Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

LES GRANDS GAGNANTS DE LA SAISON 2016 AU NIVEAU DES GRS1 EN EUROPE [PARTIE 2 SUR 2]   -  2016, un petit cru ?

Courses / 12.11.2016

LES GRANDS GAGNANTS DE LA SAISON 2016 AU NIVEAU DES GRS1 EN EUROPE [PARTIE 2 SUR 2] - 2016, un petit cru ?

RAIMONDISSIMO !

 

LES GRANDS GAGNANTS DE LA SAISON 2016 AU NIVEAU DES GRS1 EN EUROPE [PARTIE 2 SUR 2]

 

2016, un petit cru ?

Italien et citoyen du monde, Franco Raimondi est l’un des plus célèbres journalistes hippiques en activité. Grand voyageur et curieux de tout, il offre à plusieurs gazettes de renom international ses connaissances encyclopédiques et ses analyses décalées. Il vous donne rendez-vous chaque semaine dans Jour de Galop.

 

Après avoir listé dans l’épisode 1 les grands vainqueurs en termes d’entraînement et d’élevage, on peut se demander quels sont les meilleurs chevaux de la saison 2016 en Europe. Minding ? Almanzor ? Et d’ailleurs, le cru européen 2016 est-il bon ?

 

Girl power. Pas moins de 57 Grs1, sur les 85 disputés en Europe, sont ouverts aux femelles. Certains le sont sur le papier, mais dans les faits, très peu de femelles tentent leur chance dans le Derby, le Grand Prix de Paris, le "Jockey Club", le "Jean Prat", les 2.000 Guineas en Angleterre et en Irlande, le Racing Post Trophy, les "Dewhurst" et les "Vincent O’Brien". On descend donc à 48 Gr1s mixtes et les femelles, en 2016, en ont remporté 10. C’est deux de plus qu’en 2015 et sept de plus qu’en 2014, quand les femelles avaient remporté l’"Arc" avec Trêve (Motivator), les King George and Queen Elizabeth Stakes avec Taghrooda (Sea The Stars) et les Prince of Wales Stakes avec The Fugue (Dansili).

 

Ces épreuves qui résistent aux femelles. Mais il y a une donnée qui est encore plus importante. Depuis 2001, les femelles ont gagné au moins une fois 33 de ces 48 Grs1. Les courses qui résistent le plus aux concurrents sont le Lagardère (1986 Danishkada), la Coronation Cup (1991 In The Groove), l’Irish Derby (1994 Balanchine), le Derby Allemand (1997 Borgia), le Premio Roma (2000 Elle Danzig), la Tattersalls Gold Cup (2002 Rebelline), le Prix Ganay (2002 Aquarelliste), les Sussex Stakes (2004 Soviet Song), le Critérium de Saint-Cloud (2006 Passage of Time) et les Champion Stakes (2006 Pride).

 

Briser l’écart. Ces dernières années, dans les comptes rendus des Grs1 européens, vous avez certainement lu la formule suivante : « C’est la première femelle qui gagne depuis… » En voici quelques exemples. L’Allemande Lovelyn (Tiger Hill) a remporté le Gran Premio del Jockey Club en 2015. La dernière victoire d’une jument remontait à 1983 (Awaasif). Danedream (Lomitas), en 2012, a gagné les King George VI and Queen Elizabeth II Stakes, vingt-neuf ans après Time Charter (Saritamer). En 2015, Simple Verse (Duke of Marmalade) s’est imposée dans le "St. Leger", prenant ainsi la suite d’User Friendly (Slip Anchor) qui avait battu les mâles en 1992. Arabian Queen (Dubawi) a décroché sa plus belle victoire dans les Juddmonte International, 17 ans après One So Wonderful (Nashwan).

Cette année, Lady Aurelia (Scat Daddy) a maté les mâles dans le "Morny", douze ans après Divine Proportions (Kingmambo). Mais c’est Minding (Galileo) qui a le plus œuvré en faveur de la cause féminine.

