Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

LE SPORT PAR LE TEMPS - Peut-on faire confiance aux classements internationaux ?

Courses / 14.11.2016

LE SPORT PAR LE TEMPS - Peut-on faire confiance aux classements internationaux ?

 

Par Bruno Barbereau, éditorialiste à Jour de Galop et animateur de Horse Racing Chrono

https://twitter.com/HorseRacingChro

Alors que la saison sportive touche à sa fin, c’est celle des cérémonies et des classements internationaux qui passe sur le devant de la scène. Il y a souvent matière à discussion dans l’attribution des grandes récompenses internationales.

 

Minding et Almanzor au sommet. Le 2 novembre, la traditionnelle cérémonie des Cartier Racing Awards s’est tenue à Londres. Celle-ci récompense les meilleurs chevaux européens. Le mode de scrutin repose sur trois paramètres. Un tiers provient du rating, un tiers d’un panel de journalistes hippiques et un tiers du public (les lecteurs du Racing Post, du Daily Telegraph et les téléspectateurs de Channel 4 Racing). Minding (Galileo) a été élue cheval de l’année devant Almanzor (Wootton Bassett). En 2016, la pensionnaire d’Aidan O’Brien a remporté cinq Grs1. Son Timeform rating en cette fin de saison culmine à 127. De son côté, Almanzor a remporté trois Grs1, dont les Irish Champion Stakes où il devançait Minding. Le Timeform rating du pensionnaire de Jean-Claude Rouget est monté à 133, soit 5 points de plus que Minding. Minding et Almanzor remportent en toute logique le titre de meilleure pouliche et de meilleur poulain de 3ans.

L’ombre d’un doute. On peut tout de même se demander pourquoi Minding remporte le titre de cheval de l’année. Ne connaissant pas les journalistes hippiques ayant un droit de vote dans cette élection, et dont le verdict compose un tiers de la note finale, on ne peut donc pas remettre en doute leur intégrité. Par contre, en ce qui concerne le troisième contingent, celui qui correspond au vote du public, on a le droit d’être plus sceptique. Si celui-ci avait été composé, par exemple, de lecteurs et de téléspectateurs d’Europe continentale, Minding aurait-elle battue Almanzor dans les urnes, faute de l’avoir battu sur la piste ? On n’ira pas jusqu’au point d’avoir la possibilité de refuser son prix, comme lors des prix Nobel. Mais on peut se demander quelle valeur ont réellement les Cartier Racing Awards, si ce n’est de permettre à la profession de s’autocongratuler. Quelques jours plus tard, Longines a publié son classement mondial. Deux chevaux spécialisés sur le dirt ont pris les deux premières places : Arrogate (Unbridled Song), à 134, et California Chrome (Lucky Pulpit), à 133. La championne australienne Winx (Street Cry), à 130, prend la troisième place devant Almanzor, crédité de 129. Avec un rating de 125, Minding ne pointe qu’à la vingt-cinquième place. Il est très difficile de créer une hiérarchie entre chevaux de dirt et de turf, qui plus est sur des continents différents. Mais j’ai tendance à croire que ce type de classement, basé sur la performance, se rapproche plus de la vérité. 

NB : Comme le brillant Franco Raimondi, je ne porte ni de montre Cartier ni de montre Longines, bien que ce dernier soit le sponsor de ma rubrique. Je ne désespère pas qu’il m’en offre une un jour...

 

Arrogate, l’extraterrestre de la saison 2016 outre-Atlantique. Arrogate appartient à une espèce de chevaux devenue extrêmement rare. Il a réussi l’exploit de remporter la Breeders’ Cup Classic à Santa Anita, sur 2.000m en dirt, après avoir réalisé deux mois plus tôt la meilleure performance de tous les temps dans les Travers Stakes (Gr1). En outre, il a débuté au mois d’avril 2016, alors qu’il avait déjà 3ans, en ne terminant qu’à la troisième place d’un maiden à Los Alamitos. En cumulant l’ensemble de ces éléments, Arrogate est proche de ce que l’on peut appeler un miracle dans les courses modernes.

La Classic est considérée comme l’épreuve reine de la Breeders’ Cup.  Elle est réservée aux chevaux de 3ans et plus, mais surtout à ce que l’on fait de mieux sur 2.000m, en dirt, aux États-Unis. Neuf éditions de la Classic ont eu lieu à Santa Anita Park. On peut considérer qu’il faut être capable de boucler le parcours sur une base chronométrique de deux minutes pour espérer prétendre à la victoire. À Santa Anita, le meilleur temps de l’épreuve a été réalisé par Raven’s Pass (Elusive Quality) en 2008 : 1’59’’27.

Arrogate vs California Chrome, un match qui a tenu ses promesses. Bien parti de sa stalle numéro 4, California Chrome s’est immédiatement placé en tête. Les 400 premiers mètres ont été franchis en 23’’28. Au passage des 800m, en 47’’15, le rythme de la course était encore lent pour une épreuve de ce niveau. Après 1.600m bouclés en 1’35’’72, California Chrome avait encore le meilleur. C’est à ce moment-là qu’Arrogate a tenté de surprendre l’animateur. À la lutte, il a réussi à prendre tout à la fin l’ascendant sur California Chrome. Il remporte l’épreuve en 2’00’’11, par trois quarts de longueur d’avance. Il serait difficile de savoir si l’un fut "trop sûr de son fait" ou l’autre "plus malin". Toujours est-il que, parti de la stalle 10, Arrogate n’a pas un parcours en or.

400Vit. m/s*800Vit. m/s1.200Vit. m/s1.600Vit. m/s2.000Vit. m/s% Acc. L400
Arrogate23,6747,421,11,461,35,962,00,1199,5
23,6717,1423,7517,4124,0416,9124,516,8424,1516,83
California Chrome23,2847,151,10,961,35,722,00,2598
23,2817,4223,8717,1223,8117,0424,7616,6724,5316,6
Vit. m/s : Vitesse mètre seconde distance réellement parcourue

                                                                                                       

Arrogate a réussi à garder une vitesse constante jusqu’au bout. Arrogate a parcouru environ deux longueurs de plus que California Chrome. La première section de California Chrome fut la plus rapide et sa vitesse a nettement baissé à partir des 1.200m. De son côté, Arrogate fut le plus rapide dans la deuxième section, au moment où il a accéléré, pour bien se placer dans la course. À partir de la deuxième section, sa vitesse est quasiment identique et ne faiblit pas. Comme lors des Travers Stakes, Arrogate a été capable de boucler les 400 derniers mètres sur un rythme rapide. Sa vitesse est restée constante, alors qu’à cet instant, California Chrome a commencé à décélérer. Cette qualité lui permet de bien terminer ses parcours et de faire la différence.