Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Stéphane Chevalier s’installe à Chantilly

Courses / 29.11.2016

Stéphane Chevalier s’installe à Chantilly

Après de nombreuses années aux États-Unis en tant qu’assistant, puis sept ans en Arabie Saoudite où il a entraîné les chevaux du prince Sultan Al Kabeer, Stéphane Chevalier est revenu s’installer dans sa ville natale, Chantilly, pour débuter une nouvelle aventure comme entraîneur. « La décision a été prise au mois de mai après avoir quitté l’Arabie Saoudite. J’avais pour premier objectif de partir à Oman ou en Corée du Sud, une nation hippique qui se développe beaucoup. Mais le pays ne recherchait pas vraiment d’entraîneur à ce moment-là. J’ai longuement réfléchi. La première chose que j’ai faite avant de m’installer a été de contacter tous les clients avec lesquels j’ai été en relation par le passé, afin de savoir s’ils me suivraient dans cette nouvelle aventure. Officiellement, je suis installé depuis le mois de novembre. L’objectif, à court terme, est d’avoir entre huit et dix chevaux à l’entraînement. Mon retour en France était réfléchi depuis l’année dernière, avant que mon contrat ne soit prolongé en Arabie Saoudite. Poursuivre mon expérience ici était aussi le choix le plus judicieux par rapport à ma famille et mes enfants. »

Un retour aux racines réfléchi. Pour une première expérience comme entraîneur en France, Stéphane Chevalier a fait le choix de poser ses valises à Chantilly plutôt qu’en province. Un retour aux racines justifié notamment par une meilleure connaissance des lieux : « J’ai grandi à Chantilly et je pense que je m’y orienterai mieux. Je connais moins les autres centres d’entraînement et, avec tout le respect que j’ai pour la province, on a plus de chances de trouver des clients sur Paris.»

Stéphane Chevalier a actuellement deux pouliches déclarées à l’entraînement sur le site de France Galop. L’une, Excelle Five (Spanisho Moon), lui appartient, et l’autre, Bellabel (Slickly), porte les couleurs de Gérard Decocq. « Cela va se développer gentiment. J’ai un client américain qui n’a pas trouvé chaussure à son pied aux ventes, où il s’est fait battre à plusieurs reprises sur des lots aux prix élevés. Il va donc attendre l’année prochaine. J’ai aussi deux clients d’Arabie Saoudite qui devraient me suivre et cela peut se faire à tout moment. Je compte aussi sur un client de Bahreïn qui a des chevaux en Angleterre et à Dubaï. Il devrait récupérer des chevaux d’âge "FR", avec les primes, pour les exploiter ici avant de les envoyer à Bahreïn. J’ai aussi mon client belge, que j’ai rencontré via Marc-Antoine Berghgracht, et qui me suit dans cette nouvelle aventure. »

Un jeune entraîneur. Stéphane Chevalier reprend – presque – tout de zéro en revenant en France. « Je suis peut-être plus connu à l’étranger qu’en France et je reste un jeune entraîneur qui s’installe à Chantilly. J’ai gagné un Gr1 en Arabie Saoudite et pris la troisième place d’un Godolphin Mile (Gr3). Mais cela reste un nouveau challenge : aujourd’hui et maintenant, c’est en France qu’il faut s’affirmer. J’ai toujours suivi les courses et ventes françaises, européennes et américaines depuis l’étranger car nous étions toujours à la recherche de chevaux de qualité. Je repars de zéro pour un nouveau défi et j’aime cela. Mon parcours est peut-être atypique dans le sens où je l’ai peut-être fait en sens inverse : partir à l’étranger pour revenir en France. Ce sera ma première expérience comme entraîneur en France et mon objectif est le même que pour tout le monde : gagner des courses, sortir de bons chevaux et trouver la perle rare. »

Le site internet de Stéphane Chevalier : http://www.sc-horseracing.com/