Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

MEETING INTERNATIONAL DU MAROC 2016 - Thomas Fourcy et Al Shaqab Racing dominent chez les pur-sang arabes

Courses - International / 21.11.2016

MEETING INTERNATIONAL DU MAROC 2016 - Thomas Fourcy et Al Shaqab Racing dominent chez les pur-sang arabes

 

Le meeting international du Maroc s’est conclu le 20 novembre avec une réunion réservée aux pur-sang arabes. Organisées par la Sorec, les courses du jour se sont déroulées sous le soleil sur l’hippodrome d’Anfa, à Casablanca. Thomas Fourcy et Al Shaqab Racing ont décroché deux des trois Groupes du jour.

GRAND PRIX DE SA MAJESTE LE ROI MOHAMMED VI (GR3 PA)

Metrag offre le doublé à Thomas Fourcy

Vainqueur de cette épreuve l’an passé avec Al Antara (Akbar), Thomas Fourcy a gardé son titre dans ce Grand Prix de Sa Majesté le Roi Mohammed VI (Gr3 PA) grâce à Metrag (Amer), sous la selle de Julien Augé.

Longtemps placé côté corde, derrière les leaders, le fils d’Amer a été décalé tout à l’extérieur dans le tournant final. Il est venu sur la ligne des premiers à mi-ligne droite, avant de créer la différence sous les sollicitations de son jockey. Il devance Ziyadd (Bibi de Carrère), lauréat de la Triple couronne européenne du Festival du cheikh Mansour cette saison, pour Antoine de Watrigant. Amenvol (Amenemhat) a très bien défendu l’élevage local en prenant la troisième place, sous l’entraînement de Jean-Claude Pecout et la monte de Thami Zergane.

Un premier Groupe PA pour Metrag. Thomas Fourcy n’a pas caché son soulagement : « Dans le dernier tournant je n’étais pas très confiant. Mais le cheval s’est bien ressaisi et il l’a fait assez sûrement dans la phase finale, après avoir eu un gros passage à vide dans le tournant. Son jockey a pris l’option de venir sur la meilleure portion de la piste, à l’extérieur, suivant également l’un des favoris, Ziyadd. En prenant sa roue, il espérait être dans le bon wagon et cela s’est avéré payant. C’est un fils d’Amer. Il progresse avec l’âge et vieillit bien. Il faut qu’il prenne du moral durant le parcours et il est ensuite capable d’enclencher à nouveau. Il gagne son premier Groupe PA, ce n’est pas négligeable. » Ce représentant d’Al Shaqab Racing devrait trouver de bons engagements à l’étranger la saison prochaine, selon son mentor.

La souche de Mandore. Fils de Massamarie (Tidjani), Metrag est issu de l’une des souches maternelles françaises les plus illustres, celle de Mandore (Grabiec). Massamarie, lauréate de trois courses au Qatar, a donné naissance à d’autres bons chevaux, tels Mared Al Sahra (Amer), lauréat de six courses, dont l’Emir’s Sword (Gr1 PA), et désormais étalon, mais aussi Mu’Azzaz (Amer), titulaire de huit succès dont les Shadwell Dubai International Stakes (Gr1 PA). La deuxième mère, Margau (Manganate), est une propre sœur de champions comme Dormane et Djendel. Elle a donné naissance à Santhal (Djebbel), qui a remporté six courses, dont l’Al Maktoum Challenge Round 3 (Gr1 PA) à Dubaï.

GRAND PRIX DE SON ALTESSE ROYALE LE PRINCE HÉRITIER MOULAY EL HASSAN (GR3 PA)

Jeyoosh prend sa revanche

Nettement devancée par Naziq (Mahabb) dans le Qatar Total Arabian Trophy des Juments (Gr1 PA), le 1er octobre à Chantilly, Jeyoosh (Amer) a pris sa revanche dans le Grand Prix de Son Altesse Royale le Prince Héritier Moulay El Hassan (Gr3 PA). Si, comme à son habitude, Naziq a pris les devants, elle n’a pas mené aussi facilement qu’à l’accoutumée, faiblissant nettement dans la phase finale. Jeyoosh, toujours derrière sa rivale, a su en profiter. Elle  s’impose sous la selle du Qatari Faleh Bughenaim et l’entraînement de Thomas Fourcy, devançant Nafeth Al Khalediah (Jalood Al Khalidiah), présenté par Philippe Sogorb, et Sharilia del Roc (Sharifan Lotois), entraînée par Jean-Claude Pecout.

