’est exprimé sur un sujet qui est au centre de toutes les préoccupations actuellement : celui de la TVA, passée en 2014 de 7 % à 20 % dans la filière cheval. Il a expliqué être attentif à l’avenir des courses, expliquant : « Je suis pour changer la TVA, et la rabaisser à 7 %. (…) J’ai le souci de préserver cette filière qui est fragile. »

En 2016, la sénatrice Anne-Catherine Loisier, présidente du groupe cheval au Sénat, a redonné de l’espoir à la filière hippique sur ce sujet, assurant qu’une fenêtre de tir était possible pour revenir sur l’augmentation du taux de TVA imposée par Bruxelles. Cela étant, il faudra passer entre les gouttes car le projet Fillon parle d’une augmentation de 2% de la TVA sur de nombreux produits…

 

Le rapport Augereau. Le 7 juillet 2011, l’annonce était tombée sous ces termes officiels : « Une mission du Premier ministre sur l’évolution de l’organisation de l’institution des courses de chevaux en France. Monsieur François Fillon, Premier Ministre, souhaitant une réflexion sur l’évolution de l’institution des courses un an après la loi du 12 mai 2010 relative à l’ouverture du marché des jeux en ligne, a décidé de créer une mission chargée de proposer les adaptations qui apparaissent nécessaires dans l’organisation des activités hippiques et le fonctionnement des sociétés de courses. Il en a confié la présidence à Monsieur Daniel Augereau, chef d’entreprise, ancien rapporteur général du budget de la région des Pays de la Loire, Président fondateur de l’Association des éleveurs de chevaux de courses de l’Ouest (Asselco) et propriétaire dans les trois disciplines. Cette mission bénéficiera de l’appui de hauts fonctionnaires des ministères de l’Agriculture et du Budget. Le Premier Ministre a souhaité que ce rapport lui soit remis avant la fin de l’année. »

C’était donc la genèse du "rapport Augereau", qui portait sur « l’évolution de l’institution des courses dans le contexte de l’ouverture à la concurrence du secteur des jeux d’argent et de hasard en ligne et, notamment, des paris hippiques ». Le rapport Augereau contenait un ensemble de recommandations pour l’avenir des courses, dont le lancement d’audits économiques et financiers de la filière hippique et la mise en place d’un comité stratégique. Dans son style, le rapport Augereau n’était pas sans rappeler la « manière Fillon » (les deux hommes sont d’authentiques amis) : un engagement personnel, une suite de convictions en rupture, plutôt qu’une suite de chiffres déshumanisés comme un en lit trop souvent dans les rapports d’experts.

Daniel Augereau a eu des relations plus que tendues avec Dominique de Bellaigue et avec Bertrand Bélinguier. Mais depuis l’élection d’Édouard de Rothschild à la présidence de France Galop, les choses sont changé, du moins au galop : Daniel Augereau est désormais officiellement Délégué à la modernisation et au développement ; il est invité à tous les Conseils d’administration et il représente France Galop au Conseil d’administration du PMU (avec Edouard de Rothschild).

 

Tout commença à Sablé-sur-Sarthe... Fillon est un habitué des hippodromes. En 1981, suite à la disparition de Joël le Theule, élu de la Sarthe dont il était le collaborateur, François Fillon est élu à vingt-sept ans député de la Sarthe, terre d’élevage et de courses aussi bien chez les galopeurs que chez les trotteurs. Il sera réélu huit fois à ce poste et a aussi été maire de Sablé-sur-Sarthe, Président du conseil général de la Sarthe, Conseiller régional, Président du Conseil régional des Pays de la Loire… Et président de la société des courses de Sablé-sur-Sarthe ! C’est d’ailleurs dans cette ville qu’il a choisi d’annoncer sa candidature à la primaire républicaine, le 28 août 2016.

François Fillon est encore président d’honneur de la société des courses de Sablé-sur-Sarthe et il est resté au contact de quelques professionnels de la filière hippique. Jean-Michel Bazire a par exemple déclaré à nos confrères du Parisien après le premier tour de la primaire républicaine : « On se connaît un peu, car il habite à Solesmes (Sarthe), comme moi. D’ailleurs, je l’ai accueilli une fois chez moi, où il avait pu suivre l’entraînement de mes chevaux pendant une matinée. On s’était aussi échangé quelques textos, notamment lorsque j’ai eu mon A.V.C. en 2012. »

Au-delà du monde hippique, François Fillon connait bien l’animal cheval : avec sa femme, Pénélope, ils possèdent des chevaux de selle. Sur son site Internet, il a ainsi expliqué : « J’ai gardé avec le monde rural un lien affectif très fort, qui fait qu’aujourd’hui encore, je ressens un léger mal-être si j’en reste éloigné trop longtemps. »

 

Longchamp et l’Arc. En octobre 2007, alors qu’il est Premier Ministre du gouvernement de Nicolas Sarkozy depuis quelques mois, François Fillon fait une apparition remarquée sur l’hippodrome de Longchamp à l’occasion du Prix de l’Arc de Triomphe. Il remet les trophées du Gr1 remporté par Dylan Thomas. Depuis, aucun Premier Ministre n’a fait le déplacement sur un hippodrome. Qui sait, François Fillon pourrait même devenir le premier Président de la République à venir sur un champ de course depuis 1989 ! Cette année-là, François Mitterand était présent à Vincennes pour assister à ce qui devait être la quatrième victoire d’Ourasi dans le Prix d’Amérique. Le reste appartient à l’histoire : victime d’un problème aux reins, Ourasi ne peut faire mieux que troisième, battu par Qeila Gédé.