Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

PRIX GEORGES COURTOIS (GR2)- Bel la Vie, le guerrier d’Auteuil

Courses / 27.11.2016

PRIX GEORGES COURTOIS (GR2)- Bel la Vie, le guerrier d’Auteuil

AUTEUIL, DIMANCHE

Dernier Groupe de l’année pour les steeple-chasers d’âge sur la butte Mortemart, le Prix Georges Courtois (Gr2) a répondu à nos attentes avec du grand spectacle et la victoire du cheval de cœur d’Auteuil : Bel la Vie (Lavirco). Gravement blessé dans le Prix de l’Orléanais 2013, puis victime d’un nouveau souci de santé dans cette même course en 2015, il est revenu à chaque fois au sommet, faisant taire ceux qui voudraient mettre à la retraite tous les chevaux blessés. Sa deuxième place pour son retour en steeple, dans le Prix Général Donnio (L), avait été très bonne. Il est monté en condition sur cette sortie et avait la fraîcheur de son côté. Il a donc enlevé brillamment son dixième Groupe. Un score qui n’est pas galvaudé car, en France, contrairement à l’Angleterre ou à l’Irlande, il n’y a pas beaucoup de Groupes au programme. En avoir dix dans son escarcelle est la marque d’un authentique champion.

Bel la Vie remet les pendules à l’heure. En selle sur Bel la Vie, Bertrand Lestrade a installé son partenaire dans le groupe de tête. Le fils de Lavirco a pris ses précautions sur le gros open-ditch et a arrondi son saut sur la rivière des tribunes. Mais il n’a pas perdu de terrain. Entre les deux derniers obstacles, Shannon Rock (Turgeon) a attaqué Bel la Vie. Storm of Saintly (Saint des Saints) se rapprochait un peu plus loin avec quelques ressources. Mais sur le plat, le cheval de la famille Papot est reparti de plus belle pour l’emporter de deux longueurs devant Shannon Rock et son compagnon d’entraînement, Storm of Saintly. Entraîneur de Bel la Vie et de Storm of Saintly, Guillaume Macaire nous a déclaré : « J’ai vibré, pas pour les raisons que tout le monde peut imaginer, mais j’ai vibré. Les chevaux qui gagnent le Grand Steeple, nous n’en avons pas beaucoup dans notre vie. Quand on en a, on les aime particulièrement. C’est parfois ce qui peut jouer contre eux et cela a été son cas. Parce qu’on les préserve trop ! Mais ce sont des athlètes et un athlète doit se mettre dans son monde, dans sa vie d’athlète et il doit travailler. Quand on les respecte un peu trop, ils nous tournent autour. Et à force, ils ne font plus rien. Bel la Vie a vécu pendant six mois entre deux bottes de paille, pendu au plafond parce qu’il avait le bassin fracturé. Le plus important, comme pour les grands sportifs, c’est de passer au-dessus de ça, n’en déplaise à certaines personnes qui veulent qu’on les mette tous à la retraite. Storm of Saintly avait le désavantage du poids car c’est un petit cheval qui n’est pas forcément très porteur. Il court bien. »

Shannon Rock, égal à lui-même. Shannon Rock a fini plus près que lors de ses dernières sorties dans ce Prix Georges Courtois, en se classant deuxième. Il a très bien sauté tout au long du parcours et a même fait figure de lauréat avant de s’avouer vaincu face à l’accélération de Bel la Vie. Entraîneur de Shannon Rock, Jean-Paul Gallorini nous a dit : « Il montre qu'il n'est pas une éclipse ! Il est là depuis toujours. Par la force des choses, il est venu un peu tôt devant et on sait qu'il s'arrête une fois en tête. Il ne s'est pas arrêté mais s'est repris. Il est battu par un crack. » La quatrième place est revenue au lauréat du Prix du Président de la République (Gr3) 2016, Kelthomas (Keltos). Après avoir attendu, il a fait figure de vainqueur potentiel à l’entrée de la ligne droite et s’est bien comporté face à l’élite. Son test à ce niveau est réussi.

De ce Prix Georges Courtois 2016, il faudra aussi retenir la course de Bipolaire (Fragrant Mix). Il est tombé à la réception de la double barrière parce qu’il a sauté fort, mais il reprenait un départ et avait beaucoup de ressources. En 2017, il pourra regarder les meilleurs droit dans les yeux.

Pedigree : http://jourdegalop.com/wp-content/uploads/2016/11/bellavie.pdf

Bibelle, une acquisition en or. Benoît Gabeur est l’éleveur, avec son épouse, Marie-Christine, de Bel la Vie. Il nous avait raconté : « Nous avions acheté la mère de Bel la Vie, Bibelle, à Guy Petit. Bibelle a couru "à réclamer" à Lisieux. Guy Petit l’a achetée [pour 7.000 €, ndlr]. Le lendemain, lorsque j’ai vu dans le journal que c’était lui qui l’avait réclamée, je l’ai appelé et lui ai proposé de la reprendre. Guy Petit ne l’avait pas achetée pour un propriétaire en particulier et il me l’a donc revendue. Je ne l’avais pas vue courir. Ce qui m’intéressait surtout, c’était son potentiel génétique. Petit, Bel la Vie était dans les prés avec Royal Tune et Lucky to Be, lequel était son souffre-douleur. »

Bel la Vie est donc un fils de Bibelle (Le Balafré). Bibelle est née de Miss Tracy (Misti), qui a notamment remporté le Prix Maurice Gillois (Gr1). Après sa victoire "à réclamer" et six courses disputées, Bibelle est partie directement au haras. Elle a donné cinq produits, qui ont tous couru. Quatre ont gagné. Elle est morte en 2010, après avoir donné naissance à un poulain de Network. Elle a également produit Belgarde (Kapgarde), qui s’est tuée à Enghien, alors qu’elle avait déjà gagné dix courses.

 

   Dshingis Khan
  Königsstühl 
   Königskronung
 Lavirco  
   Surumu
  La Virginia 
   La Dorada
BEL LA VIE (H10)   
   Groom Dancer
  Le Balafré 
   Tuneria
 Bibelle  
   Misti
  Miss Tracy 
   Queen Boadicea