Un premier Groupe. Jeyoosh, qui porte les couleurs d’Al Shaqab Racing, décroche un succès mérité, comme le souligne Thomas Fourcy : « Elle était abonnée aux secondes places. À chaque fois, il ne lui manquait pas grand-chose et puis voilà, elle a gagné avec la manière. Cela fait plaisir. Dans le tournant, elle allait facilement et quand son jockey lui a demandé d’accélérer, elle l’a bien fait. C’est une pouliche qui progresse avec le temps. À Chantilly, elle avait franchi un palier, cette fois elle gagne. Elle devrait avoir un bel avenir l’an prochain, dans les courses pour femelles. »

C’est un premier succès également pour le jockey qatari Faleh Bughenaim associé à un pensionnaire de Thomas Fourcy : « C’est un jockey qui avait besoin d’apprendre et qui apprend très vite ! C’est la première fois qu’il gagne pour moi. »

Élisabeth Bernard était un peu déçue de la performance de Naziq :  « La pouliche ne s’est tout simplement pas sortie du sable. Elle n’a pas mis un pied devant l’autre. Dès la sortie des stalles, j’ai vu que c’était une surface qui ne lui convenait pas. Elle n’avait pas d’action et était laborieuse. » Bref, c’est une course à oublier.

La propre sœur de Motrag. Fille de Digama (Al Sakbe), Jeyoosh est une propre sœur du bon Motrag (Amer), meilleur poulain de 3ans cette année après son succès dans le Qatar Total Arabian Trophy des Poulains (Gr1 PA) à Saint-Cloud, fin septembre. Tout comme ce dernier, elle porte les couleurs d’Al Shaqab Racing et défend l’entraînement de Thomas Fourcy. La deuxième mère de Jeyoosh, Divana (Dormane), a produit notamment Divamer (Amer), lauréat du Prix Tidjani (Gr3 PA) pour Jean-Pierre Totain. Enfin, la troisième mère, Danzina (Zulus), a donné naissance à Dhemis (Dahman El Arami), lauréat de six courses dont l’Emir’s Sword (Gr1 PA), et Danzinon (Nuits St Georges), titulaire de six victoires.

GRAND PRIX DE SON ALTESSE ROYALE LE PRINCE MOULAY RACHID (GR3 PA)

Al Mounteze Monlau décroche facilement son premier Groupe

Entraîné par Élisabeth Bernard, Al Mounteze Monlau (Nashwan Al Khalidiah) n’a fait qu’une bouchée de l’opposition dans le Grand Prix de Son Altesse Royale le Prince Moulay Rachid (Gr3 PA), s’imposant par huit longueurs ! Associé à Jean-Bernard Eyquem, il devance Al Hayyem (Amer), un poulain de Thomas Fourcy, et Diabolo Hipolyte (Nashwan Al Khalidiah) pour l’entraînement de Christophe Lermyte et la monte d’Abderrahim Faddoul.

Un cheval de cœur. Cette victoire a une saveur particulière pour Élisabeth Bernard, qui porte un regard plein de tendresse sur Al Mounteze Monlau : « J’étais très contente car c’est un cheval particulier pour moi, dans le sens où c’est Jean-François qui a conçu le croisement de ses parents, avec Marie-Ange Bourdette. Les Bourdette élèvent très bien leurs chevaux et sont des perfectionnistes. J’aime leur élevage et leurs souches. Ils ont tous les ans un ou deux chevaux qui galopent vraiment. Ce cheval, en dehors des victoires, m’apporte beaucoup de bonheur car il a une telle personnalité. Il ne ressemble à aucun autre cheval que nous ayons entraîné, même pas à son père, Nashwan, qui était également un cheval original. Il est tellement intelligent, si attachant. Je l’adore. Je l’ai mis à côté de mon bureau, je lui parle toutes les cinq minutes. »

La souche de Djainka des Forges. Al Mounteze Monlau est le seul produit de Tadri (Saklawi Jadrane) enregistré sur France Galop. Sa deuxième mère, Djarisa des Forges (Samsun), lauréate de quatre courses, est elle-même issue de Djari des Forges (Chéri Bibi), gagnante du Critérium des Pouliches (Gr1 PA). Cette dernière est une sœur utérine de Djamour des Forges (Tidjani), la mère de la championne Djainka des Forges (Kerbella), titulaire de quatre Groupes 1 PA, dont le Qatar Arabian World Cup en 2014, à Longchamp.