Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

TRIBUNE LIBRE - Non, la solution n’est pas la fermeture de Maisons-Laffitte

Courses / 24.11.2016

TRIBUNE LIBRE - Non, la solution n’est pas la fermeture de Maisons-Laffitte

 

Par Jean-Paul Gallorini, président de l’association "Sauvons Maisons-Laffitte"

« C’est avec intérêt que j’ai pris connaissance dans ces colonnes des propos de M. Gunnar Nordqvist, "petit éleveur", que je ne connais pas, mais je tiens à y apporter quelques remarques.

Je tiens à informer M. Nordqvist qu’il n’y a que 27 entraîneurs qui ont plus de 70 chevaux à l’entraînement et qu’un entraîneur de galop entraîne en moyenne 21 chevaux (Observatoire social de l’Afasec 2016). De tous temps, les entraîneurs qui ont pris leur retraite ont été remplacés par de nouveaux professionnels.

Les calculs simplistes de M. Nordqvist concernant le transfert des chevaux de Maisons-Laffitte vers Chantilly montrent une véritable méconnaissance du terrain. En effet, si la décision de fermer le centre d’entraînement de Maisons-Laffitte était prise, une grande majorité d’entraîneurs n’iraient pas à Chantilly ce qui ne ferait qu’accroître encore plus le déficit de chevaux en région parisienne.

En rien, cette décision ne ferait baisser les prix de pension ; bien au contraire, et tout le prouve.

Comment peut-on proposer une telle mesure en faisant fi des 2.500 emplois directs et indirects liés aux centre d’entraînement et à l’hippodrome de Maisons-Laffitte. M. Nordqvist propose donc de créer encore plus de chômeurs ! Comment peut-on traiter de cette manière les entraîneurs qui viennent d’acheter leur établissement en prenant le risque de s’endetter sur du long terme ! Comment peut-on condamner comme cela le plus beau centre d’entraînement  du monde pour l’obstacle !

De nombreux entraîneurs y viennent régulièrement pour dresser leurs chevaux (les Macaire, Nicolle, Adeline de Boisbrunet, Baudron, Rolland, etc.). Bernard Sécly y venait fréquemment pour préparer ses jeunes chevaux.

Concernant les crues de la Seine, il vous sera facile de consulter les archives montrant que bien au contraire, le risque de crue s’est notoirement amenuisé au fil des ans et plus particulièrement depuis la mise en place par l’état du P.P.R.I. (Plan prévisionnel des risques d’inondations).

Non, M. Nordqvist, la solution n’est pas la fermeture du centre d’entraînement et de l’hippodrome de Maisons-Laffitte. La solution passe par une véritable politique visant à redynamiser le centre d’entraînement en y favorisant l’installation de jeunes entraîneurs à proximité du plus grand pôle économique qu’est La Défense.

La solution passe également par un véritable effort de gestion de France Galop visant à réduire considérablement les frais de fonctionnement du pôle hippique de Maisons-Laffitte. Des propositions dans ce sens ont déjà été effectuées par les entraîneurs soucieux de garder leur outil de travail compétitif.

La population de Maisons-Laffitte, sensible à la sauvegarde de son cadre de vie, s’est récemment mobilisée fortement pour soutenir les entraîneurs dans leur combat et redonner un second souffle à Maisons-Laffitte.

  1. Nordqvist, nous n’avons pas besoin d’avis lancés à l’emporte-pièce et sans connaissance réelle du dossier.

Sachez que nous nous battrons sans cesse contre le "Maisons-Laffitte bashing" qui règne un peu partout.

Maisons-Laffitte, ses entraîneurs, sa population et sa mairie ne laisseront pas des oiseaux de mauvais augure proférer des contrevérités visant à mettre en péril nos entreprises.. »