 

Minding, la conquérante. Depuis les années 1980, les femelles n’arrivaient plus à faire tomber les mâles dans l’épreuve de la reine, les Queen Elizabeth II Stakes, à Ascot. Le dernier coup d’éclat remontait à 1987, quand Milligram (Mill Reef) avait fini en tête d’un trio de femelles, devant Miesque (Nureyev) et Sonic Lady (Nureyev). La victoire de Minding, son cinquième Gr1 de la saison et le septième de sa carrière, lui a certainement fait gagner quelques votes qui ont été décisifs lors des Cartier Awards. Elle a été élue cheval de l’année, devant les meilleurs mâles européens de la saison 2016.

 

Deux manières de déterminer qui est le meilleur : Cartier ou Longines ? Votre serviteur, qui porte une Swatch, porterait bien les deux, une à chaque poignet… En ce qui concerne des considérations plus hippiques, il s’agit de deux récompenses très différentes. Les Cartier Awards sont attribués en cumulant trois indicateurs : les points remportés dans les grandes courses, les votes d’un jury de journalistes et ceux des lecteurs du Racing Post et du Daily Telegraph. Longines a sorti les World’s Best Racehorse Rankings. C’est une façon de décider qui est le meilleur cheval du monde en suivant les ratings officiels.

 

Almanzor domine l’Europe. Les trois premiers du classement Longines, Arrogate (Unbridled’s Song), California Chrome (Lucky Pulpit) et Winx (Street Cry) ont évolué hors d’Europe. Ils jouent dans une autre ligue. Le meilleur cheval du vieux continent est Almanzor (Wootton Bassett), et il domine très clairement ce classement. Son rating avant les Irish Champion Stakes (118) ne lui permettait même pas de figurer dans la liste, qui compte 34 sujets, dont la moitié est entraînée en Europe. La victoire à Leopardstown a projeté le champion d’Antonio Caro et de Gérard Augustin-Normand dans une autre dimension, à 127. Les Champion Stakes lui ont donné deux autres pounds. Résultat : 129. C’est-à-dire une livre de moins que Golden Horn (Cape Cross) ou Trêve (Motivator) à sa grande époque, celle où elle avait remporté l’Arc 2013 en étant invaincue. Selon moi, le meilleur cheval d’Europe est plus "Longines" que "Cartier". Je fais toujours plus confiance aux chiffres qu’aux impressions.

 

La moitié des bons chevaux du monde sont européens. Le World’s Best Racehorse Rankings répertorie les chevaux ayant un rating de 120 ou plus. Dans la dernière publication, ils étaient au nombre de 48. L’exacte moitié de ces derniers, c’est-à-dire 24, sont européens.

À la même date, en 2015, sur 50 sujets à plus de 120, le vieux continent était représenté 22 fois. En 2014, sur 58 répertoriés, les européens étaient au nombre de 28. L’Europe, selon les ratings, rassemble la moitié des bons chevaux du monde. C’est un résultat d’autant plus flatteur si on tient compte du nombre de naissances et des allocations des grandes courses.

Et pourtant, on entend souvent dire que le Ranking est trop favorable aux chevaux de dirt et à ceux qui évoluent hors d’Europe. Ce n’est pas vrai, même si Arrogate (Unbridleds Song) et American Pharoah (Pioneerof the Nile) ont dominé le classement en 2015 et en 2016. De 2010 à 2014, les chevaux de turf ont toujours été têtes de liste. Je sais ce que vous allez me dire : c’est l’effet Frankel (Galileo). Raté ! En l’absence du champion de Juddmonte, notre ami Cirrus des Aigles (Even Top) aurait décroché la couronne de roi du monde en 2012 et 2011.

