Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Un Living Legends à la française : oui ou non ?

Autres informations / 23.11.2016

Un Living Legends à la française : oui ou non ?

Un Living Legends à la française : oui ou non ?

La reconversion et de la retraite des chevaux de course et de sport est un sujet qui va prendre de plus en plus d’importance dans notre société au fil des années. Nous avons posé la question à différentes personnalités des courses sur l’idée d’un Living Legends à la française : Georges Rimaud, directeur des Aga Khan Studs en France, Pierre-Yves Bureau, manager des intérêts de l’écurie Wertheimer & Frère, ainsi que François Doumen, très actif en compagnie de sa femme, Elizabeth, sur la reconversion des chevaux. L’idée en elle-même fait l’unanimité, à condition que l’aspect logistique suive… Justement pour le bien-être des chevaux.

Georges Rimaud : « Une bonne idée, mais tout dépend de la façon dont les choses sont faites »

« Un musée vivant du cheval réunissant les champions en un même endroit est bien entendu une bonne idée : il existe plusieurs musées vivants du cheval où les grands champions prennent leur retraite. Mais tout dépend de la matière dont cela est fait. Nous avons au haras des vieux chevaux à la retraite et qui se portent bien. Mais je suis très tatillon sur la manière dont on s’occupe des chevaux ! Par exemple, il ne s’agit pas d’abandonner un cheval dans un pré. Il faut avoir l’assurance que l’on s’occuperait très bien des chevaux. Mais sur le principe, c’est évidemment une bonne idée et il faut soutenir ce genre de choses. Toute initiative qui protège les chevaux et montre que les gens des courses tiennent à eux est positive… dans la mesure où les choses sont bien faites. »

François Doumen : « Je ne vois que des côtés positifs sur cette idée dans le principe »

« Il est bien entendu nécessaire que le grand public voie que de nombreuses personnes tiennent à leurs chevaux, même après leur carrière. Je ne vois que des côtés positifs à cette idée. À part Kasbah Bliss, qui a été reconverti, nous avons aussi Jim and Tonic qui profite d’une retraite heureuse au pré avec un copain. L’idée est bonne mais il faut penser à la logistique. Le coût pourrait être important : qui paiera le transport du cheval ? Y-aura-t-il une pension ? Chaque chose à un prix. Comment financer cela ? Le haras pourrait par exemple retirer des bénéfices si l’entrée est payante, ou alors il n’est pas impossible que tout le monde participe à ce financement, via le prélèvement d’un euro sur les engagements de chaque cheval. Ce sont des pistes à explorer. Faire un musée vivant du cheval, c’est une excellente idée. Ensuite, il faudrait bien entendu faire une sélection des chevaux car sinon, leur nombre pourrait exploser, surtout si l’on prend en compte galopeurs, sauteurs, trotteurs et chevaux de sport ! Il y a peu de Cirrus des Aigles ou de Kasbah Bliss… L’idée mérite d’être explorée, mais il faudra faire attention à l’organisation, en terme de coûts, et de quels chevaux accueillir. Mais il est certain qu’un grand champion mérite le meilleur. »

Pierre-Yves Bureau : « Cela vaudrait le coup de lancer une réflexion sur cette idée »

« Tout d’abord, l’écurie Wertheimer & Frère assure une retraite méritée à ses chevaux. Par exemple, nous avons Northerntown au haras depuis de nombreuses années. Après, il est toujours possible de concevoir d’autres structures. Quand Solow arrêtera, il est évident qu’il ira au haras, mais s’il y a quelque chose de développé, qui peut être positif pour la communication, pourquoi pas ? Même si, évidemment, nous sommes attachés à nos chevaux et que nous aimons les garder avec nous ! Cependant, c’est une idée positive si elle arrive à toucher le plus de gens possibles. Nous pourrions en effet nous inspirer de ce qui a été fait à l’étranger. Il faudrait évidemment penser à la façon de mettre cela en place, le financement, etc., mais avant ces considérations, cela vaudrait le coup de lancer une réflexion sur ce musée vivant. Je crois que, sur le principe, nous y sommes tous favorables. »