Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Le meeting international de Casablanca, symbole de l’ambition marocaine

Courses - International / 17.11.2016

Le meeting international de Casablanca, symbole de l’ambition marocaine

Les 19 et 20 novembre 2015, l’hippodrome d’Anfa à Casablanca accueillera l’un des plus grands rendez-vous hippiques du continent africain. Il s’agit du Meeting international des courses de pur-sang qui, pour la deuxième année consécutive, proposera la journée internationale du pur-sang arabe et du pur-sang anglais lors d’un même weekend. Les épreuves phares sont le Grand Prix de Sa Majesté le roi Mohammed VI du Pur-Sang Arabe (Gr3 PA) et le Grand Prix de Sa Majesté le roi Mohammed VI du Pur-Sang Anglais.

Les chiffres du meeting

- 700.000 € d’allocations distribuées durant le meeting

- 12 courses

- 8 courses internationales

- 3 courses retransmises sur Equidia

La Journée internationale du pur-sang anglais. Samedi 19 novembre, les pur-sang anglais ouvriront le bal pour la quinzième édition de ce meeting international. La réunion proposera six courses, dont quatre internationales. L’épreuve phare sera le Grand Prix Sa Majesté le roi Mohammed VI du Pur-Sang Anglais, une compétition dotée de 109.890 € sur 2.400m. En 2015, c’est Arkaitz (Pyrus) qui a remporté l’épreuve reine. En 2014, il s’agissait de Garrogorille (Rock of Gibraltar) et en 2013, Billabong (Gentlewave), un cheval né, élevé et entraîné au Maroc remportait le titre.

La Journée internationale du pur-sang arabe. Le dimanche 20 novembre sera réservé à la Journée internationale du pur-sang arabe. Cet événement est organisé depuis 2002 par la Société royale d’encouragement du cheval, en partenariat avec l’Association royale marocaine des éleveurs de chevaux pur-sang arabes. Sur le même modèle que le jour précédent réservé aux pur-sang anglais, six courses seront organisées dont deux Grs3 PA. L’épreuve majeure est également le Grand Prix Sa Majesté le roi Mohammed VI. Ce Gr3 PA, doté de 109.890 €, se courra sur la distance de 2.100m. La deuxième course de Groupe réservée aux pur-sang arabes sera le Grand Prix Son Altesse Royale le prince héritier Moulay El Hassan.

« La Sorec investit beaucoup pour l’évolution des courses au Maroc »

Le cheval et les courses sont des éléments majeurs de l’économie marocaine. Sous l’égide de la Société royale d’encouragement du cheval (Sorec), le royaume organise tous les ans plus de 2.000 courses de pur-sang anglais et arabes. Hicham Debbagh, directeur des courses à la Sorec, nous a expliqué la place importante des courses marocaines dans le calendrier international et leur volonté de s’ouvrir au monde.

Jour de Galop. – Quel est l’objectif de ce Meeting international des courses de pur-sang ?

Hicham Debbagh. – L’objectif est de placer les courses marocaines dans un calendrier international, d'avoir des partants de Groupes et de faire évoluer les chevaux et leurs performances. Pour pouvoir implanter le meeting dans un calendrier international, il était judicieux de le déplacer. Nous avons plus de partants pur-sang arabes et pur-sang anglais, avec des sujets de plus grande qualité. Parmi les pur-sang arabes, nous aurons des gagnants de Gr1 PA, ce qui est très important pour nous. Cela permettra à nos chevaux d’avoir de meilleurs ratings.

À terme, comment voyez-vous l’évolution des courses au Maroc ?

Nous espérons pouvoir postuler pour faire évoluer nos Grs3 PA vers des Grs2 PA et Grs1 PA par la suite. Nous sommes très contents du niveau que nos courses ont atteint. La Sorec investit beaucoup pour l’évolution des courses au Maroc. Nous avons augmenté les allocations et amélioré le programme. La visibilité des courses est très importante, c’est ce qui va porter ce sport vers le haut.

Quelles sont les initiatives mises en place par la Sorec pour développer les courses dans le pays ?

Nous avons un programme de subvention des saillies de pur-sang arabes. Nous prenons en charge 50 % du coût de la saillie. Cela permet de démocratiser l’élevage et de toucher l’éleveur moyen. Pour les pur-sang anglais, nous essayons d’amener les meilleurs étalons. Notre souhait est de compléter l’offre déjà mise en place par l’éleveur en privé. Au même titre que nous subventionnons les propriétaires pour venir ici lors de ce meeting international, nous soutenons les propriétaires marocains. Nous les encourageons à aller à aller participer à d’autres courses dans le monde. Cela nous permet aussi de positionner le Maroc sur le marché international et de ce fait, les entraîneurs travaillent dans de très bonnes conditions et les gens sont contents. Au-delà des entraîneurs français qui nous soutiennent, il y a aussi des grandes écuries comme Al Shaqab Racing, le cheikh Mansour et les Écuries Royales d’Oman.

Nous avons aussi un programme d’encouragement pour les poulinières. Il est important d’intervenir dans toute la filière, c’est pourquoi nous subventionnons également des poulinières pour leur valeur génétique et leur qualité.

Quelles sont les nouveautés mises en place par la Sorec pour le Meeting international 2017 ?

L’axe majeur sur lequel s’est concentré la Sorec cette année a été le grand public. Pour cela, nous organisons une parade dans Casablanca. Des chevaux circuleront dans la ville pour faire connaître les courses et promouvoir le meeting. Notre stratégie est d’impliquer le plus possible le grand public familial. En 2015, il y avait environ 2.500 personnes présentes. L’entrée à l’hippodrome est d’ailleurs gratuite.

Où en est l’élevage des pur-sang arabes et anglais sur le sol marocain ?

Nous avons un très bon niveau d’importation, notamment chez les pur-sang anglais. Nous encourageons l’importation des femelles en densifiant les programmes de courses réservés aux femelles. Le souci, c’est le coût des poulinières, qui est plus élevé à cause de la concurrence internationale. C’est une des raisons pour lesquelles nous les subventionnons.

Votre projet de ventes aux enchères est-il toujours d’actualité ?

Nous aurons nos premières ventes de chevaux en 2017. Grâce à cela, nous n’aurons plus seulement des transactions privées, il y aura une réelle structure de ventes aux enchères, comme Arqana en France. Nous organiserons quatre sessions de ventes, à la fois de pur-sang arabes et de pur-sang anglais, la première aura lieu en janvier.

Pour plus d’informations, cliquer :

www.sorec-galop.ma