 

Changer la règle ? Les Tables de la Loi (hippique) disent que pour avoir droit au label Gr1, la moyenne des ratings des quatre premiers d’une épreuve doit être de 115. Il y a une indulgence de cinq points pour les courses réservées aux femelles. Avec cette règle, qui est trop exigeante, plusieurs Grs1 sont dans le rouge en 2016. Et pour cause, parmi les 24 européens ayant un rating de 120 ou plus, 5 n’ont pas gagné au niveau Gr1 (Jack Hobbs, Time Test, Lightning Spear, Mutakayyef et US Army Ranger). Mais il y a encore pire. Sur 72 Grs1 pour 3ans et plus, seuls 32 ont été remportés par un cheval crédité de 120 ou plus. Dans 40 courses, le gagnant avait un rating inférieur à ce chiffre. Alors, je vous laisse imaginer la moyenne des quatre premiers…  Heureusement, l’art du compromis devrait permettre de ne pas retirer le label Gr1 à tout le monde, même si, dans certains cas, un peu de ménage ne ferait pas de mal. Mon "petit" pays, l’Italie, a certainement mérité le déclassement de certains de ses Groupes. Mais attention, il faut se méfier des petits calculs, car ils n’épargnent personne. J’ai fait sauter la fin de la rime, pour rester poli, mais comme disait Georges Brassens :

« Si je publie des noms, combien de Pénélopes

Passeront illico pour de fieffées… »

 

Une mauvaise année ? Tous les chiffres nous disent qu’en Europe, 2016 n’est ni une année exceptionnelle ni un annus mirabilis. Après les magnifiques saisons que nous avons eu la chance de vivre depuis l’apparition de Zarkava (Zamindar), il est plus que normal d’avoir de temps en temps une année plus "normale". Surtout si on tient compte des virus qui ont frappé Newmarket et Chantilly. Parmi les gagnants de l’Arc depuis 2007, Found (123) est avant-dernière selon les ratings, devant Solemia (122).

 

Merci Almanzor. Pour en avoir le cœur net, j’ai calculé la moyenne des ratings des neuf derniers gagnants de dix courses de référence (Arc, Eclipse, King George, Juddmonte, Irish Champion, Champion, Derby, Oaks, Jockey Club et Prix de Diane). J’ai ensuite comparé le chiffre obtenu avec le rating du lauréat 2016. Seulement trois courses ont un lauréat au-dessus de la moyenne : les Champion Stakes et Irish Champion Stakes (126,3 et 127,6) d’Almanzor (129) et les Oaks (117,5) de Minding (121). Reste à situer la valeur du Prix de Diane. Le rating de La Cressonnière (Le Havre) est forcément inférieur à 120, car elle est absente des World’s Best Racehorse Rankings. Son rating n’atteint donc pas la moyenne de 120,4. Même une troisième place dans l’Arc aurait "boosté" ce chiffre à 120 ou plus.

Afin d’avoir une idée de la valeur globale de la saison, on peut calculer année après année la moyenne du cumul de nos dix épreuves de référence. Pour cela, il ne nous manque qu’un seul chiffre, le rating de La Cressonnière. Prenons une estimation basse, avec un rating à 118 très éloigné du potentiel de la pouliche.

La moyenne de nos dix épreuves de référence en 2016 serait de 123,8. C’est un peu mieux qu’en 2015 (123). C’est le même chiffre qu’en 2011 (l’année de Danedream) et presque aussi bien qu’en 2007 (l’Arc de Dylan Thomas) et 2013 (deuxième Arc de Trêve). Finalement, le millésime 2016 en Europe n’est pas si mal que ça. Merci Almanzor !

 

NOS DIX COURSES DE RÉFÉRENCE

Course                                                Rating moyen 2007-2015                               Gagnant 2016            Rating 2016

Prix de l’Arc de Triomphe                  128,3                             Found                       123

King George & Queen Elizabeth         126,3                             Highland Reel          123

Champion Stakes                                126,3                             Almanzor                 129

Eclipse Stakes                                     125,5                             Hawkbill                   120

Irish Champion Stakes                        127,6                             Almanzor                 129

Juddmonte International                     127,5                             Postponed                 124

Derby                                                 127,3                             Harzand                   122

Jockey Club                                        122                                Almanzor                 129

Oaks                                                   117,5                             Minding                    121

Prix de Diane Longines                       120,4                             La Cressonnière      ?