Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

LE MAGAZINE - D’Alex de Larredya à Milord Thomas en passant par De Bon Cœur : que de champions en piste !

Courses / 07.11.2016

LE MAGAZINE - D’Alex de Larredya à Milord Thomas en passant par De Bon Cœur : que de champions en piste !

Les 48 h de l’obstacle ont été riches en émotions et elles ont répondu à nos attentes. Les champions ont fait le spectacle avec en toile de fond le triplé de Milord Thomas (Kapgarde) dans le Prix La Haye Jousselin (Gr1) et les premiers succès de Gr1 de François Nicolle et de Gaëtan Masure, ainsi que d’Isabelle Pacault et Stéphane Paillard, respectivement avec Alex de Larredya (Crillon) et Carriacou (Califet). Retour sur les faits marquants de ce grand week-end qui aurait largement eu sa place dans les EpiqE Series…

  • PRIX LA HAYE JOUSSELIN (GR1)

Milord Thomas sur les traces d’Al Capone II

Milord Thomas (Kapgarde) a réussi l’exploit de gagner pour la troisième fois consécutive le Prix La Haye Jousselin (Gr1). Il a ainsi égalé Méli Mélo, lauréat en 1947, 1949 et 1950. Il reste devant lui le crack Al Capone II, septuple gagnant de cette course. Dès lors, la question se pose : Milord Thomas pourrait-il ne serait-ce qu’égaler le fils d’Italic ? Oui, il le pourrait. Il a la classe pour y parvenir. À 7ans, il évolue encore dans sa manière de courir. Dimanche, il a pris ses responsabilité en assurant seul le commandement de la course dès le premier saut de la rivière des tribunes. Il a gagné de la tête et des épaules. Son repos estival lui a fait le plus grand bien et son entourage avait déclaré au printemps qu’il allait le faire vieillir. Ce qui sous-entend un programme allégé pour les deux grands objectifs que sont le Grand Steeple et la Haye Jousselin. C’est là une première clé pour atteindre le record d’Al Capone II. En effet, il y a du Bernard Sécly dans la façon dont est gérée la carrière de Milord. À l’époque, l’entraîneur cantilien ne ciblait qu’une course de haies, une préparatoire en steeple et la bonne épreuve ensuite. Al Capone avait un programmé allégé comme Milord Thomas. C’est ce qui lui a permis de durer. D’ailleurs, Milord Thomas va repartir en vacances en pensant à 2017. Enfin, le champion de Magalen Bryant est dans le bon timing pour égaler le monstre sacré de Robert Fougedoire. De fait, il a remporté son premier Prix La Haye Jousselin à 5ans, comme Al Capone, lequel a disputé cette course pour la dernière fois à 12ans, finissant deuxième de First Gold (Shafoun) en 2000.

Dimanche, Milord Thomas a devancé un grand Alary (Dream Well) qui confirme sa performance du Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1, 3e). Il a menacé jusqu’au bout Milord Thomas et doit être capable de gagner un jour une grande épreuve. Excellent sauteur, doté d’un physique imposant, il aurait aussi le profil pour gagner une belle course outre-Manche. Storm of Saintly (Saint des Saints) a terminé bon troisième, en sachant qu’il a de nouveau fait une faute au rail-ditch, obstacle sur lequel il avait commis une erreur sévère dans le Prix Héros XII (Gr3). So French (Poliglote) a conclu seulement quatrièmen, sans mettre en doute la supériorité des deux premiers. C’est la déception de la course.

  • PRIX CAMBACÉRÈS-GRANDE COURSE DE HAIES DES 3ANS (GR1)

De Bon Cœur mais sans pitié

On dit souvent qu’il est très difficile de gagner le Prix Cambacérès (Gr1) sans avoir couru au printemps. Mais pour les surdoués, ce qui semble très difficile paraît facile. Et comme De Bon Cœur (Vision d’État) est une surdouée, elle est devenue la reine de sa génération en l’espace d’un mois et demi. Après des débuts plaisants à Enghien, elle est devenue la meilleure pouliche de sa promotion en écrasant la concurrence dans le Prix Magne (L). Puis la meilleure 3ans contre les poulains en remportant le Prix Cambacérès. Elle imite ainsi Tanaïs du Chenet (Poliglote) et Chimère du Berlais (Martaline), les deux dernières pouliches lauréates de ce Gr1. Invaincue en trois courses, avec un total de vingt-sept longueurs d’avance sur ses dauphins, De Bon Cœur est une extraterrestre, comme l’a dit Guillaume Macaire. Ses limites sont inconnues et elle est certainement la meilleure 3ans que nous ayons vue à l’œuvre à Auteuil depuis de nombreuses années. Pour preuve, elle a gambadé toute la course alors que Dolos (Kapgarde) a assuré un train hyper sélectif (1’11 de réduction kilométrique). Son jockey, James Reveley, a même dû la freiner dans le parcours… Sans recevoir un coup de cravache, elle s’est imposée de neuf longueurs. Également très douée sur le steeple à l’entraînement, elle s’annonce comme l’une des grandes stars à suivre pour le futur. Deux anecdotes amusantes entourent son succès. La première vient du fait que sa mère, Santa Bamba, lauréate des Prix Jean Stern (Gr2) et Duc d’Anjou (Gr3), déjà sous les couleurs de Jacques Détré, a été la première bonne pouliche de son père Saint des Saints. Elle a lancé sa carrière de reproducteur, à l’instar de De Bon Cœur qui est la première lauréate de Groupe de son père, Vision d’État. Vision d’État comme Saint des Saints ont défendu les couleurs Détré qui triomphent sur toute la ligne. La seconde anecdote concerne François Nicolle. À l’époque où Santa Bamba courait les Groupes, le professionnel de Saint Augustin entraînait Queen des Places (Sabrehill). Et cette dernière subissait souvent la loi de Santa Bamba. Belle ironie de l’histoire !

  • PRIX MAURICE GILLOIS - GRAND STEEPLE-CHASE DES 4ANS (GR1)

Carriacou, une victoire remplie d’émotions

Grâce à Carriacou (Califet), son entraîneur, Isabelle Pacault, et son jockey, Stéphane Paillard ont signé leur premier succès de Gr1 dans le Prix Maurice Gillois (Gr1). Au printemps, le poulain avait déjà montré sa classe à Enghien en gagnant le Prix Hopper (Gr3). Et cet automne, il avait terminé deuxième du Prix The Fellow (Gr2). Il ne méritait donc pas les 31/1 dont il était affublé. Aussi doué en haies qu’en steeple, à Auteuil qu’à Enghien (et on l’espère à Compiègne aussi…), Carriacou a été façonné par son entraîneur qui lui a fait monter les marches progressivement. Elle en récolte les fruits maintenant. Son protégé a gagné sûrement dans une génération où aucun cheval n’a dominé durablement. Lauréat des Prix Ferdinand Dufaure (Gr1) et Congress (Gr2), Punch Nantais (Puit d’Or) est tombé à l’oxer en début de parcours. Sainte Turgeon (Turgeon) et Roi Mage (Poliglote) ont été gênés à la sortie du tournant final. Et vu le faible écart existant à l’arrivée entre Sainte Turgeon et Carriacou, et la façon de finir de la première nommée, on peut penser que cette gêne lui coûte cher. Car Sainte Turgeon a fini très vite sur le plat. C’est la bonne note de la course. Son entourage l’a mise dans du coton et on peut attendre de belles choses de sa part dans les années à venir.

  • GRAND PRIX D’AUTOMNE (GR1)

Démonstration d’Alex de Larredya

Alex de Larredya (Crillon) a remporté sa victoire la plus aisée dans le Grand Prix d’Automne (Gr1). Il a eu le scénario rêvé avec une piste très souple, une distance idéale de 4.800m et enfin une allure très rapide avec Blue Dragon (Califet) en piste. Lorsque son jockey, Gaëtan Masure, l’a rapproché sur la main entre les deux dernières haies, la cause était entendue. Sur le plat, lorsqu’il a lâché la tête d’Alex de Larredya, le cheval s’est envolé et a été très impressionnant. Comme dans la Grande Course de Haies d’Auteuil (Gr1), où Alex de Larredya a fini deuxième, Blue Dragon a fait éclater le peloton, comme en témoigne la réduction kilométrique de 1’12. Le verdict de la course est donc limpide. Alex de Larredya est bien le numéro un des hurdle-racers d’Auteuil, pour le plus grand bonheur de son entraîneur, François Nicolle, et de son jockey, Gaëtan Masure, tous deux vainqueurs de leur premier Gr1 samedi. Solway (Califet) a fait une très bonne course, la meilleure de sa carrière, confirmant ses travaux du matin. Il a terminé deuxième devant Ptit Zig (Great Pretender), pénalisé par la monte de Nick Scholfield, lequel découvrait Auteuil et a mis son partenaire dans la chasse rapidement. Blue Dragon n’a pas fait sa course, étant arrêté. Il n’avait pu courir à Auteuil cet automne avant le Grand Prix et cela a joué dans sa performance.

  • PRIX CONGRESS (GR2)

Edward d’Argent, le steeple-chaser type

Entraîneur d’Edward d’Argent (Martaline), Guillaume Macaire nous a dit que son protégé était le steeple-chaser type pour Auteuil. Il ne fait pas d’effort sur les obstacles et sait accélérer. C’est avec des propos identiques qu'il qualifiait un certain Storm of Saintly (Saint des Saints) en début de carrière. Depuis, ce dernier a remporté un Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1). Rien n’empêche un gagnant de Congress de devenir un cheval de Grand Steeple s’il dispose de la classe nécessaire. Or, Edward d’Argent la détient probablement. Mais l’année prochaine, lorsqu’il affrontera les 4.300m d’Auteuil, dans le Prix Fleuret (Gr3) par exemple, il devra avoir à l’œil sur ses dauphins du Congress. Les imposants Dalko Morivière (Balko) et Dalia Grandchamp (Kapgarde) seront encore meilleurs en terrain lourd sur 4.300m, avec la piste intérieure au programme. Dalko Morivière a une énorme action et il faudra pouvoir le suivre car il risque d’écœurer de nombreux rivaux. Dalia Grandchamp a bien fini samedi, d’autant qu’elle débutait en steeple. Elle a donc une marge de progression importante pour justifier l’estime de son entourage.

  • PRIX BOURNOSIENNE (GR3)

Titi de Montmartre avec les œillères australiennes

Partie guerroyer contre les poulains, De Bon Cœur (Vision d’État) a laissé ses dauphines du Prix Magne (L) se battre pour le Prix Bournosienne (Gr3). Munie d’œillères australiennes pour la première fois, Titi de Montmartre (Montmartre) a fait la différence au prix d’une franche accélération. Elle possède un vrai changement de vitesse dont elle s’était servie au printemps pour ouvrir son palmarès. L’année prochaine, cela s’annonce plus compliqué contre l’élite de sa génération, mais dans les Groupes et Listeds pour femelles, elle sera intéressante à suivre. Et évidemment, on reverra avec plaisir Kakoline (Poliglote), troisième du Bournosienne après une course dure dans le Prix Georges de Talhouët-Roy (Gr2). Au vu de son physique, elle devrait être encore meilleure à 4ans.